Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 00:05

Devant le documentaire sur Renaud diffusé ce 4 février sur TMC, je verse ma larme, et je ne sais même pas trop pourquoi... Peut-être parce que ça me renvoie à la période du lycée, où je m'accrochais plus que jamais à ses textes alors que c'était jusque là la période la plus pourrie que j'ai vécue... Ca me faisait du bien. Pourtant toutes ses idées n'étaient pas les miennes, pas plus que toutes ses colères. Je n'aime pas tout aveuglément, mais j'aime la plupart des choses qu'il a pu faire... Peut-être aussi parce que cela me fait de la peine, qu'il se noie encore dans ses démons, et que j'aimerais tant avoir un nouvel album, une nouvelle tournée...

Paradoxalement, bien qu'il soit le premier artiste que j'ai admiré, je n'ai encore jamais fait d'article sur ce blog, ni sur les précédents, à son sujet. Par paresse je l'avoue, et parce que ça me semble compliqué. Il faudrait que je fasse plusieurs articles, car ce serait très long ! Et je n'arrive pas à m'y atteler.

Petit laïus ce soir, à cause de/grâce à ce documentaire, qui m'a donnée l'envie, juste de dire que malgré tout ce qu'il peut y avoir de critiquable chez Renaud, je reste invariablement « fan », même si le mot n'est pas génial. Je reste amusée par toutes les petites chansons rigolotes et bêbêtes qu'il a pu faire... Électrifiée par toutes celle où il crie sa colère, même si je ne la partage pas forcément... Et émue par les belles chansons qu'il nous a donné (et qui ne se limitent pas à Mistral Gagnant, même si elle est superbe). Les textes ont toujours un effet sur moi, quel qu'il soit, et l'homme me touche profondément. C'est ainsi.

Alors du coup je verse ma larme devant un malheureusement documentaire (encore pas trop mal fichu bien qu'il n'égalera jamais celui qui avait été fait sur l'artiste il y a quelques années, « Le Rouge et le noir »). Et j'espère qu'un jour il reviendra, parce que des personnes comme ça manquent à la chanson française, aujourd'hui.

Repost 0
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 00:03

Ce petit article n'intéressera pas grand monde j'en ai peur (sauf Isa, si tu passes par ici ^^'), mais je tenais à le faire parce que j'ai tout de suite pensé à cet homme, quand l'idée de ce thème est venue...

 

s_aec04_-_cm_-_guy_delorme_-_1_-_0904.jpg

 

Que je vous raconte ma vie, tout d'abord ^^'... Mon père étant féru de cinéma, on regardait très souvent des films chez moi, quand j'étais petite (même encore maintenant d'ailleurs). Ca explique probablement mon intérêt pour un cinéma plus vieux, mais bref. Et donc entre autres choses, on regardait des films de cape et d'épée, genre que j'adorais. Et j'avais l'impression que dans TOUS les films de ce genre que je regardais (Le Capitan, le Bossu, les Trois mousquetaires...), ce monsieur, Guy Delorme, était là oO ! Bon en réalité il n'était pas dans tous mais il était notamment dans des films avec Gerard Barray et Jean Marais et comme j'adorais particulièrement le second et aimais bien le premier, ça explique ^^'.

Et Guy Delorme à chaque fois, c'était le méchant. Le traître, le fourbe, celui qui s'oppose au héros, qui complote... Et ça me traumatisait parce qu'à peine apparaissait-il, je savais d'emblée qu'il était forcément le méchant de l'histoire ^^'. J'ai appris plus tard que ses aptitudes à l'équitation et à l'épée ainsi que son passé de cascadeur, le destinaient à ce type de films... Et aussi qu'il avait « la gueule pour ». Mais ça je le voyais bien. Avec son air faux, sa barbichette grisonnante et son regard noir, Guy Delorme avait forcément la tête du traître. Il ne pouvait jouer que cela.

Autant cet acteur est totalement inconnu aujourd'hui, autant moi il m'a marquée pour cela. Parce que j'avais l'impression qu'à cette époque et pour ce type de films, on ne disposait que d'un seul et unique acteur pour jouer le méchant XD. Du coup cet acteur inconnu a marqué mon enfance, finalement ^^'. J'aurais pu parler de plein d'autres comploteurs, de plein d'acteurs célèbres pour ces rôles... Mais pour ces raisons là, j'ai pensé à lui et je me suis fait plaisir ^^.

Et pour l'anecdote que la fan de BD que je suis a apprécié : le tome 7 de l'excellente série De cape et de crocs a droit à un petit mot de Guy Delorme dans sa préface, puisque l'un des personnages de la série est inspiré de lui ^^.

Repost 0
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 00:04

Jean Marais. Grand acteur français disparu il y a de ça déjà... Mon Dieu, c'était en 1998, me dit wikipédia ! oO. Et dire que je m'en souviens bien !

 

Le_Capitan_1960_01.jpg

 

Bref. C'était donc un acteur, mais aussi entre autres sculpteur, qui a marqué toute une époque car il s'est illustré dans de nombreux films à succès. Une figure du cinéma français, en somme.

Quand je pense aux films de cape et d'épée, tout de suite me vient à l'esprit Jean Marais. Est-ce que c'est parce que j'ai vu beaucoup de ses films ? Je ne sais pas, mais pour moi il est un représentant de ce genre, un peu si vous voulez, comme John Wayne peut l'être du western. Évidemment il n'a pas tourné que dans ce genre de films, mais bon... Je dois être marquée par Le Capitan et Le Bossu notamment, j'imagine...

Il a fait ses débuts dans les année 30, avec évidemment des petits rôles pour commencer (comme figurant au tout début, d'ailleurs), au cinéma comme au théâtre.

Ce qui va tout changer, à la fois pour sa vie privée comme pour sa vie professionnelle d'ailleurs, ce fut sa rencontre avec Jean Cocteau. Ce dernier lui donna un rôle dans sa pièce, Oedipe Roi et lança ainsi sa carrière. Ils se retrouvèrent à plusieurs reprises pour divers projets d'envergure au cours des décennies suivantes. Par ailleurs, Cocteau était tombé sous le charme de Jean Marais et il fut donc son amant pendant longtemps.

Précisons que Marais avait une voix très reconnaissable, plutôt nasillarde en un sens. C'était un timbre inimitable, et il savait mettre le ton et parler avec éloquence... C'est d'ailleurs assez ironique car pour l'anecdote, le tout premier rôle que Cocteau lui donna était muet, car Jean Marais ne maîtrisait pas bien sa voix...

 

jmfauteuil.jpg

 

Il enchaîna donc les pièces avec divers metteurs en scène, des pièces classiques pour la majorité. Sa popularité augmenta ainsi au fil du temps. Puis, comme tous les acteurs de cette époque, sa carrière se stoppa un temps dans les années 40, à cause de la guerre (dans laquelle il s'engagea d'ailleurs). C'est justement à la fin de la guerre que Cocteau écrivit La Belle et la Bête, un film inoubliable dans lequel Jean Marais tient avec brio le rôle de la Bête. Ce fut ce film là, qui fit de Jean Marais un célèbre acteur, car sa performance était absolument géniale.

Par la suite, les films s'enchaînent (toujours avec Jean Cocteau notamment), la renommée s'accroît... Et puis Jean Marais prend un peu ses distances avec Cocteau (professionnellement d'abord, puis personnellement ensuite). Il rencontre ainsi au début des années 50, un grand succès avec Le Comte de Monte Cristo, tiré du célèbre roman d'Alexandre Dumas (d'autres adaptations de ce roman ont vu le jour par la suite, comme souvent avec les romans de Dumas d'ailleurs). Par la suite il y a eu le Bossu (fin des années 50), et un tournant dans sa carrière. Avec les films de cape et d'épée et non plus des films dits « sérieux », Marais touche plus de monde encore et sa popularité s'en ressent. S'ensuivent donc pas mal de films du même genre tels que le Capitaine Fracasse, le Capitan ou bien encore le Masque de fer...

Autre changement de style avec la saga des Fantômas (années 60), avec Louis de Funès, autre grand acteur. Les films ont été de grands succès.

En 70, il joua dans Peau d'Ane, qui marqua la fin de son aventure au cinéma, puisqu'il lui préféra le théâtre et des rôles plus sérieux, plus dramatiques (comme la première partie de sa carrière)...

A la fin de sa vie, la sculpture prit le pas et il ouvrit une galerie. Ses œuvres sont encore exposées, d'ailleurs. Si sa carrière au cinéma était finie, il ne cessa jamais de jouer au théâtre cependant, et ce jusqu'à la fin de sa vie.

 

 

marais_big.jpg

 

Lorsqu'on regarde la filmographie de Jean Marais, on ne peut qu'être admirative devant sa richesse. Beaucoup de choses, et variées qui plus est. De l'épique, de l'aventure, du dramatique, du commercial aussi évidemment... Jean Marais s'est essayé à tout, et avec un succès qui ne s'est jamais démenti. Il a marqué son temps pour avoir été un fort caractère et être aussi un des rares acteurs (comme Belmondo, même si lui c'est encore plus vrai) à ne pratiquement jamais avoir été doublé pour les cascades...

Je crois que ce que je retiens de lui parmi tout le reste, c'est le panache. C'est pour cela qu'il collait très bien, une épée à la main avec la cape, le cheval et tout. Il avait le chrisme pour cela, la gestuelle adéquate... Le panache, c'est vraiment le terme qui me vient. Et même s'il s'est montré très bon dans des rôles autres, et bien je retiendrai toujours en premier des films comme Le Bossu ou Le Capitan, deux films marquant de mon enfance, qui restent vraiment excellents. C'est pour cela que je tenais vraiment à évoquer cet acteur :).

 

 

Repost 0
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 00:06

Puisque je n'ai pas pu parler de Retour vers le futur vu que les articles étaient déjà fait, il était donc sûr que j'allais au moins évoquer Michael J. Fox durant cette semaine spéciale voyages dans le temps, non mais ! Il sont 2-3 comme cela, à être des héros de mon enfance, dont j'étais amoureuse quand j'étais toute petite... et il en fait parti, donc je vais en parler avec toute l'objectivité qui me caractérise, vous pensez bien !

 

marty-mcfly.jpg

 

Alors qui c'est ? Et bien c'est un acteur canadien de cinquante ans (mon dieu... autant ? Mince alors, moi qui le voit toujours avec cet air d'éternel ado...).

Michael J. Fox a toujours été passionné par beaucoup de choses, notamment le hockey sur glace ou la musique... Mais tout comme sa mère avant lui, il a finalement opté pour le métier d'acteur, rajoutant la lettre « J » après son prénom car pour l'anecdote, il existait déjà un acteur du nom de Michael Fox, et même à l'époque, un Michael J. Fox !

Comme beaucoup, c'est par les séries qu'il décroche ses premiers rôles, avant les petits films. Et puis enfin, il y a Family Ties au début des années 80 : un succès qui durera 7 ans. Malheureusement je n'ai jamais pu voir la série car il n'existe pas de subs en français, mais j'aimerais beaucoup parce que ça a l'air sympa ^^' ! C'est d'ailleurs avec Tracy Pollan, celle qui jouait sa petite amie dans la série, qu'il se marie à la fin des années 80.

Et dans le même temps, Michael J. Fox connaît la consécration avec ce qui restera son rôle le plus connu : celui de Marty McFly, dans la trilogie Retour vers le futur en 1985, puis 1989 et 1990. On y revient dans quelques paragraphes ^^'.

Et puis il y a « Outrages », où il joue enfin un rôle dramatique, ce qui reste à signaler car en raison de sa petite taille et de son physique très juvénile, il est un peu cantonné aux rôles d'éternels adolescents...

Et en 1991, tout changea. D'un tremblement à peine perceptible de son petit doigt, il en vient à se voir diagnostiquer la maladie de Parkinson, dont les tremblements restent le principal symptôme. Malgré son jeune âge, la maladie progresse et l'empêche évidemment d'avoir les rôles qu'il aurait souhaité. Commence alors une traversée du désert symbolisée par des petits rôles ça et là. Mais on notera tout de même le sympathique Fantômes contre fantômes, et son rôle dans Mars Attacks !

 

michael-j-fox-doing-voice-work-for-final-back-to-the-future.jpg

 

Il renoue pourtant avec le succès en 1996, en proposant Spin City, une série racontant la vie dans la mairie de New-York, et plus précisément celle de l'équipe du 1er adjoint au maire (un maire qui tient une fameuse couche d'ailleurs...). Cette série comique est très appréciée du public. Mais après 4 saisons, la maladie de Parkinson l'épuise trop et il ne peut plus tenir un tel rythme de tournage (dès lors, il fera beaucoup de doublage)... Il demande alors à Heather Locklear, qui en a justement fini avec Melrose Place, de venir le rejoindre afin de faciliter la transition.

Depuis, il se contente d'apparitions dans bon nombre de séries : Scrubs, The Good Wife, Boston Justice, pour ne citer que celles-là... Sa fondation consacrée à la recherche pour faire avancer les remèdes contre cette maladie l'occupe beaucoup. Il a par ailleurs écrit son autobiographie « Lucky Man ».

 

J'adore Michael J. Fox (oh le scoop, vous ne saviez pas je suis sûre!). Je l'ai dit, ça a commencé très jeune avec les Retour vers le futur. Quand j'étais petite j'étais totalement amoureuse de Marty McFly (oui car pour moi c'est comme cela qu'il s'appelait, même dans la vie). D'ailleurs et pour vous faire une minute « je raconte ma vie », finalement je n'ai pas trop bougé depuis mon enfance car il correspond tout à fait aux hommes qui me font craquer : tout petit, et le visage fin ^^'. Je suis cohérente, c'est bien ça. Et donc bref. Dans ces films, j'aimais la musique, j'aimais la folie qui se dégageait du personnage du Doc, les histoires aussi, et puis Marty, que je trouvais infiniment sympathique. Et pendant un bout de temps finalement, je n'ai rien vu d'autre. Il a fallu que j'attende le collègue je pense, pour me mettre à voir d'autres choses !

J'ai vu Fantômes contre Fantômes et d'autres films par exemple, que j'ai apprécié. Mais là où je l'adore après la trilogie, c'est définitivement dans Spin City. Il a cette dimension comique qui marche vraiment bien. Il joue un personnage énergique, et il joue autant sur les répliques que sur le comique de situation. J'adorais le voir crapahuter dans son bureau, se servir des éléments du décor pour créer un truc fun... Michael J. Fox, c'est ironique de dire cela avec la maladie qui le touche, mais c'est vraiment quelqu'un d'énergique je trouve, de positif. Et à chaque fois cela ressort dans ses rôles, et c'est cela qui me plaît. A noter un épisode de Spin City (saison 3) intitulé Retour vers le futur 4, marqué par l'apparition de Christopher Lloyd et blindé de références et de private joke. A ne pas manquer ! XD

 

fox.jpg

 

J'ai lu son autobiographie il y a un an ou deux de cela, et je dois dire que c'est très intéressant. Il commence par ce matin où il a constaté ce tremblement dans son petit doigt... Il poursuit en revenant au tout début... Et il parle autant de sa carrière, avec une certaine lucidité je trouve, que de sa vie. Il ne s'épargne rien, n’hésitant pas à dire qu'il n'a pas été forcément un mari idéal pour sa femme... Bref il se livre sans complaisance. Cela m'a plu. Et puis la formule a perdu de son sens aujourd'hui car elle est sans arrêt employée facilement, mais je trouve que c'est ce qu'on appelle une belle leçon de vie. Comment alors qu'on n'a même pas 30 ans, on est touché par une maladie grave. Et comment on vit avec. Ou plutôt comment on se bat contre elle. C'était un livre très touchant.

Bref, vous l'aurez compris : j'aime cet acteur, il a un capital sympathique énorme, sa bonen bouille aidant ! C'est en plus une personne courageuse et assez lucide, qu'il est toujours agréable d'écouter parler.

Repost 0
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 00:05

On se prosterne, tout le monde ! Aujourd'hui nous parlerons (en condensé, parce que sinon je peux vous en causer durant des heures...) du sieur John Barrowman.* évanouissements dans la salle *

 

John_Barrowman.jpg

 

Mais qui est ce monsieur qui concrètement, joue bien, chante divinement, sait animer une émission, et est plutôt beau gosse (et malheureusement pour moi, de l'autre bord, aussi) ?

John Barrowman est de nationalité écossaise, et mine de rien, il a 45 printemps. Ceci étant il a vécu aux USA et a donc la double nationalité (ça explique peut-être le fait que contrairement à son ami David Tennant, il n'a pas un accent écossais à couper au couteau ^^')...

On le connaît à la télé dans le rôle du Captain Jack Harkness dans Torchwood, spin-off de Doctor Who. Et puis il a eu une certaine visibilité aussi en interprétant le temps de quelques épisodes, un rôle en fin de saison 6 de Desperate Housewives. Côté acteur, de totue façon c'est à peu près tout ce qu'il faut en retenir, soyons honnête ^^'

Très jeune, il s'intéresse au chant et il participe donc dès le lycée à des comédies musicales. Puis il entame une carrière d'acteur en parallèle, mais ce sont quand même les comédies musicales, qui attirent l'attention sur lui. Et dès le début des années 90, il devient présentateur pour la télé (jusqu'à actuellement d'ailleurs), généralement ce sont des variétés et/ou des émissions pour enfants (il faut voir John Barrowman lire une histoire sur les dinosaures avec des marionnettes et tout... Ca vaut le coup XD) !

 

jack_double.jpg

 

Toujours en même temps, il débute avec des séries, dont notamment Titans, malheureusement vite annulée. Il faut attendre 2005 pour que sa carrière décolle. Dans la saison 1 de Doctor Who, il incarne Jack Harkness, un personnage mystérieux en raison de son passé flou, mais assez haut en couleurs ! Il reviendra au détour des saisons 3 et 4 dans cette série. Le personnage plaît tellement qu'un spin-off sera créé, lui permettant d'en être le héros : Torchwood. Il incarnera le Capitaine Jack Harkness durant 4 saisons, et malheureusement en raison de circonstances personnelles de la part de Russell T. Davies, le créateur de la série, Torchwood semble être arrêtée.

Malgré cette riche carrière à la télé, John Barrowman n'oublie pas ses premières amours : la chanson. Il sort un premier album en 2007, « Another Side » et le fameux « Music Music Music » l'année d'après. « Arista » arrive en 2010. Sa voix puissante lui permet de chanter dans à peu près n'importe quel style, et il est assez féru de reprises de chansons célèbres. On a ainsi pu l'entendre reprendre à sa sauce des tubes tels que : I am what I am, Time after time, Your Song, Every little thing she does is magic, et bien d'autres... Et il poursuit toujours les comédies musicales, la dernières en date étant le culte « La Cage aux folles », où il reprend le rôle de Zaza.

En 2008, il écrit avec sa sœur son autobiographie « Anything goes », qu'il décline en un second tome, « I am what I am ». Cette autobiographie a eu beaucoup de succès auprès de ses fans, car déjà en interview, Barrowman est connu pour n'avoir aucun complexe et pouvoir parler de tout.

En 2010, il apparaît, comme dit ci-dessus, dans quelques épisodes de Desperate Housewives, en fin de saison 6. C'est un rôle très différent de ceux qu'il a l'habitude de jouer. Ici, point de cabotinage ni d’ambiguïté sexuelle : son personnage, Logan, est un vrai méchant et sa toute première apparition donne bien le ton ><. Mais cela prouve qu'il peut jouer autre chose.

Côté vie privée, il est pacsé depuis un moment avec son compagnon, Scott gill, qu'il a rencontré au début des années 90... Très actif dans la défense des droits des gays, John Barrowman est une figure importante de ce mouvement au royaume-uni.

jack-classe.jpg

 

J'aime beaucoup John Barrowman ! Déjà, il est profondément lié à son rôle du Captain Jack, qu'il adore et ça se voit ! Il l'interprète à merveille, ce personnage cabotin, provocateur et charmeur. Et si on pouvait douter de sa capacité à jouer un autre type de rôle, Desperate Housewives aura prouvé que c'est possible. A noter qu'en septembre prochain, il sera dans une nouvelle série anglaise (que je compte bien suivre!).

Ensuite, c'est un extraordinaire chanteur. Voilà quelqu'un que j'aimerai voir en live. J'adore sa chanson « What about us ? », mais ses reprises sont épatantes aussi. En plus je m'étais toujours dit que j'aimerais l'entendre chanter « You raised me up », qui est l'une des chansons que je préfère dans le monde... et voilà que cet été, il l'a chanté à un concert ! Et très bien chantée, qui plus est. Il n'a pas forcément un timbre de voix original, mais j'aime bien, et puis il a du coffre.

Enfin, ce qu'on voit/sait de lui me plaît bien xD. C'est quand même un type très proche de son personnage de Jack, finalement. Il en fait des caisses et des caisses, mais sans être lourd : juste très drôle. J'adore le voir jouer de son charme lors d'une interview et se casser tout seul après :D. Et puis dès qu'on le met dans la même pièce que David Tennant c'est fichu : les deux sont incontrôlables, tant ils s'amusent ensemble (les plateaux de Doctor Who lors des épisodes dans lesquels jouait John Barrowman étaient sans dessus-dessous...). Une vidéo que j'adore ? Lors d'une émission du Maillon faible en Angleterre avec en joueurs, les acteurs de Doctor Who, quand John Barrowman titille la présentatrice et finit par chanter le générique de Doctor Who, avec Tennant qui s'empresse de taper dans ses mains et de faire les percussions à côté, mort de rire XD.

Bref, la conclusion est simple : John Barrowman = c'est le bien ! *__*

Repost 0
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 00:05

Il est temps d'évoquer une mangaka dont j'aime beaucoup le style (et je ne suis pas la seule, puisqu'elle est la mangaka la mieux payée du Japon d'après ce que je sais, et connue parmi les connus...), j'ai nommée : Rumiko Takahashi.

Si le nom ne vous dit peut-être rien, vous connaissez certainement au moins deux de ses oeuvres transposées en animes, qui nous sont arrivés par le biais du Club Dorothée il y a quelques années de cela. Il s'agit de Maison Ikkoku, plus connu chez nous sous le titre de Juliette je t'aime et de Ranma 1/2. Le premier racontait la vie dans un pensionnat plein de personnes farfelues et dont un jeune étudiant était amoureux de la concierge... et le second mettait en scène un jeune homme pratiquant d'arts martiaux qui se transformait au fille au contact de l'eau froide (ou chaude, je ne sais plus).

 

Rumiko_Takashashi.jpg

 

Evidemment Takahashi a fait d'autres mangas (Lamu, InuYasha, Rinne, One pund no gospel, mermaid forest...), mais toujours, on peut reconnaître sa patte de façon évidente. Ce que j'aime tout particulièrement chez elle, c'est la façon qu'elle a de tout détramatiser, de faire succéder des moments dramatiques et intenses à d'autres très bêtes (mais vraiment débiles) ^^ Si le fond n'est pas toujours extraordinaire, c'est dans le traitement que se fait la différence. Car Takahashi est passée maître dans l'art des rebondissements incroyables et inattendus, pour notre plus grand plaisir (dans Inuyasha par exemple, il y a beaucoup de volumes et pourtant je ne me suis jamais ennuyée).

 

Elle possède en outre un humour bien débile comme j'aime, et farfelu à souhait, que l'on retrouve dans Ranma 1/2 notamment. C'est à croire que son imagination n'a pas de limites ^^. Dans d'autres oeuvres comme Inu Yasha, l'humour n'est pas aussi présent, mais il reste le même dans l'idée. Comme il y a peu de mangakas (pour l'instant) dont j'ai lu plus d'une oeuvre, c'est pour cette raison que je peux affirmer aimer son style. 

Même au niveau du dessin, cela me plaît. C'est typiquement "manga", avec les petits nez, les grands yeux et tout, mais je trouve toujours cela très mignon. Et c'est un coup de crayon qui va autant aux shônen qu'aux shôjo il me semble.    

 

 Et mine de rien, derrière cette absurdité qui fait aussi sa marque de fabrique, Rumiko Takahashi sait aussi évoquer, l'air de rien, quelques sujets de société. Rien que dans Maison Ikkoku, on voyait la réalité de ces pensionnats, la situation difficile d'étudiants ou de jeunes hommes vivant de petits boulots... On avait aussi "Juliette", veuve malgré son jeune âge, ce qui n'était pas un thème des plus joyeux... Même dans inuYasha, le fond de l'histoire et certains moments sont plutôt durs... Et dans cette oeuvre là, elle dresse un bon portrait d'une ère révolue, preuve qu'elle soigne toujours son contexte. Dans ses autres mangas types Maison Ikkoku ou Ranma 1/2, elle dresse un portrait de ses contemporains, de la société qui est la sienne... C'est très fin et suggéré, ou plus appuyé selon le manga, mais c'est toujours là.

Pour toutes ces raisons, c'est une mangaka que j'apprécie beaucoup :)

 

rumiko-takahashi.jpg

Repost 0
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 01:03

Voilà un très bon acteur ! J'ai nommé : Robert Carlyle.

 

imagesCAEC1RXU.jpg

Il s'agit d'un acteur anglais né en 1961 à Glasgow. Avouez que cela faisait longtemps que je ne vous avais pas bassiné avec un acteur anglais, hein ?? En plus là je vous gâte : si ce n'est pas la crème de la crème !

Pour ne pas changer, c'est au théâtre qu'il va débuter, puis ensuite à la télévision. Pour le cinéma, ce sera en 1990, sous la direction de Ken Loach, quand même ! Et puis bien sûr, il y a Trainspotting et The Full Monty, deux films qui ont connu le succès et qui ont permis à Carlyle de se faire bien connaître du grand public.

Par la suite on le reverra dans de grandes productions, notamment La Plage, ou encore Le Monde ne suffit pas, dans le rôle du méchant de l'histoire, le Renard.

Dans le courant des années 2000, il revient à la télévision avec ce rôle important dans Stargate universe, une autre série dérivée de Stargate. Et puis en 2011 il est dans Once Upon a time, dans un rôle particulièrement intéressant.

Sa filmographie est plus longue que cela évidemment, j'ai surtout mis l'accent sur les films que j'ai vu en fait ^^'.

 

rumpelstiltskin-once-upon-a-time.jpg

 

C'est un acteur que j'adore ! Je l'ai découvert il y a plusieurs années avec The Full Monty, un film que j'avais beaucoup aimé... Sa prestation m'avait plu et quelques années plus tard, j'avais été surprise de le reconnaître dans le James Bond... Carlyle est un acteur très charismatique, je trouve. Il a l'art et la manière de donner quelque chose de spécial à un rôle. D'ailleurs pour ce que j'en ai vu, il joue toujours des personnages qui sont loin d'être normaux... Dans The Last Enemy dont j'avais parlé ici par exemple, j'avais aimé sa prestation de ce personnage un peu trouble, aux intentions floues... Sa seule présence m'avait même poussée à regarder Stargate universe alors que je ne cours pas après cette franchise normalement (plus par ignorance qu'autre chose d'ailleurs). Et même chose à l'automne dernier : son nom au casting de One Upon a time m'a en partie poussée à regarder (mais l'histoire me tentait aussi). Il campe en plus le personnage le plus intéressant de l'histoire, et le joue avec un brio... Rien que pour lui cela vaut le coup d'être vu. J'aurais l'occasion d'en reparler quand je ferai mon article sur la série (dont la saison 1 est bientôt finie), mais il met tellement de classe, de fascination et d'autres choses dans son rôle qu'il est bluffant !

 

robert-carlyle.jpg

 

Des films comme Trainspotting ou Full Monty ont fait sa réputation, et c'est un bon moyen de découvrir cet acteur en effet, qui bénéficie vraiment d'un jeu soigné auquel, un peu comme un Johnny Depp, il sait ajouter de l'originalité et un petit truc en plus...

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 00:46

 

Christopher Reeve, voilà un des héros de mon enfance. J'ai regardé les films de Superman jusqu'à les connaître par cœur (bon je l'ai plus vu que les autres, mais il me semble que seul le premier film vaut le coup en fait) et pour moi, cet homme était Superman. Il était très grand (1m93, dit-il à Loïs dans le premier film, je crois bien), charmant et plutôt classe... Et il campait à merveille le côté naïf et mignon de Clark Kent. Enfant, je l'assimilais réellement au rôle, c'était dingue ! C'est pour cela que quand j'ai voulu pour cette semaine, faire une fiche d'acteur sur quelqu'un ayant joué un super-héros, je n'ai pas hésité une seconde : Christopher Reeve, évidemment ! :)

Né en 1952, cet acteur américain est évidemment très célèbre pour ce rôle là, mais pas uniquement quand même. On l'aura notamment vu dans Les Vestiges du jour, ou encore dans un (bon) remake du célèbre film Fenêtre sur cour.

Amateur de théâtre, il commença ainsi sa carrière. Le succès est là et c'est ainsi qu'il débute au cinéma, avec des petits rôles tout d'abord. C'est en 1977 qu'il décroche le rôle de Superman. Pour l'anecdote, Reeve n'était pas très épais jusqu'alors et il a entrepris de se muscler pour le rôle avec l'aide de l'acteur qui a joué Dark Vador dans les Star Wars. Le film est un grand succès!

 

 

Dans le rôle de Superman je l'ai dit, je l'ai adoré. Bien sûr j'ai regardé la série Loïs & Clark en son temps, et je n'avais rien contre Dean Caine, mais pour moi Superman a toujours été Christopher Reeve. Il avait la carrure, la présence et pour le côté 'Clark', une vraie vulnérabilité dans l'apparence. Il avait beau être grand et incarner l'homme d'acier, il y avait quelque chose d'assez doux et calme en lui je trouve, et le voir en Clark maladroit et naïf m'a toujours fait craquer ^^'. Il ne fut pas le seul à incarner le super-héros, puisqu'il y a donc eu Loïs & Clark, puis Smalville, le Superman Returns (que je n'ai pas vu) aussi... Mais bon ce sera toujours lui, quoi ^^.

Les trois suites à ce film sortiront peu après, durant les années 80. Effectivement ils sont moins bons (pour être franche je les oublie un peu, puisque quand je m'y remets, je ne regarde jamais que le 1er ^^').

Par la suite on le reverra dans Piège Mortel, par exemple. Et puis en 1998, il y a Fenêtre sur Cour, le célèbre film d'Hitchcock, que j'ai apprécié malgré mon attachement à la version originale.

 

 

En 1995, un accident de cheval va changer sa vie et le laisser tétraplégique. Depuis, la fondation qu'il a monté avec sa femme mène une lutte sans relâche pour améliorer la vie de ces personnes. Et si cet accident a changé sa vie, il a toujours fait de son mieux pour rester en forme, continuer d'apparaître à la vue de tout le monde et faire avancer les recherches... Cela peut sembler idiot ce que je vais dire, (mais bon ce ne serait pas la première fois), mais je trouve que ce genre de choses est évidemment triste, pour n'importe qui. Mais pour un acteur qui a incarné un tel personnage, j'avoue que c'est vraiment... bizarre. Il a incarné l'homme le plus fort du monde, pour finir ainsi. Je me souviens que quand je l'avais su, ça m'avait attristé. Enfin bref, je ne suis pas sûre d'être claire ^^'.

Après son accident, on le revoit notamment dans Smalville, série racontant la jeunesse de Clark Kent. Et bien que n'ayant jamais trop suivi la série, j'avoue avoir regardé ces épisodes juste pour le voir :).

C'est en 2004 (déjà, mon dieu...) qu'il décède d'une crise cardiaque. Et bizarrement ça m'a fait un petit pincement, à l'époque, je dois bien l'avouer.

Je crois que si j'ai d'autres films bien plus cultes dans mon enfance (Retour vers le futur par exemple), Christopher Reeve, quand j'étais petite, me faisait vraiment rêver. Même pas par le côté invincible de la chose, mais parce qu'il pouvait voler... Et c'est vrai que quand je pense à lui, tout de suite je m'imagine l'homme en tenue de Superman, dans les airs :)

Repost 0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 14:00
                               
On ne fait pas toujours attention, mais les seiyuus (doubleurs japonais) font vraiment un boulot incroyable sur les animes. Comparé aux VF, ça n'a rien à voir (enfin je ne parlerai pas de la VF des animes, sinon je vais m'enflammer toute seule). Et si je dois en choisir une, ça restera Paku Romi (Park Romi de son vrai nom, puisqu'elle est d'origine coréenne), ma doubleuse favorite.

Parmi les rôles qu'elle a interprété, voici ce que j'ai vu :
- Edward Elric (FullMetal Alchemist)
- Hitsugaya Toshiro (Bleach)
- Yuujiro Shihoudani (Princess Princess)
- Karin (Jyu Oh Sei)
- Thérésa (Claymore)
- Temari (Naruto)
- Nana Osaki (Nana)
... et d'autres encores !

Cette doubleuse a la particularité d'avoir une voix très grave (VRAIMENT très grave...) et j'aime vraiment beaucoup ça je dois dire. Quand son personnage se met en colère (ce qui arrive souvent avec Ed par exemple), elle a vraiment une sacrée voix, on a du mal à penser que c'est une fille qui le double. Une fille aussi menue, qui plus est.
Il y a d'autres doubleurs que j'aime beaucoup et dont je parlerai peut-être, mais Paku Romi est vraiment celle que je préfère... A tel point que son nom au casting d'un anime suffit à me donner envie d'y jetter un oeil (ça a été le cas pour Princess Princess par exemple).
Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 00:30

Elle est quand même superbe, Marcia Cross *_*

Non ? C'est juste moi ? Tant pis...

 

1146685668404-marcia cross

 

Pour moi, ça a longtemps été Kimberly Shaw, à l'époque de Melrose Place. Je suivais la série en rentrant des cours, et faut être honnête : y avait toujours un truc à voir, là-dedans XD. Mais au-delà des acteurs indéboulonables depuis le tout premier épisode (ahhhh Michael !) et des « stars » (Heather Locklear), il y avait Kimberly. La psychopathe du groupe, celle qui a quand même fait sauter Melrose lors d'une fin de saison. Je trouvais à l'époque que Marcia Cross dégageait justement quelque chose dans le regard et l'attitude, de totalement dingue. Bon évidemment et c'était le créneau de la série, l'histoire est partie dans tous les sens en faisant d'elle une malade, puis une schizo... Mais bon elle marquait les esprits, Marcia Cross, là-dedans. D'ailleurs si elle n'en finissait plus de revenir dans la série, c'est bien parce que le public adorait Kimberly (car à la base, elle n'était censée restée qu'un épisode !).

 

42245

 

A part cela, cette actrice américaine quinquagénaire est aussi connue depuis plusieurs années maintenant pour son rôle dans la série Desperate Housewives. J'y reviens dans un instant ^^.

Déjà enfant, la comédie l'intéressait et c'est au théâtre qu'elle commence. Mais c'est en 1984 qu'elle commence à apparaître dans des films et des séries télé (dans « Madame est servie » par exemple, ou encore « Ally McBeal », « Spin City », etc...). Et c'est évidemment le rôle qu'elle a obtenu dans Melrose Place (en 1992) qui la rendra célèbre sur le petit écran ; c'est d'ailleurs là que sa carrière se fera, plus qu'au cinéma où elle participe uniquement à de petits films (moins connus du grand public, du moins). Lorsqu'elle quitte définitivement la série, elle reprend ses étude et obtient un diplôme en psychologie (sans toutefois cesser d'apparaître ponctuellement dans des séries).

Ensuite elle apparaît dans la série Everwood en tant que personnage récurrent durant une saison, où elle joue une jeune femme séropositive.

Et puis enfin, c'est le carton Desperate Housewives. Bree Van de Kamp, bourgeoise coincée et maniaque, catholique pratiquante et pétrie de valeurs traditionnelles, est un personnage qui fonctionne aussitôt (pour l'anecdote, elle avait auditionné pour le rôle d'Edie Britt, mais le créateur de la série, Marc Cherry, l'ayant adoré dans Melrose Place, lui conseilel plutôt de tabler sur le rôle de Bree). D'ailleurs et toujours pour l'anecdote, un autre ancien de Melrose Place est dans la série, il s'agit de Doug Savant alias Tom Scavo (Matt dans Melrose ^^). On sait le succès que la série a eu, et actuellement la 8ème saison en cours, sera la dernière.

 

marcia-cross

 

Je l'aimais donc déjà avec Melrose Place, mais Desperate Housewives m'a convaincue (en plus de toutes les séries dans lequelles je l'ai vu en guest star). Bree est à mon sens le personnage phare de cette série (et celle qui est en train de sauver la saison 8 d'ailleurs, mais bref...). Elle a énormément évolué, de la bourgeoise coincée à l'alcoolique délurée... Elle a de formidables scènes dramatiques à fendre le cœur (notamment dans un des derniers épisodes diffusés de cette saison 8), elle est extraordinaire dans les scènes explosives... Franchement vive Bree ! \o/

Valà ! En espérant que l'après Desperate Housewives ne soit pas trop douloureux pour elle, car elle mérite de retrouver autre chose :)

Repost 0

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche