Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 23:43

1er février 2017, je me suis fait une virée express à Dijon, pour aller voir Renaud au Zénith en bonne compagnie (ma sœur, sa belle-mère et mon tonton). Je l'avais vu deux fois lors de la Tournée d'enfer, puis une troisième lors de la tournée Rouge-sang, qui avait suivi l'album du même nom. Et ces dernières années, Renaud avait replongé, laissant peu d'espoir pour un nouvel album, et encore moins pour une tournée. Ne restait plus qu'à écouter les anciens albums, en espérant secrètement, mais de moins en moins je l'avoue, un retour façon Boucan d'enfer en son temps...

Lorsque j'ai appris qu'un album, sobrement intitulé « Renaud » sortait en avril dernier, et qu'une grosse tournée suivait dans la foulée (plus une autobiographie aussi), je me suis jetée sur l'un et l'autre sans hésiter une seconde. C'était il y a pratiquement un an, c'est dire si l'attente fut longue ! Pour moi, c'était hors de question de ne pas aller voir mon chanteur favori sur scène une fois de plus, presque pour compenser toutes ces tournées manquées comme j'étais trop jeune, ou carrément pas encore née ! Je suis tombée dedans quand j'étais petite, à coups de cassettes entendues en boucle dans la voiture de mon parrain, et ça n'a jamais cessé, me faisant acquérir au fil des anniversaires et Noëls, la quasi totalité des CD du chanteur.

Bien sûr il y a beaucoup d'artistes aussi différents les uns que les autres, dont les textes me touchent ou me plaisent (en vrac Goldman, Bénabar, Brassens, pour ne citer que ceux-là par manque de temps et de place), mais Renaud a toujours été au-dessus pour moi, de loin. Des textes plein de verlan, d'argot, plein de révolte, d'humour, de tendresse, selon le cas... Des textes qui me parlent, alors même que la plupart des anecdotes ou des portraits dépeints n'ont rien à voir avec moi. Des titres cultes connus de tous, des autres seulement des fans, il y a finalement peu de chansons qui ne me plaisent pas, quand on fait le compte. Le dernier album m'avait plu aussi, avec des chansons encore une fois bien écrites et touchantes notamment (Héloïse est jolie comme tout, et Les Mots est une pépite). C'était la résurrection, le « Phénix », comme Renaud s'est autoproclamé et a appelé sa tournée. Celle à laquelle on ne croyait plus, sauf j'imagine, les irréductibles. Hors de question donc, de manquer cela. Et l'attente, longue, interminable, a commencé.

Mais on y est finalement arrivé, à ce 1er février ! Avec pour commencer, un détour par la boutique, où les t-shirt, badges et autres accessoires sont plutôt pas mal fait. Je vais opter pour un t-shirt plutôt neutre et un bracelet orné du phénix. Mais j'aurais pu prendre plus de choses, il y avait vraiment des trucs sympas :) !

Peu avant l'heure annoncée du concert, débute la première partie. Gauvain Sers, coup de cœur de Renaud que j'avais découvert en fin d'année dernière lors d'une émission télé consacrée au chanteur, m'était du coup un peu familier. Je connaissais 2-3 chansons, que j'ai pu fredonner. Pour une fois qu'une première partie est bien ! J'aime beaucoup la plume de Gauvain Sers. Ses chansons, dans lesquelles la filiation avec Renaud est évidente, sont bien construites, bien écrites. J'espère vraiment que cela ne s'arrêtera pas là pour lui, mais j'imagine que faire les premières partie de Renaud, c'est déjà quelque chose de fou pour lui !

Alors que Gauvain Sers se tenait sur le devant de la scène avec son acolyte devant un rideau, ce dernier tombe autour de 20h30 et laisse apparaître Renaud, qui ouvre le concert de Dijon avec Toujours debout, la chanson qui avait marqué son retour quelques mois plus tôt. Logique. J'aime bien ce titre. Il n'est pas le meilleur de Renaud ou le plus chiadé, mais il passe un message qui quelques mois plus tôt m'avait fait verser une larme à la première écoute (oui, moi je verse une larme facilement sur certains sujets, dont les chansons de Renaud) : Renaud était toujours en vie, bien vivant et n'en déplaise à ceux qui l'avaient enterré. Ce passage surtout, m'émeut beaucoup : « et pour ceux à qui j'ai manqué, vous les fidèles je reviens vous dire merci, vous m'avez manqué vous-aussi... ». Bah un peu ouais, qu'il nous a manqué !

La voix est ce qu'elle est, on n'est pas surpris si l'on a vu des émissions avec Renaud ces derniers temps, ou même pour ceux qui auront vu des vidéos d'autres concerts de la tournée. On n'a jamais trop été voir Renaud pour la voix, il le dit lui-même d'ailleurs, et là c'est vrai que ce n'est plus comme les précédentes tournées. Je pense donc que si on y va sans savoir ou pour découvrir ou accompagner quelqu'un, on sera déçu peut-être. Pour les autres, s'ils sont là, c'est qu'a priori ils ne s'arrêtent pas à cela. Et puis c'est quelque part assez joli, ce type qui revient du 36ème dessous, qui se tape une tournée de plus de 100 dates à son âge, qui fait un show de 2h30 bien tassées (rares sont ceux qui font de tels concerts)... qui donne tout, en somme. Et ça se sent. La voix va un peu mieux plus le concert avance, et elle va souvent mieux sur les anciennes chansons aussi, allez savoir... Renaud est généreux de son temps, et de son énergie, et il donne sans compter. Et j'ai trouvé cela vachement chouette. A moi, ça m'a suffi.

Un mot sur les décors qui défilaient derrière lui, et les lumières (jaunes et rouges principalement) que j'ai trouvé des plus réussis. Renaud a toujours eu des décors sympas pour ses concerts et cette tournée ne fait pas exception. Le phénix qui apparaît à la fin notamment, était superbe.

Grosse surprise, une bonne, sur la setlist. L'artiste a reconnu que les gens préféraient globalement les vieilles chansons (sans blague ^^), alors il n'a pas été avare en la matière. Bien sûr il y a eu quelque chansons du dernier album (J'ai embrassé un flic, Hyper Casher, Les mots, Héloïse, en plus du titre principal) et d'autres des années 90 et 2000 (Marchand de cailloux, La Médaille, Manhattan-Kaboul et j'en passe et des meilleures), mais on a eu droit à de vieux morceaux, comme Germaine, Marche à l'ombre, La Pêche à la ligne, Dans mon HLM... En plus des incontournables style En cloque, Mistral gagnant, Manu... Une setlist variée avec un bon fond de nostalgie, et un pot-pourri pour conclure... Comme si on avait balayé en ces 2h30 la discographie ma foi bien fournie du chanteur énervant. Encore que, comme rien n'est parfait et qu'on en veut toujours plus, j'aurais adoré entendre des pépites peu connues comme Mimi l'ennui, ou encore J'ai la vie qui m'pique les yeux, pour ne citer que ces deux-là... Mais comme il le dit lui-même là-aussi, à ce compte-là on tient toute la nuit, s'il faut toutes les jouer ^^ !

Et puis les musiciens étaient vraiment bons ! Et ça c'est important quand même, un peu. Ils proposaient des arrangements vraiment ingénieux qui donnaient un petit coup de neuf à certains titres, et c'était assez sympa !

Le public était vraiment top aussi, et ça c'est important. De toute façon, et ce n'est pas parce que j'en suis, Renaud a un public hors norme. Bien sûr j'ose espérer que dans tout concert de n'importe quel artiste, il y a des purs fans, des débuts et tout, des gens motivés à mort. Mais, même si je n'ai pas vu énormément de concerts comparés à des gens que je connais, pour moi Renaud a un public particulièrement fort. Il y a un vrai lien entre l'artiste et ce public constitué de gosses, de jeunes hommes et femmes, de quadras et d'autres qui n'ont pas loin de l'âge de Renaud ou équivalent, portant le bandana et le perfecto. Il rassemble des gens de différents âges et sans doute de différents milieux aussi. Des gens qui l'aiment et le lui ont montré ce soir là (et les autres soirs aussi je n'en doute pas) en chantant à tue-tête les morceaux, en remplaçant Axelle Red sur Manhattan-Kaboul (j'adore ce moment), en se mettant debout à la fin, et simplement, en ayant rempli au taquet le zénith. Et ça, c'est vraiment chouette.

Et entre des chansons des fois, il parle à ce public, de façon improvisée ou pas, cela se sent. Il est comme d'hab : cash, râleur, des fois amusant... Moins chaleureux peut-être, j'ai trouvé, que sur les autres concerts où j'ai pu le voir il y a quelques années, mais ce n'est plus le même homme non plus.

Alors bon, je n'ai plus exactement en tête la setlist, et surtout son ordre. Ce n'est donc pas un rapport complet du concert façon journalistique, mais en même temps ce n'était pas mon but. Je voulais juste partager mes impressions le plus objectivement possible (si si, j'vous jure) sur cette soirée. Et sinon, je suis preneuse d'un nouvel album et d'une prochaine tournée (ouais, j'en redemande sans même le laisser souffler, j'suis comme ça). Le truc avec Renaud c'est que quand il disparaît (et pour de mauvaises raisons, les dernières fois), il manque vraiment. Donc moi je dis : faut plus qu'il s'en aille. Hop, affaire résolue.

Repost 0
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 00:05

Alors que je ne désespère pas, un jour peut-être, d’achever mon article sur Renaud, voici au moins un article sur le dernier album, sorti le 8 avril dernier et qui n’a pas de titre.

Un album que l’on n’espérait plus, la santé de l’artiste n’étant pas exactement au beau fixe depuis pas mal d’années… Aussi, c’est dire combien je piaffais d’impatience, en apprenant la sortie de cet album. J’avais peur bien sûr, qu’il ne me plaise pas, ce qui peut être le risque quand on attend quelque chose si longtemps… Je manque encore de recul car même si je l’ai écouté plusieurs fois, sa sortie est quand même toute fraîche, donc peut-être que dans un an, ou plus, je ne penserai plus tout à fait cela, à propos de certaines chansons, qui sait ? Mais en attendant, j’avais envie de livrer mes impressions actuelles…

Je ferai deux constats d’ordre général, qui peuvent s’appliquer aux 3 quarts des chansons. D’abord, elles sont globalement assez courtes. Moins de 3 minutes parfois, à peine 4 minutes la plupart du temps. Cela ne me gêne pas : il est inutile d’avoir une chanson de 4-5 minutes, si tout a été dit. Et deuxième constat : pour les 3 quarts d’entre elles également, j’ai vraiment aimé la musique. Qu’elle soit mélodieuse, entraînante, gaie, mélancolique, rythmée… Sur au moins 10 titres, la musique m’a vraiment beaucoup plu ! Je ne vais donc pas citer les chansons car cela reviendrait à quasiment citer tout l’album, mais je tenais à souligner ce point.

 

Tout d’abord, il y a les chansons que je considère comme des petites pépites. Elles sont peu nombreuses forcément (quoi que trois sur quatorze titres, c’est bien). Celles que j’aime vraiment énormément, dont le propos, le texte me touche. Celles qui se démarquent des autres, qui sont « juste » bien ou très bien.

 

Héloïse      : Héloïse, c’est la petite-fille de Renaud, la fille de Lolita et Renan Luce. Renaud a toujours écrit sur les femmes de sa vie, puis sur son fils, il était donc logique que sa petite-fille ait elle-aussi le droit à une chanson. Et Héloïse, c’est probablement ma chanson préférée de l’album à l’heure actuelle, même si c’est aussi une chanson très courte. Pourtant en la décortiquant, il n’y a rien d’exceptionnel, mais c’est un tout. On y sent la nostalgie, l’amour… Je la trouve très poétique dans ce qu’elle raconte, très tendre, et elle me renvoie aux chansons belles comme tout dont Renaud a le secret.

Les mots : Dans cette chanson, Renaud parle de l’importance pour lui des mots, du pouvoir qu’ils ont. Il rend hommage au passage à ceux qui l’inspirent (Brassens, Nougaro, etc…). Il paraît qu’il avait commencé à l’écrire il y a longtemps, et qu’il l’a finalisé après des années… Et je suis contente qu’il l’ait fait, parce que c’est donc une de mes préférées aussi.

Il y parle de la façon dont les mots le sauvent, en quelque sorte. Qu’en écrivant, il y trouve du réconfort. Du moins c’est ce que je comprends. Et ça me parle beaucoup en fait, comme pensée. Certainement moins qu’à lui bien sûr, mais ça me parle.

 

Mulholland drive : Dans cette ballade, on suit une jeune fille qui plaque tout : maison, parents, vie, pour prendre le large vers une vie qu’elle espère moins terne. Et j’ai toujours aimé les « portraits » que Renaud nous brosse en quelques minutes, le temps d’une chanson. Je suis donc ravie de retrouver un de ses portraits, aussi touchant que les autres.

J’aime le côté road-movie, et la recherche de liberté, qui ressortent de cette chanson. On a presque envie de savoir ce qui va arriver à la jeune fille après, mais en même temps ce départ en lui-même, c’est le plus important. C’est une vraie histoire qui nous est racontée là, et personnellement elle m’a happée dès la première écoute.

 

Majoritaires, voici les chansons que j’ai aimé dans l’album. Qu’elles soient amusantes ou sérieuses, je les ai bien aimés. Moins que celles citées plus haut, mais plus que celles d’après. Voilà, en vrac ^^.

 

J’ai embrassé un flic : C’est amusant de voir Renaud, dire lui-même qu’effectivement y a encore 30 ans de cela, si on lui avait dit qu’il prendrait un flic dans ses bras, il n’y aurait pas cru. Mais c’est bon de voir qu’il a vieilli, qu’il a changé et que sans se trahir pour autant, il est plus modéré aujourd’hui. C’est même assez logique. En soi, la chanson est un peu répétitive malheureusement, mais dans la façon de raconter, on sent, je trouve, nettement le Renaud des années 80, et ça me plait.

Toujours debout : Rétrospectivement, Toujours debout est loin d’être la meilleure chanson de l’album. Mais c’était le premier single, la première chanson qu’on a entendu, la première après des années. Alors là-dessus, je le reconnais, je manque d’objectivité. La première fois, j’étais si heureuse de l’entendre à nouveau que j’en ai écrasé une larme. Et puis j’aime ce côté « je suis de retour », tout simplement.

 

Hyper casher : La chanson raconte la prise d’otages en janvier 2015 dans le magasin éponyme. Mais ce n’est pas du tout une chanson de colère, ou violente. C’est une chanson triste, qui rend hommage aux victimes. Elle est émouvante bien sûr, et sobre surtout. Sa sobriété est ce qui la rend belle, je pense. Et puis c’était logique que Renaud parle de cet événement, lui qui a toujours suivi et parlé de l’actualité dans ses chansons.

 

La nuit en taule : Apparemment l’anecdote est réelle. Renaud aurait passé la nuit « et puis la journée aussi » en taule dans les îles grecques, et pour lui ce n’était pas une expérience franchement glorieuse… A dire vrai ici, c’est surtout la mélodie, assez entraînante, que j’aime bien.

 

Mon anniv : Par le biais de son anniversaire (qui revient tous les ans, forcément…) Renaud évoque ici à la fois le folklore un peu lourdingue lié à un anniversaire, et la peur du temps qui passe, de prendre un an de plus et donc, de se rapprocher à chaque fois de la fin. Le thème est récurrent chez Renaud, qui a toujours eu la nostalgie de l’enfance et la peur du temps qui passe. Sous des dehors un peu comiques, cette chanson mine de rien, a toute sa place dans sa discographie. Et puis le rythme me plaît bien, ça me donne envie de taper du pied en rythme ^^.

Ta batterie : On connaissait cette chanson depuis quelques mois, puisqu’elle figurait sur l’album de Grand Corps malade. Ici, c’est le fils de Renaud, Malone, qui est à l’honneur. Une chanson tendre, que j’ai beaucoup aimé dès la première écoute. C’est la première, celle qui a remis le pied à l’étrier à Renaud, lui montrant qu’il pouvait encore écrire des chansons… Mais même sans cela, elle est très jolie dans ce qu’elle raconte.

 

Dylan : Celle-là aussi je la connaissais, parce qu’à la base elle a été écrite pour Romane Serda, l’ex-femme de Renaud. J’avais écouté son album à l’époque, et j’en avais retenu notamment cette chanson, que je trouvais très jolie. J’étais donc surprise, mais dans le bon sens, de la retrouver sur cet album.

Elle parle d’un gamin qui se viande dans un platane en sortant de boîte avec des copains, et à travers lui, Renaud évoque bien sûr Bob Dylan. Je suis contente qu’il l’ai reprise sur ce nouvel album ^^.

Et enfin, on a les chansons que j’aime moins, voire pas. Et oui, il en faut toujours quelques unes ma foi. On verra si ça évolue avec le temps, mais pour le moment on en est là ^^.

 

Petit bonhomme : Ce n’est pas que je n’aime pas cette petite chanson sur son fils, mais c’est que comparé à Ta batterie, ou même à Malone, une ancienne chanson, je la trouve… terne. Pourtant c’est typiquement le genre de chansons qui devrait me toucher, je ne nie pas qu’elle soit mignonne et tout, mais dans les faits elle ne m’atteint pas vraiment, sans que je sache pourquoi.

 

La vie est moche et c’est trop court : Cette chanson me rappelle beaucoup Boucan d’enfer, sur l’album du même nom. En soi elle est bien écrite et je comprends parfaitement que ce qu’elle raconte puisse toucher, mais pour ma part c’est trop déprimant pour que ça marche. Ça me fait vraiment le même effet qu’avec Boucan d’enfer. Trop déprimant pour moi.

 

Petite fille slave : A la base écrite pour Patricia Kaas qui n’en a pas voulu, cette chanson figure donc sur ce nouvel album… et fait partie des quelques titres qui ne me plaisent pas plus que cela. Je n’ai rien contre la thématique en soi, mais contrairement aux deux chansons ci-dessous où je reconnaissais qu’elles étaient bien écrites, celle-là n’est pas très spéciale, je trouve.

 

Pour Karim, pour Fabien : Ce slam destiné à ses potes (dont Grand corps malade) me laisse un peu perplexe je dois dire. Pas parce que c’est un slam, mais parce qu’au niveau du texte, je ne retrouve pas vraiment Renaud. Je comprends bien la démarche et en soi c’est sympa comme idée, mais pour le moment je dois dire que je n’adhère pas.

 

Et voici. Globalement c’est donc un album dont je suis satisfaite. Pas seulement parce que je l’attendais, depuis le temps, mais parce qu’il me plait réellement. Pour moi, c’est du bon, et je suis ravie de ce retour ! Vivement le concert !! :)

Repost 0
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 00:05

Le projet, supervisé par Renaud, comporte deux albums sortis en 2014, à quelques mois d'intervalle.

Je me suis enfin décidée à les écouter, car je critiquais sans savoir (enfin je me basais notamment sur le single Mistral gagnant par Cœur de pirate, que j'ai entendu à la radio et détesté), et tant qu'à faire, j'aime bien critiquer en connaissance de cause ^^.

Au final, je suis mitigée. Il y a de bonnes reprises, et pas forcément là où je m'y attendais en plus. Il y en a que j'ai détesté, pour des raisons diverses (mais quand même souvent parce qu'à la base je n'aime pas l'artiste, donc ce n'est ps étonnant au final). J'en ressors donc satisfaite par certaines chansons, déçue/rebutée par d'autres. C'est largement moins pire que ce que je pensais (et à mes yeux, moins pire que l'album hommage à Goldman, que j'avais trouvé assez terrible). Et après tout, si cela peut faire découvrir Renaud aux plus jeunes, pourquoi pas ?

Précisons que dans mon cas, Renaud étant mon artiste favori, je n'ai découvert aucune chanson : je les connaissais toutes déjà par cœur. Ceci étant je n'en avais pas écouté certaines depuis un bail (La Blanche, par exemple).

 

Volume 1 :

Sur les 14 chansons que ce premier volume regroupe, on est à deux-trois exceptions près, dans ce que les puristes qualifient de la meilleure période de Renaud. Des chansons de l'album Place de ma mob, Morgane de toi, Mistral gagnant, etc... Et s'il y a des titres incontournables, de ceux que même celui qui ne connaît pas et n'aime pas Renaud plus que cela connaît, comme Mistral gagnant par exemple, on a aussi des chansons connues seulement des fans, comme Il pleut par exemple. On a aussi bien les chansons coups de poing de l'artiste, comme Hexagone ou Où c'est qu'j'ai mis mon flingue ?, que des plus tendres, comme Chanson pour pierrot ou en cloque... Bref, on brasse large, ce qui est aussi bien. Je crois savoir que Renaud a choisi les artistes, donc je suppose aussi qu'il a choisi les chansons. Évidemment vu son importante discographie, je n'aurais pas nécessairement choisi celles-là, mais au final le choix en tant que tel, n'est pas mal du tout. Et au final, tout ceci s'applique aussi au volume 2 d'ailleurs.

 

Au rayon des bonnes surprises ou des surprises tout court d'ailleurs, j'ai envie de citer :

  • Laisse béton, par Disiz. Parce que je n'ai rien contre ce chanteur en soi mais je n'aime pas le genre musical qui est le sien, donc là je partais avec d'énooooormes a priori ! Et honnêtement je ne suis toujours pas fan en soi, mais je trouve qu'il n'y a pas de trahison de la chanson, de son rythme ou quoi, et ça passe assez bien... J'en suis la première surprise, mais enfin il faut reconnaître que ça le fait.

  • En cloque par Hubert-Félix Thiéfaine. Le (très) peu que je connais de ce chanteur, je n'apprécie pas vraiment. Mais pour le coup sa version de En cloque passe plutôt pas mal, je trouve. Là aussi je n'écouterai pas toute la journée, mais ce n'était pas déplaisant du tout, bien au contraire. Et c'est d'autant plus notable que En cloque est une chanson incontournable de Renaud.

  • La balade nord-irlandaise, par Nolwenn Leroy. Le truc avec Nolwenn, c'est qu'elle chante bien, et elle a une bonne voix. C'est juste que je n'aime pas ce qu'elle chante, y a rien à faire. Alors dès qu'elle chante les chansons des autres, j'apprécie. Et ce fut le cas ici, avec son interprétation pleine de caractère et en même temps douce, de cette jolie chanson...

Dans ce que j'ai également aimé dans l'album (mais qui n'était pas vraiment une surprise, dans la mesure où j'apprécie les artistes en question déjà à la base), je dirai :

  • Manu, par Jean-Louis Aubert. Arf, Manu. Magnifique chanson, donc bien casse-gueule. Mais Aubert a fait une bonne version (mais je le revois chanter Manu avec Cabrel et Julien Clerc je crois, aux Enfoirés y a quelques années de ça...). Je pense qu'on ne pouvait rêver mieux que lui pour la chanter, avec sa douceur et ce truc qu'il a dans la voix, qui fait qu'on sent plein de tendresse...

  • La Pêche à la ligne, par Bénabar. J'ai redécouvert la chanson, que je n'avais pas écouté depuis des lustres. Très jolie chanson, avec des traits d'humour notables, et cela sied parfaitement à Bénabar, qui a pour habitude aussi d'écrire des chansons émouvantes teintées d'humour. Cela lui va vraiment bien.

  • Chanson pour pierrot, par Raphaël. J'aime bien Raphaël, mais pour le coup je ne le voyais pas forcément chanter cette chanson... et au final ça passe bien. On sent le côté mélancolique dû au très beau texte, et Raphaël donne une version qui à la fois ne trahit pas l'original, et à la fois est marquée de sa patte.

  • Hexagone, par Nicola Sirkis. Un peu comme pour Raphaël, je m'imaginais mal Nicola Sirkis (que j'adore, en plus) chanter non seulement du Renaud, mais en plus celle-là. Il faut croire que j'avais tort, car le rendu n'est pas mal du tout. En même temps j'ai toujours eu un faible pour les intonations de l'éminence grise d'Indochine, alors ^^'...

  • Je suis une bande de jeunes, par Renan Luce, Benoît Dorémus et Alexis HK. Des trois artistes, je ne connais que Renan Luce, dont je suis la carrière depuis le début pour ainsi dire. Clairement, c'est sa voix que j'aime le mieux, étant moins fan des deux autres (tout en ne sachant pas qui est qui). Mais c'est sympa de faire cette chanson à trois voix, j'ai apprécié le principe, en fait !

  • La Médaille, par Grand corps malade. J'aime bien l'artiste et l'intention qu'il met dans ses interprétations, et ce fut le cas ici. Evidemment on retrouve son style, le slam, donc il faut aimer, mais sa voix très grave colle bien au texte, j'ai trouvé.

 

Enfin, dans ce que j'ai moyennement aimé, voire détesté au point d'envisager de me crever les tympans (enfin pas à ce point mais pas loin quand même, des fois) :

  • Mistral gagnant, par Cœur de pirate : Déjà, je n'aime pas Cœur de pirate, sa voix « nian-nian »... Et, j'admets totalement mon manque complet d'objectivité, mais sur Mistral gagnant, impossible d'être coulante, pour moi. On-ne-sabote-pas-cette-chanson, un point c'est tout ! Après, je sais que ça a marché, que les gens ont globalement été touchés par son interprétation, et tant mieux, mais ce n'est clairement pas mon cas...

  • Il pleut, par Elodie Frégé. Pour le coup, ici on est plus dans le moyen... Je n'ai pas foncièrement détesté. L'interprétation est douce et colle bien, il est vrai, au texte. Mais je n'aime pas la voix, alors forcément, je n'ai pas vraiment pu adhérer...

  • Deuxième génération, par Benjamin Biolay. Je ne dis pas que Deuxième génération est d'une gaieté folle, mais chantée par Benjamin Biolay, j'ai vraiment eu envie de me pendre... C'était plus dépressif que Vincent Delerm... J'ai détesté, vous l'aurez compris.

  • C'est quand qu'on va où, par Carla Bruni. Pour le coup, je ferai bien un copié-collé de mon commentaire ci-dessus pour Il pleut... C'est-à-dire que je n'ai pas détesté, car la voix est douce et pour le coup il y a des chansons de Carla Bruni que j'apprécie. Mais je ne sais pas... C'est comme si ça manquait un peu trop de poigne en fait.

  • Dès que le vent soufflera – tous. Tous les artistes présents sur l'album chantent en choeur cette chanson et son célèbre « tintintin ». une bonne idée, et une bonne chanson à chanter à plusieurs. Mais forcément comme il y a la moitié des voix auxquelles je n'adhère pas...

 

Volume 2 :

Même principe que pour le volume 1. Au rayon des bonnes surprises, on trouve :

  • Morts les enfants, par Bernard Lavilliers. Ces dernières années, je redécouvre Bernard Lavilliers et j'apprends à l'apprécier avec plaisir. Mais du coup pour chanter du Renaud, j'avais un peu peur, notamment par rapport à sa voix et son style de chansons. Mais je suis surprise de l'interprétation, et un peu comme je l'ai dit pour Raphaël, on sent à la voix le respect de l'original, et la patte si propre à Lavilliers.

  • Morgane de toi, par Vincent Lindon. Pour le coup, vous parlez d'une surprise... J'ai beaucoup aimé son interprétation de la pas facile car emblématique Morgane de toi ! Pas que ce soit une grande voix, mais ce sont justement tous les défauts qui m'ont plu (peut-être parce que ça se rapproche de Renaud, qui n'est pas une grande voix non plus). Ca avait beaucoup de personnalité, je trouve, et je ne m'attendais pas à accrocher à ce point !

  • It is not because you are, par Emily Loizeau. Pour le coup, je ne connais pas la demoiselle, mais j'ai bien aimé. Cette chanson est purement un gros délire de Renaud, elle n'a d'autre but que d'amuser, donc pas besoin de s'enflammer dessus. Et l'interprétation, très simple, a été convaincante je trouve.

  • J'ai la vie qui m'pique les yeux, par Nolwenn Leroy. Idem que mon commentaire pour sa chanson dans le volume 1. J'ai beaucoup aimé, tout simplement. Et si cette chanson n'est pas connue, elle fait partie de mes préférées depuis toujours, donc je suis bien contente qu'elle ait bénéficié d'une jolie interprétation !

 

Dans ce que j'ai aimé, sans trop de surprise :

  • Son bleu, par Calogero. J'aime beaucoup cette chanson et ce qu'elle raconte, et la douce voix de Calogero qui se pose sur ces paroles, c'était vraiment un délice. Pour le coup je pense que ce doit être ma préférée, ou pas loin, sur les deux volumes. C'est tout simple, mais Calogero y met beaucoup de cœur et cela m'a plu.

  • P'tite conne, par Nicola Sirkis. Pour le coup comme j'avais entendu Hexagone un peu avant, la surprise d'entendre Nicola Sirkis chanter du Renaud n'était plus là ^^. Et sans suspens, j'ai bien aimé sa version de P'tite conne, chanson que j'ai toujours trouvé poignante...

  • Adieu minette, par Olivia Ruiz. Ah, ça colle super bien à la voix d'Olivia Ruiz, cette chanson et sa gouaille ! Je ne l'attendais pas forcément sur ces albums, mais une fois que j'ai vu qu'elle y étais, j'ai tout de suite pensé que ce serait bien si c'était Olivia Ruiz ! Comme quoi ^^'... Elle n'a pas l'accent parisien façon Renaud bien sûr, mais j'aime bien son interprétation.

  • Où c'est qu'j'ai mis mon flingue, par Renan Luce. Je suis partagée mais allez, je l'ai mus dans les plus, celle-là. Parce que j'aime la chanson, j'aime Renan Luce, je l'ai déjà dit, mais je ne le voyais pas du tout chanter celle-là... Et ça passe parce qu'il chante bien, mais c'est vrai que je trouve que tout chez ce chanteur dégage une telle candeur, que la chanson ne lui colle pas forcément, quoi ^^'.

Enfin, dans ce qui ne m'a pas trop plu, voire plus... :

  • Manhattan-Kaboul, par Thomas Dutronc & Nikki Yanofsky. Le truc, c'est que Thomas Dutronc m'inspire une franche sympathie, mais pour le coup je retrouve les intonations de son père quand il chante, et je n'aime pas Jacques Dutronc, donc fatalement... Mais ce n'était pas odieux ni rien, c'est juste que je n'ai pas adhéré, en fait. Mais j'ai bien aimé la voix de Nikki Yanofsky, que je ne connaissais pas.

  • Miss Maggie, par Benjamin Biolay. Bon ben... Pareil que ce que j'en ai dit pour le volume 1. Benjamin Biolay... pas possible.. tout ça...

  • Marche à l'ombre, par Emmanuelle Seigner. J'ai longtemps hésité à mettre cette chanson ici ou juste au-dessus. Parce que des trucs m'ont plu : le tempo, le côté « nerveux » de l'interprétation... Mais là je crois que je manque d'objectivité car je sais ce qui cloche dans le fond : c'est la première fois que j'entends Emmanuelle Seigner chanter, et je n'avais jamais remarqué à quel point elle a les mêmes intonations que sa sœur, Mathilde. Et j'exècre Mathilde Seigner. Je crois que malheureusement, c'est cela qui m'a filé des boutons...

  • Ma gonzesse, par Arno. Euh... Vraiment, ai-je besoin de dire pourquoi je n'ai pas aimé ? Je pourrai, mais je n'arrive pas à expliquer sans être désagréable envers l'artiste, et comme ce n'est pas l'objectif, je dirai donc juste que cela ne m'a pas plu.

  • La mère à titi, par Louane. Autant j'aime bien Louane (à petites doses, mais ça va), autant je trouve que sa voix ne convient pas du tout. Ce n'est pas qu'elle chante mal, c'est juste que ce genre de voix ne va pas -à mon sens, bien entendu- sur du Renaud. Je ne sais pas pourquoi, j'ai trouvé le décalage trop important...

  • Mon H.L.M, par Arthur H. Ben sans surprise, vu que je n'aime pas Arthur H. Donc dès le début, c'était déjà mort.

  • La blanche, par Benjamin Siksou. Certes la chanson a un rythme lent. Mais lent ne veut pas dire qu'on s'ennuie. Et là je m'ennuie. Alors c'est loin d'être la meilleure chanson de Renaud, c'est certain, et je ne l'écoute pas souvent, mais je ne m'étais encore jamais ennuyée ferme dessus...

 

Globalement, il faut souligner les arrangements sur la musique, qui pour chacune des chansons, change de l'original mais est très sympa (en même temps, Alain Lanty veillait au grain...). C'est un bon point.

Pour le reste, ben je ne me répéterai pas : y a de tout, évidemment ce qui est dit là n'engage que moi, mais je suis contente finalement, d'avoir découvert deux-trois trucs. Ceci étant et comme attendu, rien ne vaut Renaud par Renaud ^^ !

Repost 0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 00:30
Mika au Zénith de Nancy (live report)

Depuis longtemps, j'avais l'envie de voir Mika en concert. Ca a été chose faite le 9 octobre dernier, au Zénith de Nancy !

Mika au Zénith de Nancy (live report)

Un concert auquel les personnes avec qui j'y suis allée et moi-même, devions être les seules à nous rendre sereinement ! Car en effet Mika était malade et avait annulé deux concerts les jours d'avant, je crois, donc les fans craignaient un peu pour celui de Nancy... qui a bien été maintenu du coup, mais n'ayant pas suivi l'affaire, je suis passée à côté de « l'angoisse » :D.

Personnellement, je n'ai pas vu que Mika était/avait été malade, tant il a assuré à tous les niveaux. Dès le début, il était tel que je me l'imaginais : sautant, bondissant partout sur la scène, utilisant tout l'espace durant la totalité du show. Le garçon semble très énergique quand on le voit à la télé, et je confirme ^^ ! Vocalement, même chose. Mika est une des rares voix aiguës que j'apprécie à ce point, et c'est vrai que techniquement, c'est quelque chose ! Honnêtement, qu'est-ce que cela doit être lorsqu'il est en pleine forme alors !

Mais le concert a d'abord débuté par une première partie, qui n'était pas celle annoncée sur les billets. On nous avait promis Citizens (que je ne connaissais pas), et a priori cela a été annulé à la dernière minute, et nous nous sommes retrouvés avec un artiste de Nancy, Eddie la Gooyatsh. Bon, le bonhomme était très drôle (et probablement bien surpris de se trouver à faire la 1ère partie de Mika au Zénith alors qu'on a dû l'appeler quelques heures plus tôt à peine, si j'ai bien compris) et très sympathique, mais je n'ai pas accroché plus que cela à ses chansons (sauf une, mais je ne m'en souviens pas).

Quant à Mika, je suis incapable de dresser une setlist de la soirée par le menu, parce que je n'ai pas noté les chansons, forcément, et parce que je ne les connaissais pas toutes aussi. Mais du coup c'est bien, cela m'a permis d'en découvrir de nouvelles !

Mika au Zénith de Nancy (live report)

Le chanteur a beaucoup parlé au public, à plusieurs reprises (notamment du fait qu'il avait été malade ^^), et c'était très sympathique. D'ailleurs j'ai trouvé l'ambiance du concert vraiment bonne. Le public réagissait bien, chantait beaucoup, et du coup l'ambiance était réussie, tant dans les gradins que dans la fosse (où j'étais). Et ça, c'est quand même très important ! Par ailleurs le décor était plutôt chouette, avec une caravane sur le côté et tout un tas de trucs qui en sortaient selon les chansons, les lumières qui tour à tour, en fonction des chansons, donnaient envie de danser ou bien mettaient une ambiance plus douce... Sans oublier les costumes de Mika, parfois assez colorés, à l'image du chanteur. Sur la forme, rien à redire. Ah, il y a quand même cette anecdote où apparemment une fille qui criait dans le public évoquait au chanteur la fameuse Miss Peggy, et du coup à quelques reprises il y a fait allusion en riant, apparemment ça l'a bien marqué ^^.

Nous étions situées au fond de la fosse, et c'était nickel. En effet la fosse est large, mais pas très profonde et du coup même en étant au bout, devant les premiers gradins, on le voyait parfaitement bien. Du reste, Mika se déplaçait beaucoup donc quel que soit le côté où l'on se trouvait, on pouvait le voir de près assez souvent. Mais même sans ça, on le voyait très bien, je suis ravie :).

Mika a alterné évidemment des chansons de son dernier album en date, No place in heaven, avec des « classiques » comme l'inévitable Relax, Grace Kelly ou encore Happy Ending. Il y avait de quoi faire, en somme, et pour tous les goûts ! Personnellement je connais bien les premières chansons, et un peu moins le dernier album donc j'ai à la fois eu le plaisir de chanter celles que je connaissais, et d'en (re)découvrir de très chouettes ! J'ai eu celles que je voulais, à une exception près : Any other world, que j'adore. Mais on ne peut pas tout avoir ^^. J'ai eu Last Party, Talking about you, Staring at the sun, Origin of love, Underwater, et les classiques dont je parlais plus haut, notamment... Comblée, je suis ^^.

Mika au Zénith de Nancy (live report)

L'un des temps forts du concert restera quand même Happy ending et ce fabuleux a capella à la fin (encore une fois : qu'est-ce que ça doit être quand il est en bonne santé ^^). Ce moment là était juste magique et il m'a collé la chair de poule. Déjà que c'est une jolie chanson, mais alors là... J'en frissonne rien que d'y repenser, tiens...

L'énergie du chanteur a été contagieuse : le public n'a pas touché terre pendant les deux heures de show, semble-t-il. Enfin en ce qui me concerne, j'ai passé une super soirée -qui évidemment est passée bien trop vite- en chantant à tue-tête ! Et si le bonhomme repasse dans le coin sur une prochaine tournée, j'en serai très certainement ! ^^

Repost 0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 00:22

Aujourd'hui, j'avais juste envie d'évoquer une de mes chansons préférées et d'en mettre quelques interprétations. Il est difficile de trouver des « chansons préférées ». J'aime beaucoup de genres, et j'aime des chansons pour diverses raisons : parce qu'elles me filent la pêche, parce qu'elles m'amusent, m'émeuvent, etc... Et du coup c'est difficile de quantifier tout cela. Mais malgré tout je pense que je peux dire que « You Raise Me Up » fait réellement partie de mes chansons favorites. C'est un ensemble de choses : j'aime beaucoup la mélodie, cette montée en puissance progressive, et ces paroles qui racontent des choses qui me plaisent beaucoup. Elle me touche particulièrement cette chanson, pour plein de raisons...

Alors maintenant, plutôt qu'un long discours qui ne ferait que répéter en boucle ce que je viens de dire, quelques versions (il s'agit d'un échantillon car il y en a pas mal ^^') :

Celtic Woman

Josh Groban

Susan Boyle

Lena Park

Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 00:13

TegoMass, à l'été 2009, avait sorti un nouveau single. Mais d'abord, que se cache-t-il derrière ce nom là ? C'est simplement la contraction de Tegoshi et Masuda, deux membres du groupe NEWS. Par le passé, ils avaient sorti des singles, déjà. Et j'avoue être assez fan, pour plein de raisons : leurs voix s'accordent bien, il y a Tegoshi, il y a le sourire de Masuda, les chansons sont sympas et puis ces deux là vont décidemment bien ensemble ^^. Bref j'aime beaucoup, et j'apprécie partiulièrement ce single. On va trouver y 4 chansons.

Tanabata Matsuri, piste phare puisqu'elle bénéficie d'un clip, ouvre le bal. Et j'avoue être tombée sous le charme de cette chanson -parfaite pour l'été- à sa première écoute ^^. Le clip est mignon tout plein, puisqu'on les voit entourés d'enfants, faisant des souhaits... et également en tenue traditionnelle *_*. Par contre question coupe de cheveux, c'est le drame absolu, surtout pour le pauvre Masuda oO ! Mais alors il ne pourrait pas être plus souriant, c'est un vrai rayon de soleil ce garçon là ^^'. De toute façon eux deux, c'est le côté choupi et adorable qui fonctionne... Un peu de douceur dans ce monde de brutes, moi je fonds ^^'. La chanson s'ouvre donc avec un couplet de Masuda, un de Tegoshi avant que leurs voix ne se rejoignent. Et elles vont vraiment bien ensemble, c'est prouvé ! Et puis franchement, j'adore la voix de Tegoshi, donc je me suis régalée à l'entendre ainsi). Qui plus est la musique est fun, amusante et entraînante. J'adore cette chanson ! ^^
Avec Hanamuke, c'est du pur TegoMass dès le début : tandis que l'une des voix descend (Masu), l'autre monte (Tegoshi), créant une harmonie impeccable. La chanson est assez classique, pas forcément extraordinaire si ce n'est le refrain, au rythme plutôt sympa ^^
Boku Rashiku "bouge" déjà un peu plus. Là, j'avoue que c'est la chanson que j'ai le moins aimé. Je n'ai tout simplement pas accroché à la mélodie. Certes j'admets que c'est rythmé, d'ailleurs on se surprend à hocher la tête au refrain, mais voilà... Sans plus. Je ne sais pas à quoi ça tient, mais voilà, elle m'a un peu laissé de marbre au final. Et ça n'a jamais changé avec le temps.

Owaranaide boucle ce single. Et j'adore ^^. Et ça n'a pas plus de sens que mon avis négatif pour la piste précédente où il n'y a aucune raison réelle pour que je n'aime pas. Ben là pareil : aucune raison pour que j'aime, puisque c'est le même style. Pourtant j'adore. La mélodie est super prenante, faut pas chercher XD. Là c'est purement une question de feeling je pense (pis en plus y a du violon au milieu alors ça ne peut que me plaire XD). Un peu répétitive, il faut l'admettre, mais qu'est-ce qu'elle est bien ! ^^'. Et la voix de Tegoshi ressort vachement plus que celle de son compère (heureusement, d'ailleurs, parce que Tegoshi a une sacrée belle voix !).
Si on résume un peu, je dirai qu'il y a une chanson que je n'aime pas, une qui est bien, et deux que j'adore. Donc à mes yeux, c'est un bon single ^^.

Repost 0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 00:22

Pour le coup, je n'ai jamais d'idées d'articles musique lors des semaines spéciales, et là j'en avais deux qui me sont venus tout de suite à l'esprit ! Comme quoi, ça dépend ^^...

Alors pourquoi ce choix ? Eh bien tout d'abord, j'avais eu l'occasion d'en parler il y a un moment lors d'un article sur eux, mais j'adore ce groupe. Je n'écoute pas énormément de groupes coréens tout compte fait, mais celui-là fait assurément partie de mes préférés, et pour des raisons très simples : j'aime les mélodies (pas toujours évidemment, mais dans la majorité des chansons) et j'aime la voix de Lee Hong Ki et ce timbre si spécial qu'il a et la puissance dont il sait faire preuve. Alors forcément dès qu'un nouveau clip sort, je le regarde.

 

Et cette chanson-là, depuis sa sortie (soit 2-3 ans à peu près si je ne me trompe pas trop), fait partie de celles que je préfère. Il s'agit d'une ballade, mais une ballade encore bien rythmée quand même, et ça fait justement partie de ces mélodies que j'aime beaucoup. J'aime bien le rythme des refrains (qui sont par ailleurs très accrocheurs), mais j'aime bien la tonalité des couplets aussi. Après, c'est une chanson d'amour assez classique, mais mignonne.

Le clip me plaît particulièrement. J'ai beau aimer le groupe, je ne suis pas non plus une grande fan de leurs clips finalement (à part celui de « I Hope », dont j'aime bien le principe), mais j'aime l'idée de celui-ci. On a deux personnages tenus par des fils tels des marionnettes, qui se tournent le dos et puis progressivement qui se font face et essaient de se toucher... L'idée est jolie et en plus le décor est minime, mais plein de couleurs. C'est vraiment tout simple, mais j'aime bien. Je trouve presque dommage finalement, qu'on voit le groupe comme cela ; j'aime bien quand les clips racontent une histoire et je trouve que quand c'est comme cela, à la limite on peut se dispenser de faire apparaître le groupe ou le chanteur en question sur la vidéo, mais bon ce n'est que mon avis. Quoique la lumière est chouette quand on les voit, c'est toujours cela de pris.

 

Lien vers le clip : ICI

 

« Shimjangi momchunda nae sumi monnunda niga ttonanda

Gasumi shirige noman saranghaetta haengbok haessotta

Ni namjaro taeonaso hanopshi sarang haessotta

Gugullo dwaetta nunmulkkuk chama boryonda

 

Bitmuri onmomul jokshinda

Tto aesso gogael duro hanurul barabonda

Nae nune durogan biga norul saenggakhamyo

Chamgo tto chamawatton nunmurul daeshin haejunda

 

Michidorok saranghaeso nomuna haengbok haessotta

Saranghan chuogun naegejun norul bonaenda

 

Anyong nae sarang sarang sarang

Jalgayo nae sarang sarang sarang

Chaorunun naye nunmuri onmomul jokshyodo

Ijenun good bye good bye good bye

Narul ttona budi haengbokhae

Hangorum hangorum niga morojinda

 

Maropshi suljanul chaeunda

Himgyopge sone dulmyo hansumul baetobonda

Hanjanul mashyobonda

Norul saenggak hamyo

Chamgo tto chamawatton nunmurul hamkke samkinda

 

Michidorok saranghaeso nomuna haengbok haessotta

Saranghan chuogun naegejun norul bonaenda

 

Anyong nae sarang sarang sarang

Jalgayo nae sarang sarang sarang

Chaorunun naye nunmuri onmomul jokshyodo

Ijenun good bye good bye good bye

Narul ttona budi haengbokhae

Hangorum hangorum niga morojinda

 

Nan gasumi chagawo sarangul mollannunde

Jongmal gomawo ijeya arasso ironge sarang irangol

 

Shimjangi momchunda nae sumi monnunda niga ttonanda

 

Anyong nae sarang sarang sarang

Jalgayo nae sarang sarang sarang

Chaorunun naye nunmuri onmomul jokshyodo

Ijenun good bye good bye good bye

Narul ttona budi haengbokhae

Hangorum hangorum niga morojinda

 

Bitmuri onmomul jokshinda hanurul barabonda

 

Chaorunun naye nunmuri onmomul jokshyodo

Ijenun good bye good bye good bye

Narul ttona budi haengbokhae

Hangorum hangorum niga morojinda »

Source : Nautiljon

Repost 0
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 02:33

MBLAQ est un jeune groupe coréen que globalement, j'aime assez. Ils ont de bonnes voix, et généralement j'aime plutôt bien leurs chansons. Une que j'aime particulièrement est "Mona Lisa" ! Je connaissais le groupe d'avant cela, mais c'est probablement avec cette chanson que je me suis mise à écouter davantage ^^...
 

Pour moi c'est une chanson plutôt intéressante, mais aussi belle et bien aboutie. Je disais intéressante parce que j'avais l'impression, au moment de sa sortie, qu'elle était une sorte de changement dans la ligne qu'avait jusque là le groupe, et qui du coup, s'essayait à autre chose. C'était mon idée, du moins. Donc non seulement c'est sympa à l'oreille et c'est en soi une bonne chanson à mes yeux, mais en plus ils avaient le mérite d'innover, de se renouveller (toutes proportions gradées hein...) alors que d'autres groupes pourtant plus "vieux" ne le font pas nécessairement. Rien que pour cela, l'effort mérite d'être salué, ou au moins relevé.
Sur le clip par contre, je n'ai pas grand chose à dire vu qu'il me laisse assez indifférente (et puis on ne voit pas assez Mir, roh >< !). Heureusement que la choré est plutôt sympa ! Mais pour le coup j'aimerais bien voir ce que vaut cetet chanson en live...
Chanson aux accents un brin "latino", bien rythmée et dont les couplets sont aussi sympas que les refrains, Mona Lisa est une jolie surprise ! Et je dois dire que si j'apprécie toujours autant le groupe actuellement, cette chanson garde sa place de chouchoute ^^'. Et puis franchement plus le temps passe, plus j'apprécie G.O, à la voix vraiment superbe... L'aigu qu'il nous sort à un moment donné est juste parfait !

Repost 0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 00:06

Acid Black Cherry est un groupe que j'adore bien plus que la moyenne ! (comment ça, ça date pas d'hier ? Zut alors). J'adore la voix de Yasu, j'aime l'entrain des chansons... C'est toujours un plaisir pour les oreilles !
Et il faut dire une chose pour leurs clips : je les aime bien, la plupart du temps. Il y en a peut-être un que j'aime moins, mais c'est tout. Le reste, soit ils me font bien rire ("20th century boys", qui est fun), soit je les trouve chouettes visuellement (Jigsaw, Koi hitoyo...). Celui-là ne fait donc pas exception à la règle.
Yasu nous la joue tout en ambiguité, tantôt en femme fatale (et une femme très convaincante, vu son côté androgyne), tantôt en séducteur invétéré. Il a la classe quel que soit l'habit qu'il porte, de toute façon ^^ (oui je sais, pour l'objectivité je repasserai). Mais l'intérêt de ce clip est de nous la jouer 'vieux bar enfumé',on imagine un bar sur fond de jazz à la façon des vieux films américains... On dirait vraiment un film d'ailleurs, toutes les références y sont. Donc je trouve ce clip non seulement joli à voir, mais en plus original et puis pour moi qui aime le cinéma, forcément l'intérêt était double.
 

 

La chanson déroute dans un premier temps, vu qu'elle commence plutôt doucement et d'un seul coup ça pète, alors qu'on ne s'y attendait pas vraiment. En fait, le refrain va super vite, et puis d'un coup ça retombe aux reprises. C'est déroutant, le rythme ne cesse de changer... et j'adore ça ^^. La voix un peu 'métallique' de Yasu se prête formidablement à cet exercice, alors que l'instrumentalisation est riche sans être lourde. Bref, j'adore cette chanson !! Y a pas mieux pour redonner la pêche ^^

Moonlight Shadow hitoribocchi
[NODO] ga kawaiteta dake na no yo...
kajiritsuita kajitsu wa
amai amai moudoku de...okasarete
Black Cherry...nurete ochite
watashi no naka e tane wo nokoshiyomigaere...
aishitekurenakute ii yo...aishitenai kara
kore ijou mijime ni sasenai de...
Futari no kono History...chotto shita yorimichi na no
kokoro wa mada Mystery...dakareta yoru no kazu dake nagareshita namida
Akai Rouge [SHATSU] no eri
kotoba wo nomikomi kuchizukeru...
[INKANTOSHAIN] watashi ja nai kaori
shiranai...koshitsukai
mada Ecstasy Replicate
inoreta hane wo furuwase nagara...
Toumei na Scandal kamishimeta kuchibiru
Slowmotion kizamikomare...
Don't stop kiss me! Hanarerarenai...
Don't stop kiss me! Demo yurusenai...AH~ naka ni dashite!
Black Cherry..nurete ochite
Watashi no naka e tane wo nokoshite!
Aishitekurenakute ii yo...aishitenai kara
konna ni mijime ni shite!
Kindan no Territory...zutto nukedasenakunatte
Kanjiru Black Cherry...kiss no kanshoku chotto wasurerarenai
Don't stop kiss me! Hanarerarenai...
Don't stop kiss me! Demo yurusenai...AH~ naka ni dashite!
Black Cherry..nurete ochite
Watashi no naka e tane wo nokoshite!
Aishitekurenakute ii yo...aishitenai kara
konna ni mijime ni shite!
Black Cherry choudai
Black Cherry motto...
honto wa zutto aishiteita no ni...
mijikai History...chotto shita yorimichi na no
kore de Finally...keredo...tama ni konna watashi no koto omoidashite...

Repost 0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 01:43

hide est un de mes artistes japonais préférés... Et j'ai vraiment des périodes, avec sa carrière solo. Des fois je n'écoute quasiment pas, et quand je me remets le nez dedans, ça tourne en boucle ! Et depuis début mai (date anniversaire de sa disparition), je suis de nouveau retombée dedans ! Donc voilà, c'était l'occasion pour parler de hide.
 

Donc aujourd'hui, je vais parler de 'Goodbye'. Très jolie chanson, mélancolique à souhait... Je n'ai pas mis le lien vers le clip (pourtant le bonnet qu'il a dedans, j'adore XD), mais vers ce live de 96... Parce que finir un live sur cette chanson, c'est les larmes garanties... et puis c'est l'occasion de revoir Pata (X Japan), qui joue derrière ^^. Celle-là aussi, j'aurais tant aimé l'entendre "en vrai" ^^...
La chanson est vraiment nostalgique, les paroles renforçent cette idée... Comme quoi, hide excellait aussi bien dans les morceaux rock que dans les ballades... Car comme Tell me, cette chanson -en plus douce encore- berce, un peu... Et en live c'est vraiment encore meilleur ^_^...

 

Say good bye tada Good bye
Subete no wazurawashisa ni Good bye
Say good bye tada Good bye
Kawaru koto osorezuni Good bye

Atemo naku tada aruite
Tsukareta hibi no takara ni Good bye
Susundeyuku michishirube wa
Saisho to onaji kaze no mama ni

If you can't find a way
Ikutsu mono Winding road
Sora ni te wo kazashite Round & round
Mada minu tochi ni fuan oboenagara
Chiisana uta ni tazuneru

Please songs tell me true
Kimi no melody
Doko ni itemo naritsudzuketeiru
Mata itsuka hitori mayottemo
Kikoetanara karoyaka ni arukidaseru

Say good bye tada Good bye
Kizutsuku no wo osorezuni Good bye
Te no naka no machi kirenai
Omoi wa subete suteteyukou

Please songs tell me true
Kimi no melody
Doko ni itemo naritsudzuketeiru
Moshi dokoka hitori mayottemo
Utaetanara shinayaka ni arukidaseru
Good bye
Repost 0

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche