Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 00:33

Un film réalisé par Mamoru Hosoda, sorti en France en 2016.

Ren a 9 ans lorsque sa mère décède. Son père étant parti, il va devoir vivre avec une famille qu'il ne connaît pas, alors il s'échappe. Il va suivre Kumatetsu, une Bête qui passait dans le monde des Humains à la recherche d'un disciple.

Ren, surnommé Kyuta, va devenir ce disciple et suivre Kumatetsu dans le monde des Bêtes. Il va apprendre à devenir un guerrier auprès de ce maître peu patient et désinvolte, qui a bien du mal à lui enseigner ce qu'il sait...

Je ne sais même plus comment je suis tombée sur ce film... Peut-être l'envie de voir que les films d'animation japonais ne s'arrêtent pas à Miyazaki, sans doute. Enfin je le savais sur le principe, mais c'est vrai qu'à part les Miyazaki, j'en ai très peu vu d'autres réalisateurs, finalement. Je pense donc poursuivre mes découvertes petit à petit, en commençant déjà par les autres films de ce réalisateur là, car s'ils sont tous aussi bien que celui-là, cela promet de belles heures de visionnage en perspective !

En effet, j'ai beaucoup aimé Le Garçon et la Bête. C'est un film drôle et beau, assez surprenant finalement, parce que l'on s'attend à un voyage initiatique, et finalement c'est plus que cela, c'est autre chose. On a bien sûr les scènes bien connues d'entraînement entre le maître et l'élève (avec les saisons qui défilent derrière ^^'), mais le film est aussi une réflexion sur deux mondes, sur la noirceur qui est en nous... Il aborde pas mal de thématiques, en fait. Il y a clairement 3 parties là-dedans : la première est celle de l'initiation, où Ren va apprendre à se battre aux côtés de ce maître peu commun, la seconde est celle où Ren se sent tiraillé entre le monde humain et celui des bêtes, et la troisième est encore autre chose, mais pour ne pas la déflorer, je n'en parlerai pas plus que cela ^^.

=

On rit pas mal, notamment dans toute cette partie où Kumatetsu entraîne Kyuta. Parce que ces deux-là sont incapables de communiquer autrement qu'en s'engueulant et qu'ils sont de mauvaise foi, donc c'est assez comique, ces scènes où ils se courent après autour de la maison, par exemple ^^. Avec en plus les deux compères derrière (deux amis de Kumatetsu qui vont en quelque sorte veiller sur eux l'air de rien) qui font leurs commentaires, c'est tordant. Bien sûr au fil des années passées ensemble, et même s'ils semblent de faire que se disputer, en réalité ils vont nouer un lien très fort, semblable à une relation père-fils. Il n'y a pas de grandes effusions en soi, mais c'est quand même très joli, je trouve. Chacun va apprendre de l'autre, en quelque sorte. Kumatetsu apprivoise ce sauvageon ravagé par la colère qu'est Ren quand ils se rencontrent, et ce dernier apaise cette grande brute, qui va du coup s'améliorer dans ses mouvements de guerrier et être capable de transmettre ce qu'il sait.

Et là où je m'attendais à ce que le film soit entièrement centré sur cet apprentissage, sur la formation du disciple qu'est Ren, on passe plusieurs années et on retrouve un Ren adolescent, qui se sent tiraillé entre le monde d'où il vient, et celui dans lequel il a grandi. En retournant chez les humains et en rencontrant Kaede, Ren va se découvrir une soif d'apprendre : à lire, à écrire (car il a oublié, étant parti à 9 ans), à découvrir de nouvelles choses... Et il hésite entre ces deux endroits, prenant ainsi conscience que Kumatetsu est en fait un père d'adoption pour lui, même s'il ne l'avait pas compris. Cette partie là était d'autant plus intéressante qu'elle était inattendue, pour moi. Tout comme la dernière d'ailleurs, qui fait monter la pression d'un cran, et là pour le coup, on n'a plus tellement envie de rire ! Ces trois parties sont assez distinctes, mais je ne crois pas qu'une soit meilleure ou plus faible qu'une autre. Elles s'équilibrent et se complètent, donnant lieu au final à un film riche et intense, durant lequel je ne me suis jamais ennuyée.

A côté de cela, c'est vraiment très joli. Lorsqu'il s'énerve et crie, Kumatetsu a vraiment une tête terrible ! C'est très beau, très fluide, et c'est vrai que le combat de la fin dans Tokyo, c'est dantesque ! L'image de la baleine m'a vraiment impressionnée !

Le Garçon et la Bête nous parle de la famille, et pas forcément celle du sang. De la difficulté de trouver sa place dans le monde quand la colère nous envahit. Il alterne des scènes intenses durant lesquelles les sentiments des personnages se révèlent, eux qui sont dans les non-dits normalement, et des scènes un peu plus légères et drôles, donnant ainsi un film équilibré. Je n'ai absolument pas vu passer les 2h , et franchement je recommande Le Garçon et la Bête, car c'est un très beau film !

Partager cet article

Repost 0
Published by Marluuna - dans J-Dramas-J-movies
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche