Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 01:30

Un film réalisé par Lisa Azuelos, avec :

Sveva Alviti : Iolanda Gigliotti, dite Dalida

Riccardo Scamarcio : Bruno Gigliotti, dit Orlando

Jean-Paul Rouve : Lucien Morisse

Patrick Timsit : Bruno Coquatrix

Nicolas Duvauchelle : Richard Chanfray

Alessandro Borghi : Luigi Tenco

Vincent Perez : Eddie Barclay

(2017)

 

La vie de la chanteuse Dalida née Iolanda Gigliotti, de sa naissance au Caire en 1933 à sa mort en 1987.

On y découvre ses débuts, son premier Olympia en 1956 jusqu'à sa gloire, ainsi que les différents hommes de sa vie...

 

Dalida est l'une des plus grandes chanteuses francophones. Son ascension fut fulgurante, et elle est restée au sommet tout le long de sa carrière, notamment en s'adaptant à l'air du temps. Ainsi vers la fin du film, voit-on qu'elle se met au disco, par exemple. Elle a résisté à la vague des « yé-yé » et a régné sur les ondes, avec sa voix ensoleillée.

Le film se propose de nous montrer tout cela, mais pas seulement les paillettes. Les drames qui ont jalonné sa vie sont très présents. Et on peut dire qu'elle a eu sa part ! Bien des hommes qu'elle a connu se sont suicidés. Elle-même a fait une première tentative de suicide à laquelle elle a survécu. La seconde lui coûta la vie cette fois, en 1987. Le film réussit bien à nous montrer comment la mort enveloppe cette femme qui a tout pour elle : beauté, talent, succès... Et qui pourtant ne sait pas être heureuse. Alors que des millions de personnes rêvent d'être comme elle, elle voudrait juste trouver un homme qui l'aime et avoir un enfant avec lui, se marier et être heureuse.

Son premier mariage avec Lucien Morisse, directeur de la jeune radio Europe 1, se solde vite par un échec car elle le trompe pratiquement dès le début. Il faut dire qu'il est l'homme qui a fait d'elle une vedette, et même si elle restera proche de lui jusqu'à son suicide, il ne s'agit pas réellement d'un mariage d'amour. Il y a ensuite Luigi Tenco, qui se suicide après un échec lors d'un festival de musique. Autre drame : sa relation avec un tout jeune homme qui se soldera par un avortement, Dalida ne souhaitant pas gâcher sa vie alors qu'elle a pratiquement le double de son âge ; avortement qui la rendra stérile. Et puis il y a Richard Chanfray, un mondain avec qui elle restera pratiquement 10 ans, et qui se suicidera aussi quelques années après leur rupture. Ne s'étant jamais vraiment remise de la perte de son père lorsqu'elle était enfant et avec qui il reste bien des non-dits, Dalida a de plus en plus de mal à faire face à tous ces drames et dans les derniers temps, sa santé décline et elle se laisser aller, au grand désespoir de son frère et producteur Bruno, dit Orlando, qui s'est toujours montré protecteur avec elle.

Quand on la voit sur la scène de l'Olympia, elle rayonne pourtant. Les succès s'enchaînent malgré les années qui passent. Mais en coulisses, rares sont les moments de bonheur. Il y en a bien sûr, comme cette scène touchante où son frère vient lui présenter son bébé, dont elle est la marraine. Il y en a d'autres, mais toujours à un moment, un drame survient. Comme si c'était inévitable.

La narration du film au début, n'est pas linéaire. Elle part de la première tentative de suicide de Dalida et nous montre ses proches, puis elle-même, face à un psychologue. Tous lui racontent leurs rapports avec la chanteuse. Puis le film revient aux débuts de Dalida et à ses premiers succès. A partir du moment où l'on rattrape l'époque de sa première tentative de suicide, le récit est plus linéaire jusqu'à la fin, même si de temps à autres on a encore des scènes de son enfance au Caire, avec son père...

De ce que j'en sais, le film semble assez fidèle à la réalité -d'autant que des gens qui ont connu Dalida y ont contribué, à commencer par Orlando-. L'actrice qui tient son rôle, Sveva Alviti, qui m'était totalement inconnue jusque là, a un physique plutôt ressemblant sans être non plus une pâle copie. Et elle m'a plutôt touchée, à plusieurs reprises. Riccardo Scamarcio, Jean-Paul Rouve et Patrick Timsit, dans les rôles respectifs d'Orlando, Lucien Morisse et Bruno Coquatrix, étaient vraiment bons (même Timsit, que d'ordinaire je n'apprécie pas plus que cela) et convaincants. Côté bande son bien évidemment, ce sont des chansons de Dalida, et comme j'aime assez son répertoire, j'ai fredonné à chaque fois qu'une chanson passait ^^'.

Si j'avais une critique à faire en fin de compte, ce serait que l'on ne voit pas son adolescence. On connaît son enfance et ses fêlures, on sait tout de sa vie d'adulte, de ses débuts jusqu'à la fin, mais il me manque le moment charnière, celui où elle sait qu'elle veut chanter. Je parle de l'adolescence mais en fait je n'en sais rien, peut-être que ce désir la prend une fois qu'elle est adulte ou peut-être qu'elle l'a depuis toute gamine, peu importe. Mais pour moi, il manque ce moment où elle décide qu'elle fera ça et rien d'autre. Parce que du coup, durant le début du film, j'ai eu du mal à m'investir, à m'attacher au personnage. À peine est-elle à l'écran que c'est le début de la gloire, et que tout de suite après on voit qu'elle est déjà fatiguée, indisposée par les lumières qu'elle a en pleine figure sur scène. Et puis un peu plus loin lors d'un voyage initiatique en quelque sorte, on comprend en qu'elle est faite pour cela : chanter. Mais il aurait été bien de voir cela à l'écran. Je ne sais pas trop sous quelle forme en vérité : voir comment elle découvre qu'elle a une belle voix, voir le moment où elle se dit qu'elle veut faire cela de sa vie, je ne sais pas. Mais je pense que si j'avais eu cela, je serai plus vite rentrée dans le film et j'aurais plus adhéré au personnage tout de suite. Après cela ne m'a pas empêchée d'aimer le film et comme je l'ai dit, j'ai fini par rentrer dedans, mais voilà, si j'avais une critique à formuler, ce serait celle-là.

Comme tous les biopics, je ne suis pas certaine qu'il pourra intéresser pleinement quelqu'un qui n'aimerait pas ou ne s'intéresserait pas du tout à Dalida. Enfin pour ma part, c'est mon cas : je n'irai probablement pas voir un biopic au sujet de quelqu'un qui ne m'intéresse pas. Bref, j'ai en tout cas bien aimé ce film ; j'avais envie de le voir depuis sa sortie et c'est maintenant chose faite :).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche