Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 00:12

Article un brin nostalgique, pour parler un peu des BD de mon enfance. Il s'agit d'un top 10 des albums que je lisais et relisais sans cesse quand j'étais plus jeune. C'est d'ailleurs encore le cas maintenant pour la plupart d'entre eux. Il n'y avais pas forcément de raisons particulières et il s'agissait de séries que j'aimais beaucoup de manière générale de toute façon, mais c'est vrai qu'il y a des tomes que je relisais immanquablement sans me lasser. J'avais donc envie de partager cela.

 

Ric Hochet – Le Monstre de Noireville

Ric Hochet est un journaliste qui travaille avec la PJ de Paris et résout des enquêtes. C'est une série que j'aime énormément, même si les derniers albums sont clairement moins bons. Mais il y a quelques perles, comme « Le Fantôme de l'alchimiste » ou « Enquête dans le passé » par exemple, qui font partie des meilleurs albums de la série, ou « Les Messagers du trépas ». J'ai un gros faible aussi pour « Alias Ric Hochet ». Mais « Le Monstre de Noireville » est vraiment l'album que je lis en premier lorsque j'ai envie de me refaire la série. Il s'agit d'une enquête dans un petit village où plusieurs étrangers sont assassinés de manière étrange.

Duchâteau a toujours su dépeindre des personnalités atypiques, et moi j'aime bien les histoires qui se passent comme cela, dans un petit village où les gens n'aiment pas les étrangers, où ils sont taiseux et ont tous des choses à se reprocher. Il y a le médecin du coin, le patron du bistro, le châtelain... Du classique, mais de l'efficace. Et puis j'adore la chute. La découverte du criminel, à l'époque je trouvais ça super bien fait et original, je ne m'y attendais pas du tout. Cette ambiance combinée à la résolution de l'enquête font qu'à l'heure actuelle, je ne suis toujours pas lassée par cet album.

 

Spirou et Fantasio - QRN sur Bretzelburg

Spirou, pour moi, c'est surtout Franquin. Avant c'était bien, après avec Fournier c'était bien aussi, et le reste c'est tout, sauf du Spirou. La belle époque, c'était Franquin. Lui et sa créativité, ont donné naissance à Zorglub et tout ce qui va avec, au Marsupilami, aux inventions du comte de Champignac... Le tout sur un dessin nerveux, dynamique et plutôt chouette. Dans « QRN sur Bretzelburg », Spirou et Fantasio font la connaissance d'un habitant de leur quartier , Monsieur Switch, qui communique par radio avec le roi du Bretzelburg, qui est piégé par un individu douteux. La grande aventure commence alors que antasio est enlevé par erreur à la place de Switch...

Un album qui pour beaucoup, représente le sommet de la série. Une histoire délirante à quatre mains (Greg ayant également signé le scénario avec Franquin) qui comporte énormément d'humour (la radio que le marsupilami avale, et puis la séance de torture de Fantasio, qu'est-ce que j'ai pu rire avec cet album !...) et le ton résolument anti-militariste si cher à Franquin. Le rythme ne faiblit jamais tout au long de cette histoire délirante que l'on sent pourtant maîtrisée. D'autres albums de la série sont excellents, à commencer par « Le Dictateur et le champignon » par exemple, mais celui-là vaut sérieusement le détour.

 

Tintin – Le Crabe aux pinces d'Or

A partir d'une innocente boîte de crabe, Tintin se retrouve embarqué sur le Karaboudjan, un cargo qui transporte de l'opium dans ces boîtes. C'est là qu'il va rencontrer son grand ami, le capitaine Haddock...

Tintin est une BD qu'on ne présente plus, et qui comporte beaucoup de bons albums, à commencer par le très célèbre « Tintin au Tibet », sans doute la plus belle histoire... J'aime beaucoup « Le Lotus bleu » aussi. Mais pour moi, Tintin a vraiment commencé avec « Le Crabe aux pinces d'or », parce que c'est la rencontre avec Haddock, le personnage qui rendra la série plus intéressante. Tintin en soi est trop lisse, alors il lui fallait un compagnon plein de défauts (colérique avec des insultes inoubliables, porté sur la boisson...) mais avec un cœur énorme et très loyal. C'est pour cela, plus encore que pour l'histoire en elle-même, que j'ai toujours aimé cet album-là. Il marque un vrai tournant. Quand Tintin rencontre le capitaine, ce dernier est un alcoolique notoire manipulé par son second, un homme malhonnête. Il va l'aider à arrêter de boire -même si la capitaine n'est jamais à l'abri d'une rechute- et à se montrer courageux, formant ainsi un tandem inséparable. Après, viendront d'autres piliers de la série, comme Tournesol, Nestor, Moulinsart, etc...

 

Clifton – Week-end à tuer

Je crois bien avoir déjà parlé de Clifton par ici. Il s'agit d'un colonel anglais détective amateur qui donne parfois un coup de main au MI6 dans leurs affaires. Dans cet album, une femme nommée Agatha qui est romancière, l'approche afin de le suivre dans son quotidien car elle en a besoin pour écrire un bon personnage de détective. Clifton l'emmène donc avec lui passer le week-end dans le Devon où il est convié dans la famille Sinclair...

« Week-end à tuer » met en scène une famille meurtrie, où l'un des fils a péri dans un accident et son jumeau accuse un autre membre de la famille de l'avoir tué. Autant dire que l'ambiance dans le manoir contient tous les ingrédients pour qu'Agatha puisse écrire son histoire... Histoire qu'elle va démêler brillamment d'ailleurs, mouchant le colonel sur ce coup-là. C'est drôle, le colérique colonel mettant souvent à mal son flegme britannique, et l'histoire est bien fichue. Clifton comporte d'autres bons albums, parmi eux « Kidnapping » ou encore « La Mémoire brisée », mais « Week-end à tuer » et son parfum typiquement anglais, encore plus que les autres, a ma préférence.

 

Lucky Luke – Les Rivaux de Painful Gulch

Encore une BD que l'on ne présente plus évidemment. Dans cette histoire, le célèbre cow-boy arrive dans une ville où deux familles affublées de certaines caractéristiques physiques (les membres de l'une ont tous un gros nez tandis que ceux de l'autre ont de grandes oreilles) se livrent une lutte sans merci, rendant la vie impossible pour les autres habitants. Lucky Luke, devenu Maire pour l'occasion, va donc essayer de résoudre le problème et de rétablir l'ordre.

Le grand Goscinny a encore signé le scénario de cet album, et c'est sans doute déjà un gage de qualité. Cette idée d'une rivalité entre deux familles est quelque chose que pas mal de petits villages a pu connaître. Pas de façon si extrême évidemment, mais ça n'a rien de nouveau, et ça peut évoquer quelque chose à pas mal de monde je pense. Ici c'est exploité à fond et c'est quand même très drôle, les gags étant particulièrement bons.

Par contre il faut dire objectivement qu'il n'est peut-être pas l'album le plus représentatif de la série, je pense (en plus il n'y a même pas les Dalton, c'est dire). Mais peu importe, il est sans doute l'un des meilleurs.

 

Johan et Pirlouit – Le Lutin du bois aux roches

J'ai parlé de cette BD il y a peu de temps. Cet album met en scène un curieux « démon », ainsi que l'appellent les villageois, qui les vole. Le démon en question est surtout un nain farceur nommé Pirlouit. Et quand la nièce du roi est enlevée et que tout est mis sur le dos de Pirlouit, Johan va tenter de l'aider à prouver son innocence...

Et cet album, finalement c'est un peu comme « Le Crabe aux pinces d'or » pour Tintin. C'est-à-dire que c'est là où le héros sans peur et sans reproches, Johan, va rencontrer son compagnon, celui qui va être de chaque aventure désormais. C'est donc pour cela, plus encore que pour l'histoire proprement dite, que j'aimais beaucoup cet album. On apprenait à connaître Pirlouit, son caractère de goinfre, ses farces, ses colères... Le tout sur cette histoire d'enlèvement en fond, gérée classiquement, mais efficacement. Aujourd'hui, je sais qu'il y a de meilleures histoires dans la série, comme « L'Anneau des Castellac », « La Guerre des 7 fontaines » ou bien sûr « La flèche noire », mais « Le Lutin du bois aux roches » reste celui que j'ai le plus relu !

 

Yoko Tsuno - La Frontière de la vie

Petite, je n'aimais pas vraiment Yoko Tsuno. Le côté parfois trop scientifique et parfois SF, ce n'était pas pour moi. J'ai plus apprécié quand je suis devenue ado. Et comme chacun, je suis tombée sous le charme de « La Frontière de la vie », juste devant « Le Dragon de Honk-Kong ». Une histoire merveilleuse où une petite fille est coincée à cette frontière depuis près de 30 ans, et où l'on voit les efforts de son père pour la sauver.

J'ai la larme facile, mais pas trop en lisant des BD normalement. Pourtant celle-là me colle les larmes aux yeux à chaque lecture. Le grand cœur de Yoko succombe à la détresse d'une femme qu'elle prenait tout d'abord pour une ennemie. Et comme d'habitude, la petite japonaise va tenter l'impossible pour aider une amie. Au programme, toujours un peu d'action, un peu de suspens, et beaucoup d'humanité et de tendresse dans ce récit envoûtant. A lire absolument, si on s'attaque à la série.

 

La Patrouille des Castors - Le Trophée de Rochecombe

La Patrouille des Castors, c'est une bande de 5 scouts (un peu plus les premiers albums) : Poulain, Chat, Faucon, Mouche et Tapir, à qui il arrive toutes sortes d'aventures... Ici, en allant camper à Rochecombe, ils ont des démêlés avec un dénommé Frédé et sa bande. Ils découvrent par ailleurs un mystérieux trophée gaulois...

La Patrouille des Castors, cela a un charme un peu désuet. Disons que ces garçons sont vraiment des premiers de la classe (sauf Tapir, qui est là pour faire rire), particulièrement Poulain, leur chef, qui est le héros par excellence. Mais j'aime bien la série, et je ne sais combien de fois j'ai pu lire « Le Trophée de Rochecombe ». En faisant cet article je m'aperçois que décidément, l'ambiance « petits villages fermés » me plaît énormément. C'est d'ailleurs encore plus vrai avec un autre album, « Le Hameau englouti », qui fait revenir les Castors à Rochecombe. J'aime bien aussi cet affrontement entre la patrouille et la bande de mauvais garçons de Frédé, en fait. C'est rare aussi, de voir les Castors s'opposer à d'autres jeunes gens, bien souvent il s'agit d'adultes.

 

Les Aventures de Chick bill – Le 6ème desperado

En Arizona, Chick Bill est un garçon courageux qui prête souvent main forte à ses amis Dog Bull et Kid Ordinn, respectivement shériff et adjoint de Wood City. « Le 6ème desperado » montre Chick Bill qui s'infiltre dans une bande de voleurs en se faisant passer pour l'un d'entre eux, afin de les arrêter.

Cet album m'avait marquée parce qu'il s'ouvre sur une scène surprenante : Chick Bill qui agresse Kid Ordinn, supposé être son ami. Et on apprend que Dog Bull a reçu l'ordre d'arrêter Chick. Impossible de croire à sa culpabilité quand tant d'albums nous ont montré son courage et son honnêteté, mais ça fait forte impression. On apprend bien vite que Chick fait croire qu'il est devenu un voleur afin de se faire une réputation, pour ensuite approcher la bande des desperados. L'album comporte donc des enjeux pour le héros qui risque sa peau à tout moment. Et par ailleurs, même ses amis ne sont pas au courant et croient vraiment qu'il a mal tourné -ou ne veulent pas y croire, plutôt-. En tout cas le rythme est soutenu et les enjeux sont importants. « Le 6ème desperado » m'a toujours fait forte impression.

 

Astérix – Le Bouclier Arverne

Je vous fais grâce de la présentation de la série, hein ^^ ? Le Bouclier Arverne en revanche, un mot dessus. Abraracourcix doit partir en cure et Astérix et Obélix l'accompagnent. Ces derniers se retrouvent à Gergovie, où César veut défiler sur le bouclier de Vercingétorix pour affirmer sa puissance. Le bouclier étant introuvable, Astérix et Obélix désirent mettre la main dessus en premier.

Pourquoi celui-là plus qu'un autre ? Alors qu' « Astérix en Corse » ou « Astérix chez les bretons » (pour vraiment n'en citer que deux) sont plus plébiscités ? Aucun argument réel je dois dire. Mais je relisais énormément cet album étant gamine, avec « Le Tour de Gaule », allez savoir pourquoi... Peut-être pour l'accent arverne, qui même à l'écrit me faisait rire ? Pour le coup je n'en sais trop rien, car il est aussi drôle et réussi qu'un autre album d'Astérix, celui-là (à part les derniers...). Mais j'avais une affection particulière pour lui, ma foi !

 

Voilà !

Il y en a évidemment d'autres, hein, mais il faut savoir se limiter ! D'autres séries, d'autres albums. Ceux-là me sont plus facilement revenus, mais la liste n'est pas exhaustive ^^.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Film streaming gratuit 11/04/2014 17:24

wooooow c incoyable article

alex 29/09/2013 15:49

tu m'as donné envie de les relire tiens :) .
Pour ma part, Astérix: moi c'est Le tour de Gaulle que je ne me lasse jamais de relire, Clifton: week end à tuer bien évidemment , j'adore l'humour mais encore plus dans ce tome et surtout 7 jours pour mourir je suis toujours en stress quand je le relis. LEs schtroumpfs aussi que je ne me lasse jamais de relire. Ric hochet : avec son papa roh :) chick bill j'ai jamais accroché tout comme Lucky luke j'ai lu bien sûre mais sans plus.. Robin Dubois aussi que j'affectionne beaucoup et Benoit brisefer que je relis assez souvent , les taxis rouges^^ :)
Enfin bref, j'adore ce genre d'articles :)

Marluuna 29/09/2013 18:37

Je t'en prie :)
7 jours pour mourir est super stressant ouais ! On a beau connaître la fin, le côté survival du truc est affreux :D
Dans les Benoît Brisefer, moi c'est "Les 12 travaux..." que je relisais énormément. Y a aussi un ou deux Gil Jourdan que je relis souvent.

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche