Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 01:19

Une série en 17 tomes, créée par Peyo et publiée chez Dupuis, puis par la suite aux éditions du Lombard.

Johan est un jeune écuyer à la cour du roi, toujours flanqué de son compagnon Pirlouit. Dans ce Moyen-Age parfois doté de fantastique, ils vivent toutes sortes d'aventures...

 

Pierre Culliford dit Peyo est un auteur incontournable de la bande-dessinée franco-belge. Son œuvre la plus célèbre reste bien sûr Les schtroumpfs, connus dans le monde entier et connaissant de multiples produits dérivés ainsi que des dessins animés (et des films, mais bon...). Mais il est l'auteur d'autres séries malheureusement aujourd'hui méconnues, comme notamment Benoît Brisefer, une BD au charme désuet mais que j'aime beaucoup, et celle dont je vais parler aujourd'hui, Johan et Pirlouit, une série médiévale. Ma préférée, même si maintenant elle est tombée dans l'oubli. C'est d'ailleurs par elle que sont arrivés les petits êtres bleus ! Dans l'un des albums, La Flûte à six schtroumpfs, Johan et Pirlouit font la rencontre de ces petits personnages qui plaisent tant qu'ils auront leur propre série par la suite, et le succès que l'on connaît.

Dans les premiers albums, Johan est seul. Il est page du roi et c'est un jeune homme courageux et perspicace, qui défend les faibles. Ce n'est qu'au tome 3, Le Lutin du bois aux roches, que Peyo lui donne son acolyte, Pirlouit. Ce nain farceur, colérique et qui n'a pas du tout l'oreille musicale (ce qui deviendra un gag récurrent dans la série), apporte l'humour et la fantaisie qui font défaut à Johan, et devient un indispensable compagnon (comme peut l'être Fantasio pour Spirou, par exemple) pour le héros qui sans lui, serait trop fade. Prévu au départ pour ne rester qu'un tome, les lecteurs du journal Spirou (dans lequel est pré-publiée cette série) l'aiment tant que Pirlouit restera finalement, avec sa chèvre Biquette. Autour d'eux se greffent des personnages récurrents, à commencer par le roi bien sûr, un bonhomme jovial et plein de bonnes intentions, ou encore Messire de Tréville, un de ses plus nobles chevaliers. Il y a aussi l'enchanteur Homnibus et son serviteur Olivier, que l'on retrouve parfois lorsque les histoires prennent un côté un peu plus fantastique, avec l'apparition de la sorcellerie. Des personnages sympathiques et attachants, drôles pour certains, héroïques pour d'autres.

Peyo ne créait pas forcément des histoires originales en soi, au contraire elles étaient plutôt simples (l'enlèvement de la nièce du roi, un traître à la cour, etc...). Ce qui faisait que les albums étaient réussis, c'était sans aucun doute le fait qu'il était un excellent conteur. Un raconteur d'histoires. Celles-ci sont bien construites, notamment grâce à un découpage inspiré et un rythme qui ne faiblit jamais. Ainsi lit-on les albums d'une traite, parce qu'on est automatiquement happée par l'histoire. Evidemment comme dans toute série, chacun a ses préférences. Pour moi, certains tomes sont des incontournables car ils sont très bien construits, comme La Flèche Noire par exemple ou La Guerre des sept fontaines, pour ne citer qu'eux. Les derniers faits après la mort de l'auteur par notamment son fils, sont moins bons (comme toujours dans ces cas là, oserais-je dire), mais cela va encore, comparé à certaines séries.

Moi qui aime le genre « cape et épée », je ne pouvais qu'aimer cette BD, déjà toute petite. On y retrouve les ingrédients classiques, mais qui fonctionnent. La sorcellerie, les châteaux, les tournois, les batailles, les traîtres... Des éléments incontournables et toujours bien exploités. En fait, je crois que je n'ai pas lu énormément de BD qui se situent au Moyen-Age comme cela, donc ça me fait plaisir aussi de les relire pour cette raison, parce que j'aime cette période (bien que la série n'ait pas la prétention de nous donner un cours d'Histoire, là n'est pas le but).

Le trait de Peyo va gagner en finesse au fil des albums. Dans le premier, Le Châtiment de Basenhau, il est encore un peu maladroit. Il devient plus rond petit à petit, plus fluide. Personnellement je le trouve très joli, d'autant que Peyo réussissait plutôt bien les scènes assez peuplées, comme les batailles par exemple.

Pour moi Johan et Pirlouit fait partie des BD de mon enfance. De celles que je relis très souvent avec toujours le même enthousiasme. Ça n'a pas pris une ride, ça traverse les générations sans souci. Elle n'a pas connu le même succès que la série qu'elle a fait naître, mais pourtant pour moi elle reste la série la plus aboutie de Peyo.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marluuna - dans BD Franco-belges
commenter cet article

commentaires

j 16/11/2016 10:45

J'ai aussi parcouru votre blog ; vous avez une grande culture concernant l'univers de la BD ; moi, je ne "connais" que les "classiques"...j'ai bien aimé votre article sur Les Quatre as, qui était la BD préférée de mon jeune frère ; mais aussi vos articles dans Le Crabe au pinces d'or sur Tintin et Haddock par exemple ; on remarque qu'il y a des points communs entre Johan et Pirlouit, et Tintin et Haddock...De même, une des raisons du succès de Tintin et Astérix est qu'ils voyagent beaucoup, font le tour du monde...En ce qui concerne Lucky Luke, je pense que la bêtise des Dalton en est une des causes...mais je trouve que les nouveaux (Lucky Luke) ne valent plus grand chose...

Marluuna 16/11/2016 20:58

Il y a toujours eu des BD chez moi, et beaucoup... Et après quand j'ai pu, j'ai acheté mes propres BD. Mais je ne parle pas assez BD sur ce blog, il faut que je me corrige!
Pour Lucky Luke je pense que les causes sont multiples : le dépaysement d'abord, les Dalton ensuite, en effet. Cela reste un classique, mais pas mon préféré, même si j'aime bien.
Sans faire de généralités, les "vieilles" BD qui perdurent aujourd'hui me déçoivent beaucoup, pour la grande majorité. Il y a des exceptions bien sûr, mais elles sont rares... J'avais par exemple bien aimé un des derniers (ou le dernier ?) Lucky Luke dont le nom m'échappe là tout de suite, qui faisait référence aux Tontons flingueurs...

j 15/11/2016 17:29

Je viens d'écrire un article sur Johan et Pirlouit (je n'avais pas lu votre article), et je vois qu'il y a beaucoup de points communs dans notre réflexion...

Marluuna 15/11/2016 20:02

En effet ! J'ai du coup lu votre article et par la même occasion, découvert votre blog :)

Alex 24/09/2013 19:03

oui c'est pas faux :)

alex 22/09/2013 20:51

"Pirlouit pirlouit" alala ces BD qui ont bercé notre enfance. Même si elle n'est pas connu je suis bien contente de la connaître. Elle fait partie des cultes que je relis toujours avec plaisir :) Faut que tu les ramènes!^^ A partir du tome 3, la bd trouve ses marques et décolle avec le personnage de pirlouit sans lui elle aurait moins drôle! :)

Marluuna 23/09/2013 21:35

C'est vraiment génial n'empêche !
C'est clair que c'est comme tous les seconds rôles de la BD franco-belge : ils font tout. Encore que là Johan est moins lisse qu'un Tintin par exemple...

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche