Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 00:08

Joo Won : Lee Kang To / Sato Hiroshi / Gaksital

Jin Se Yeon : Oh Mok Dan / Boon Yi

Park Gi Wung : Kimura Shunji

Han Chae Ah : Ueno Rie

Cheon Ho Jin : Kimura Taro

Jeon No Min : Dam Sa Ri

Shin Hyeon Jun : Lee Kang San

 

28 épisodes

2012

 

20/20

Corée, dans les années 30, sous l'occupation japonaise.

Lee Kang To, bien que coréen, est un officier de la police japonaise, un « chien des jap' ». De ce fait, le peuple le considère comme un traître. Même sa mère ne le traite plus comme son fils ; reste son frère Lee Kang San qui l'adore, mais qui est devenu retardé après avoir subi la torture de la police japonaise.

Kimura Shunji est un professeur à l'école primaire. Fils et frère de deux officiers de police, c'est un homme tranquille, seulement intéressé par ses élèves...

Lors des funérailles d'un patriote (pour les japonais), un homme masqué tout de blanc vêtu apparaît. Le « Gaksital » aide le peuple en se dressant contre l'oppression japonaise. Lee Kang To est alors chargé de sa capture...

 

 

Ce drama était excellent. Très éprouvant aussi, mais excellent. Honnêtement je n'y ai vu aucun défaut, du moins rien qui tienne sérieusement la route face à toutes les bonnes choses que recèle ce drama. J'ai rarement vu des personnages (surtout le protagoniste et son antagoniste en fait) aussi bien développés, avec une psychologie aussi riche. Franchement, c'était un régal rien que pour cela. Fort heureusement le drama est bien construit et même s'il comporte des répétitions dans son schéma (mais en 28 épisodes cela n'a rien de vraiment étonnant), je suis restée bouche bée devant la maîtrise de tout ceci. Assurément un des meilleurs dramas que j'ai pu voir.

Nous évoluons dans un décor déjà traité en dramas, mais pas souvent : la Corée sous occupation japonaise. Et c'est dans ce contexte que va évoluer le Gaksital, cet homme masqué que le peuple voit comme un héros, un rempart contre l'oppresseur japonais. Dans ce contexte, on a évidemment les résistants, et les collabos. Lee Kang To est dans ce dernier camp. Quand on fait sa connaissance, les choses sont nettes : bien que coréen, il est dans la police japonaise -et aspire à y faire carrière- et le sort du peuple lui importe peu. C'est un individu assez méprisable qui torture et violente sans hésiter. Il n'y a que les quelques moments où on le voit avec son meilleur ami Shunji, qu'on le sent humain. Ou même avec sa mère et son frère, on le sent différent, même s'il ne veut pas le montrer. Lee Kang To, c'est un personnage qui va connaître d'incroyables évolutions, qui va être traversé par à peu près tous les sentiments possibles. Quand on commence le drama, on ne peut pas se douter que quelques épisodes plus tard, il va porter le masque du Gaksital et combattre l'oppresseur à son tour, en se servant de son travail d'inspecteur comme couverture. Et le meilleur, c'est que cette évolution est bien gérée. Quand Kang To prend cette décision qui est à des années lumière de ce qu'il était au départ, cela se comprend. C'est d'ailleurs une scène géniale que la fin de cet épisode 7, où on le voit mettre le masque et l'habit blanc pour la première fois. On connaissait un personnage complètement « pourri » qu'on n'aurait jamais pu prendre pour un héros, et on le voit devenir ce héros dont le peuple a besoin. Le premier Gaksital n'était donc pas lui, et on devine assez vite de qui il s'agit, puis Kang To sera cet homme jusqu'à la fin du drama.

C'est dire si ce personnage est riche et complexe. Il est vil, c'est un traître... et il devient patriote, courageux, se dressant contre l'ennemi à sa façon. Si bien qu'on l'aime et qu'on l'admire. Et le pire, c'est que le spectateur est évidemment seul à savoir qu'il joue double jeu. Pour le reste des personnages, il reste Lee Kang To, le traître. Autant vous dire que le personnage s'en prend plein la tronche sans cesse durant 28 épisodes, et qu'on y va à coups de bulldozer ! De quoi me faire pleurer plus d'une fois... D'autant que Joo Won, inconnu au bataillon pour moi jusqu'ici, est brillant. Sans blague, il est excellent. Dans les premiers épisodes, il a tendance à surjouer par moments, mais après il n'y a plus rien à redire. La colère, le désespoir... il joue tout cela parfaitement et si le drama était de toute façon bien écrit, il est clair que le fait que Joo Won ait été si bon, a renforcé tout cela.

Cependant, l'autre acteur principal Park Gi Wung n'a pas à rougir. Il tenait tête avec talent, dans le rôle de Shunji. Shunji, c'est l'évolution inverse. Quand le drama débute, il est instituteur, et c'est une crème. Un jeune homme doux, gentil, droit... A tel point qu'on se demande comment lui et Kang To peuvent être amis, tant ils sont l'opposé l'un de l'autre. Et l'enchaînement des événements va conduire Shunji à quitter son métier pour entrer dans la police, à un grade élevé puisque son père est chef de la police. Et petit à petit, les choses vont faire que si Kang To se tourne du bon côté, Shunji lui, s'enfonce dans l'obscurité. Rendus au dernier épisode, il ne subsiste pas grand chose du gentil garçon que l'on avait rencontré au premier épisode... Il va faire des choses, commettre des actes qui vont le perdre à jamais. Si bien qu'à un moment donné on se dit qu'il n'y a plus de retour possible pour lui, qu'il est perdu. L'acteur était excellent, aussi adorable au début que détestable ensuite.

 

 

Et la relation entre Shunji et Kang To était un axe intéressant du drama. Leur relation d'amitié très forte au début va se transformer, alors que Shunji marche sur les traces du Gaksital et que Kang To apparaît de plus en plus bizarre à ses yeux... Beaucoup de non-dits, beaucoup de choses entre eux, jusqu'à la fin...

Le drama nous parle de ces hommes, mais il brasse plus large aussi. Il nous parle de l'organisation de la résistance, à laquelle finira par se joindre le Gaksital aussi... Les actions menées par ce groupe pour combattre les japonais, et la lutte de ces derniers -présentés sans détours comme des êtres malveillants-, tiennent une grande place. Ici, les japonais sont donc les méchants ce qui est compréhensible car on n'adopte jamais que le point de vue des coréens. D'ailleurs à la fin du drama, on voit bien que la situation n'est pas résolue. La lutte perdure, comme en témoigne la dernière scène, très forte symboliquement parlant. De fait, le drama nous présente un grand nombre de personnages, d'un côté comme de l'autre. Chez les japonais, sans conteste c'est Ueno Rie qui était très intéressante -Shunji mis à part-, parce qu'elle n'était pas à ranger dans une case, elle était plus complexe que cela. C'est les coréens de la résistance, je retiendrai surtout Dam Sa Ri, un résistant bien connu -le drama s'ouvre d'ailleurs sur sa capture par Kang To-, qui était un personnage intéressant.

Impossible enfin, de ne pas évoquer Mok Dan, fille de Dam Sa Ri et résistante elle-aussi. Impétueuse et avide de justice, elle s'expose en combattant ouvertement l'ennemi. Elle manque de discernement parce qu'elle se fait souvent attraper et que le côté jeune fille en détresse est un peu gonflant vu qu'elle se prétend libre et indomptable... Mais le personnage avait du caractère, c'est sûr. Son ennemi est clairement Kang To, qui pour elle n'est qu'un traître écoeurant, et une des premières choses qu'on a hâte de voir, c'est le moment où elle découvrira qu'il est en fait le Gaksital. Car ce dernier, elle le considère comme un héros absolu, là où elle crache sur Kang To... Donc c'est vrai que très vite on se dit « mais quand elle saura la vérité, elle n'y croira jamais... ». Sa relation avec Kang To, à tous les moments, était donc passionnante, c'est certain. Pour moi, le fait qu'ils s'étaient en fait rencontrés étant enfants -chose assez classique finalement dans les dramas-, n'était pas forcément le plus intéressant : leur relation était très riche même sans cela. L'actrice était par ailleurs, plutôt convaincante.

J'ouliais un autre personnage également, où j'ai trouvé l'acteur bon : Kang San, le frère retardé de Kang To. Les scènes de famille au début du drama sont poignantes, parce qu'elles ont d'une part leur importance pour la suite, et que ce sont aussi les seules scènes qui nous permettent de voir Kang To sous un jour plus humain.

Un mot sur l'OST, que j'ai trouvé géniale ! Je n'ai malheureusement pas tous les noms des morceaux car je ne lis pas cet alphabet, mais je sais qu'il y a par exemple un morceau intitulé « Goodbye day » que j'aime beaucoup. Et dans ceux que l'on entendant souvent, il y a cela de chaque fin d'épisode ou moment un peu intense, qui passait notamment la première fois que Kang To revêt l'habit du Gaksital... Celui-là, je l'adore !!

Il faut voir ce drama pour en saisir toute la complexité. Car là mon article ne sert qu'à vous dire en gros « regardez-le, il est génial », mais c'est pourtant vrai. Des tas d'intrigues parallèles se nouent. Car il y a l'organisation des résistants, mais il y a aussi celle des japonais, dont j'oublie le nom... Il y a ce club où Kang To aime passer ses soirées au début du drama... Il y a ces flashbacks de son enfance avec Mok Dan... Il n'y a pas qu'une seule intrigue, il y a plusieurs choses, certes liées au final. Il y a aussi plusieurs parties dans le drama, car à certains moments on a des tournants, et de nouvelles directions. Si bien que parfois quand on assiste à un moment fort, on se dit « oui mais il reste 10 épisodes, qu'est-ce qu'on va pouvoir nous raconter alors ? ». Pas d'inquiétude, le drama en a toujours à raconter ! On ne s'ennuie jamais, parce que tout est fait de manière à ce que le suspens fonctionne, et l'intensité dramatique ne faiblit jamais. Je ne sais pas si je suis plus surprise par le background des protagonistes, par la qualité de l'écriture en général, ou par l'excellent jeu des acteurs. Les trois combinés ont en tout cas donné lieu à ce drama excellent, qui a ravi beaucoup de monde d'après ce que je sais. Normal, quand la qualité est à ce point indéniable.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marluuna - dans K-dramas-K-movies
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche