Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Bossu est un célèbre roman de Paul Féval paru au milieu du XIXème siècle. Paul Féval fils en écrira des suites ou du moins, des romans se basant sur cet univers et ces personnages. Véritable référence du roman de cape et d'épée, Le Bossu a été adapté un grand nombre de fois, pour la télé (une série avec Jean Piat et plus récemment, une autre avec Bruno Wolkowitch, par exemple) et pour le cinéma (avec Jean Maris, ou encore Daniel Auteuil...). Il comporte tous les ingrédients du genre et est servi par de bons personnages. Un incontournable.

 

143750.jpg

Notre héros, Lagardère, est un fougueux jeune homme doué pour le maniement de l'épée, qui désire percer le secret de la célèbre botte du Duc de Nevers. Après s'être confronté à lui, il se retrouve à le protéger lorsqu'il apprend qu'on projette de le tuer. Et lorsque le Duc est assassiné sous ses yeux et que Lagardère est accusé du meurtre, le voilà donc obligé de fuir, emmenant avec lui Aurore, la fille du Duc en exil.

Des années plus tard, il a élevé l'enfant à l'abri, mais il apprend que la veuve de Nevers a épousé le cousin de ce dernier, Gonzague et s'apprête à obtenir la succession de Nevers. Il décide alors de revenir pour se venger et découvrir qui a commandité l'assassinat du Duc cette fameuse nuit... Il entre dans l'entourage de Gonzague, grimé en bossu, et cherche le mystérieux homme qu'il a blessé à la main la nuit de la mort du Duc...

 

De l'action, de la romance, du suspens... Tout est là. Et puis il y a la vengeance. C'est un thème que j'aime beaucoup, je dois dire. Dans la fiction, cela peut donner lieu à des histoires extraordinaires, et pour moi la vengeance est un sentiment fort, que je comprends et respecte beaucoup. Et dans le cas présent, Féval ne prend pas de détours : lorsque Lagardère revient, ce n'est pas pour retrouver les hommes qui étaient enrôlés dans l'assassinat du duc cette nuit là et les traduire en justice. C'est pour les tuer, un par un, et jusqu'au meneur. C'est clair et net, et on ne s'embarrasse pas de scrupules ni quoi que ce soit. C'est légitime, en somme. Et il assènera, de manière fortement symbolique, la fameuse botte de Nevers qu'il a apprisé, à chaque homme qu'il tuera.

 

affich12.jpg

 

Je ne pourrai évidemment pas faire un tel article sans citer ici ma réplique favorite, qui est aussi une de mes préférées de la littérature, le célèbre « Si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi », que l'intéressé crie à l'assassin, lui promettant ainsi de le retrouver. J'adore.

Et Lagardère reste probablement un de mes personnages favoris de la littérature. Il est droit, courageux, bon combattant, et loyal. Au tout début du roman il semble être un jeune homme qui al e sang chaud et c'est tout... Mais le drame qui changera sa vie nous montre sa détermination et cette fidélité qu'il aura envers cet homme que finalement, il n'aura que peu connu. Ce que j'aime beaucoup dans son évolution, c'est aussi l'évolution de ses sentiments vis-à-vis d'Aurore de Nevers. Après l'avoir sauvé et emmené avec lui, il l'a élevé comme sa fille pendant 17 années (je crois). Et petit à petit, comme il commence à développer des sentiments amoureux, il lutte contre, forcément. Lagardère est déjà un personnage un brin torturé, mais cet épisode en rajoute là-dessus.

C'est aussi un personnage intelligent. Il n'est pas guidé que par son désir de vengeance et son habileté avec une épée. Il est rusé, et emploie un procédé qui donnera son titre au roman : il se déguise en bossu, pour approcher Gonzague. Méconnaissable, malin et surtout inoffensif -du moins le semble-t-il-, il a trouvé le parfait déguisement pour oeuvrer inaperçu.

Je dois dire que parmi toutes les adaptations que j'ai pu voir (et apprécier), je retiendrai évidemment Jean Marais, dans ce rôle fabuleux. Je ne vais pas refaire l'apologie de cet acteur (reportez-vous à l'article en question), mais voilà... Il était parfait dans ce rôle, incarnant toutes les nuances du personnage. Il était vraiment Lagardère.

 

2738805920_1.jpg

 

Et puisque j'en suis à citer un acteur, je soulignerai aussi notamment Fabrice Luchini, qui pour le coup était Gonzague, dans la version de 1997 avec Daniel Auteuil (que j'adore). J'ai beaucoup aimé Luchini dans ce rôle là. Il était limite flippant, mais en tout cas très charismatique et pervers, tel que l'est Gonzague. Un fameux méchant, d'ailleurs, ce Gonzague. Autant le Duc de Nevers, dès les premières lignes, nous semble extrêmement sympathique (et il le prouve), autant lui, on ne peut que ressentir de l'aversion. Il est cupide, sans scrupule... Un ennemi parfait, en somme.

Au niveau des personnages, il y a aussi Cocardasse et Passepoil évidemment (réunis en un seul personnage dans le film avec Jean Marais, puisqu'il s'agissait de Bourvil). Ce sont les deux maîtres d'armes de Lagardère. Convaincus par l'argent, ils ont été enrôlés dans l'assassinat du Duc de Nevers, avant de renoncer. Et ce que j'aime beaucoup, après l’ellipse narrative, c'est l'inversion des rôles. Maintenant Lagardère n'est plus leur protégé, mais c'est l'inverse : il prend soin de ses deux maîtres d'armes. Deux personnages très attachants.

C'est un roman populaire, au sujet duquel on pourrait longtemps discuter tant il est riche. Dans Le Bossu, l'écriture permet de réussir sur tous les plans. Féval nous a dépeint une histoire à laquelle on adhère et qu'on ne lâchera pas jusqu'à la fin, tant il distille son suspens. Il nous a aussi dépeint de bons personnages : que ce soit le héros, le traître, la jeune fille ou les seconds couteaux, tous sont détaillés et réussis. Tous sont prenants.

 

 2834082632 1

 

Féval réunit ainsi tous les ingrédients du roman de cape et d'épée , mais aussi du roman populaire ou du roman feuilleton. C'est un livre riche, dense, et on comprend sans mal pourquoi il plaît à ce point. Je vous engage vraiment à le lire, si ce n'est pas fait ! :) (et si vraiment vous n'aimez pas lire, alors jetez-vous sur l'adaptation avec Jean Marais, au moins ^^).

Tag(s) : #Livres-contes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :