Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Michael C. Hall : Dexter Morgan

Jennifer Carpenter : Debra Morgan

Julie Benz : Rita

David Zayas : Angel Batista

Lauren Vélez : Maria LaGuerta

C.S Lee : Vince Masuka

 

Série en cours, actuellement 6 saisons.

La série est adaptée de romans, mais elle s'en détache rapidement pour suivre son propre chemin.

 

Dexter Morgan travaille à la police de Miami, où il est expert en analyse de traces de sang. Il fréquente une femme, Rita, divorcée et deux enfants Astor et Cody. Sa sœur Debra est aussi flic, comme leur père Harry l'était.

Sous les dehors d'une vie normale, Dexter cache en fait un terrible secret. Traumatisé dans son enfance, Dexter a en effet des pulsions meurtrières qui font de lui un être dangereux... Son père Harry, lorsqu'il l'a recueilli étant enfant, lui a patiemment appris à canaliser ses pulsions, de sorte que Dexter ne tue que les criminels ayant échappé à la justice.

Incapable de ressentir la moindre émotion en dehors de cela, Dexter s'est construit une vie tout autour, comme une couverture...

 

Je pense qu'on a tous plus ou moins entendu parler de Dexter, vu le bruit qu'a fait cette série lorsqu'elle a débuté. Tout le monde ou presque, vantait ses mérites. En ce qui me concerne, j'ai réagi sur le tard (on devait en être à la saison 3 il me semble, quand je m'y suis mise), mais dire que je ne regrette pas est un euphémisme. Evidemment la série a ses faiblesses, et certaines saisons sont moins bonnes que d'autres... Mais en terme de globalité, je suis cliente. D'ailleurs c'est presque frustrant de parler de la série comme cela, tant il faudrait parler de chaque saison dans le détail, vu que chacune, qu'on l'aime ou pas, apporte sa pierre à l'édifice finalement. Là comme ça au pifomètre, je dirai que j'ai plus aimé la 4 que les autres, et également la 1, parce que c'est la découverte, tout ça... Mais la 4 bénéficiait d'un méchant absolument génial -et d'un final affreux-! La 2 m'avait un peu déçue notamment à cause d'un personnage que je n'avais pas aimé, mais voilà, globalement y a du bon.

 

Et pourquoi y a du bon, je vous le demande ? D'abord parce que -et c'est le thème de la semaine, voyez comme c'est bien fait-, notre protagoniste est un méchant. Enfin... Il serait fortement réducteur de le nommer ainsi. Dexter Morgan... et bien à part expert en tâches de sang, difficile de dire ce qu'il est en fait. C'est quelqu'un qui -attention mini spoil, mais bon tout cela nous est vite révélé en saison 1- a été retrouvé, bébé, baignant dans le sang de sa mère. Charmant, n'est-il pas ? Elevé par Harry, flic de son état, Dexter en grandissant, commence à tuer des animaux... Normal, quoi. Et puis vient le moment de passer aux vrais gens, et là son père va lui enseigner deux choses, parce qu'il comprend qu'il n'y a pas de moyen de contrer les pulsions de son fils. La première, c'est de ne tuer que ceux qui le méritent (on peut polémiquer là-dessus, mais bon comprenez que cela veut dire : les meurtriers). La seconde, c'est de ne jamais se faire choper. Le « code » de Harry va ainsi rythmer la vie de Dexter et il l'abordera sous divers angles, et ça c'est intéressant. Ainsi quand on rencontre Dexter, on voit le gars qui suit le code, mais à la lettre près. Et puis vient le moment où il s'en éloigne. Un peu. Puis il le renie. Et finalement il y revient.

Ce que je veux dire par là c'est qu'on aurait tort de penser que le personnage ne bouge pas. Il évolue de façon incroyable au long des saisons. Dans ce rapport qu'il a avec ces règles qui ont régi son adolescence et sa vie après, et aussi dans ses rapports avesc autres. Prenez Dexter en saison 1 et prenez-le ne fut-ce qu'en saison 4, c'est renversant. On commence la série avec un type dont, hormis le boulot, la vie se résume à sa sœur, sa copine et les deux enfants de celle-ci. Mais il s'en fout. Enfin plus exactement, il ne ressent rien pour eux. La seule chose qu'il ressent, c'est le pied qu'il prend quand il tue quelqu'un. Prenez-le quelques saisons après, marié, deux enfants (non, il s'appelle pas Al Bundy), même trois d'ailleurs... Clairement, il s'est attaché à Rita, et à ses gosses. Dexter est capable de ressentir, finalement. Entre autres choses, j'avais été marqué par le type pas très net envers Astor et en vérifiant, Dexter voit qu'il s'agit d'un pédophile. Il le dessoude, quand bien même ce n'est pas un assassin avec un « on ne touche pas à MES enfants » à vous faire frémir. No coment, non ? On pourrait en parler des heures, de ce personnage incroyable, qui s'en sort on ne sait jamais trop comment (quoique vue la fin de saison 6, s'il s'en sort, de celle-là... et ben je veux voir comment :D). Le nombre de fois où il manque de se faire choper, ça ne se compte même plus. Notamment en saison 5, avec ce passage où il est derrière une bâche plastique avec Lumen et Debra est JUSTE de l'autre côté, à leur parler sans savoir que son frérot est derrière... Rahhh j'ai cru que j'allais y rester moi, avec un suspens pareil :D. Ca c'est sûr que Dexter, on a du mal à décrocher, tant malgré les imperfections, y a vraiment ce suspens pas possible qui est toujours là pour nous coller à l'écran.

 

 

Et alors... Il y a quelque chose dé dérangeant à apprécier un personnage pareil. Car enfin, re situons les choses un minimum : il s'agit de criminels qui en plus échappent à la justice, soit, mais enfin a priori tuer les gens c'est PAS BIEN, faites pas ça chez vous les enfants, comme y disent ! Non plus sérieusement, c'est presque gênant : on est là à souhaiter qu'un meurtrier chope les enflures qui s'en sortent et dès que les flics (donc les gentils) sont sur sa trace (comme en saison 2), mais on en vient à souhaiter que le flic, le mec bien de l'histoire, crève parce que bon, on n'arrête pas Dexter, merde ! C'est vachement bizarre comme sensation. Non ? Et puis sans donner dans la philosophie, c'est vrai que ça réveille en nous cette question que je pense, on s'est tous posé un moment ou à un autre : est-ce que certains êtres méritent de mourir (vous me direz : même en étant favorable à la peine de mort, de là à ce que les gus se fassent couper en rondelles et jeter à la mer dans des sacs, on cautionnerait toujours pas... Mais vous saisissez l'idée, quoi). Bref je trouve que la série va loin, que c'est 'achement bien foutu aussi et qu'il y aurait encore plein de choses à dire mais que j'arrive pas à bien les formuler.

 

Autre point important et qui joue dans l'évolution de Dexter au fil de la série, ce sont ses rapports avec les méchants des saisons. C'est-à-dire qu'en gros la base, c'est que chaque saison nous amène un tueur -et pas un rigolo- et que donc Dexter veut le choper avant la justice -donc ses collègues-. Et en approchant ce tueur, en l'étudiant pour ainsi dire, on a une relation à chaque fois intéressante et qui positionne toujours Dexter de façon différente. En plus cela est source de remise en question sur lui, sa façon de faire, sa famille... Je pense à Miguel en saison 3, qui fut le partenaire, à Lumen en saison 5, l'apprentie et évidemment au maître, Trinity en saison 4. Dexter apprend de ces gens et en voyant ce à quoi ils se rattachent, il évolue. Si j'ai une préférence pour la saison 4, c'est justement parce que Trinity fut clairement le plus flippant du lot (l'acteur a même été récompensé pour le rôle). Déjà le type est grand comme c'est pas possible, et puis même ; ce fut une saison fantastique et très inspirée !... avec ce passage qui nous avait bien cloué ma sœur et moi, lorsque Trinity arrive peinard dans les bureaux de la police, qu'il s'arrête devant Dexter, regarde son badge et se fend d'un très sobre « Hello... Dexter Morgan », façon « haha je te mets deux longueurs d’avance, espèce de petit joueur ! » o___o. Je passerai volontairement sur la fin de saison 4 qui m'a laissée clouée devant l'écran de mon ordi pendant deux-trois bonnes minutes, partagée entre le « purée les rats, ils ont osé ! » et le « putaiiiin on est en décembre... et c'est loin, septembre prochain ». Trau-ma-ti-sée, que j'ai été.

 

Dans le genre, les méchants de la saison 6 étaient pas mal aussi, notez (et maintenant que j'ai étendu ma culture sériphile, je sais donc que c'est le capitaine Adama de Battlestar Galactica qui est là et un Colin (fils de) Hanks). Flippant d'ailleurs, le gars, et il m'a arraché un bon « nannnnnnn » à un moment donné lui aussi. Dexter, LA série qui me surprend toujours :D. Ceci étant la série est déjà renouvelée pour deux saisons de plus, ce qui me fiche un peu les jetons je l'avoue. On ne PEUT PAS me gâcher la fin d'une série de ce niveau. Impossible, les gars. Je veux un final grandiose, donc si on me fait la saison de trop, je leur colle un procès pour escroquerie :D

A part cela et bien je l'ai dit, certaines saisons sont meilleures que d'autres, de même que parfois au milieu des saisons on a des épisodes un cran en-dessous, ou au contraire, bien au-dessus. Mais globalement je suis souvent en plein suspens, avide de savoir et tout. Je suis bon public, notez, donc la sauce prend vite avec moi. Mais même sans cela, c'est réellement bien fichu.

 

Je parle de Dexter Morgan et j'oublie d'évoquer Michael C. Hall, ce qui est criminel car purée, le gars... V'la un bon acteur ou je m'y connais pas. Déjà il a bien la voix du gars mort à l’intérieur je trouve XD. Et puis même, franchement il excelle dans ce rôle. Et quand on l'a découvert dans Six Feet Under, où concrètement il jouait un jeune homme hyper coincé en plein coming out... Je peux vous dire que le voir avec du muscle en plus (et du charme), et une certaine assurance bien que pas très bavard, ben ça vous ferait sortir les yeux des orbites, au début. Preuve que le bonhomme joue bien. Il est vraiment le personnage et c'est clair que si on arrive à s’attacher à Dexter finalement, c'est bien grâce à lui. J'adore notamment ces scènes, surtout avec Debra ou parfois avec Rita, où il sent qu'on cause d'un truc qui touche aux sentiments, donc ça ne lui parle pas, et il tente une réponse histoire de viser juste:D.

 

Tiens Debra. Alors elle c'est simple : c'est un de mes personnages féminins favoris de tous les temps, je l'aime, mais alors... Déjà je trouve l'actrice géniale (je ne l'ai jamais vu dans autre chose remarquez, mais je demande à voir!). Elle a cette assurance, ce côté garçon manqué et dans le même temps, ce côté tellement fragile que parfois, Debra semble prête à se briser... Un jeu tout en émotions, en nuances... Jennifer Carpenter, je suis fan. Et puis Debra... Sérieusement comment ne pas l'aimer, avec ses grandes jambes, son langage fleuri (elle a des répliques absolument superbes XD), son caractère totalement tête de pioche... Elle aussi, elle progresse. Simple flic aux mœurs, vous avez vu où elle en est en milieu de saison 6 ? Merde alors, aurait-elle dit ! (d'ailleurs elle l'a dit). Debra, c'est quand même le perso où tu te demandes pourquoi les scénaristes la détestent comme ça ? A chaque saison, elle laisse des plumes. Brian, Lundy (ahhh Lundy...), aAnton, Quinn (celui-là par contre, s'il pouvait prendre une balle perdue...).Debra a souffert assez pour le reste de sa vie (mais ce n'est rien comparé à ce qui arrive, cocotte) et alors je suis déjà du genre à pleurer dès qu'un personne pleure à l'écran (donc souvent, oui), mais c'est vrai qu'elle aussi, elle a une façon de se décomposer d'un coup qui me ferait chialer avant même qu'elle nous explique ce qui la met dans cet état. D'ailleurs la seule fois où j'ai pleuré devant Dexter, c'est sa faute. En saison 4, sur ce parking où elle a perdu celui qu'elle aimait, quand elle s'effondre... Ouch, j'ai eu besoin de kleenex. Bon bref, retenons que j'aime Debra.

 

 

Sinon j'aime beaucoup Rita. Julie Benz est vraiment radieuse et très douce, et puis elle savait rendre son personnage attachant. Au début c'est vrai qu'on se dit que Rita n'a pas de bol, quand même : elle a un ex mari plus que limite, et elle élève leurs deux enfants... pour finir par tomber sur LE psychopathe du coin. Elle les attitre, ma parole ! M ais très vite, j'étais convaincue que si Dexter pouvait se mettre à avoir des sentiments, s'il pouvait s'humaniser un peu, et bien ce serait par elle. La douce, compréhensive Rita qui tolérera bien des bizarreries de Dexter... Il n'y avait qu'elle pour aider Dexter sans le savoir, et j'ai trouvé cette relation adorable... et la douleur de Dexter, début de saison 5, est effrayante à ce sujet.

 

Au rayon des « j'aime » il y a Masuka (même s'il a un peu fait tapisserie dernièrement), parce que son rire est merveilleux (et creepy aussi xD), Angel (parce qu'Angel il est droit dans ses bottes et ses chemises amènent le soleil XD !)... Pis Lundy aussi.... Anton aussi était chouette d'ailleurs.

Au rayon de ceux que je hais, il sont deux. LaGuerta, LE perso improbable, juste là pour être la garce de base. Pas au début, mais maintenant le perso se résume à ça (même si la fin de saison 6 la rachète un peu, je reconnais) et c'est juste insupportable. Son histoire avec Angel qui part comme elle est venue était un gros nawak aussi, j'en ai vraiment rien eu à cirer du début à la fin. Puis angel ne mérite pas une telle harpie pour épouse, quand même.

Et il y a Quinn. Ah purée, Quinn. Avant il était juste inintéressant, maintenant il me sort par les yeux. LE type en saison 6, est d'un pathétique à pleurer... Nan vraiment Quinn, il faut me l'occuper en saison 7 (au moins même si ça craignait, c'était intéressant de commencer à le coller sur la piste de Dexter), sinon je mets un contrat sur sa tête.

 

Sinon, qu'est-ce que j'ai pas dit ? Ah, le générique ! Il est super bien conçu, très suggestif... Pis je trouve qu'on perd un peu la mode des vrais génériques comme ça actuellement, donc ça fait plaisir ! Par ailleurs, l'OST est sympa, globalement. Dans la saison 3 il y avait pas mal de thèmes très « latino », et j'aimais beaucoup.

 

Conclusion : cette série se poursuit sur sa lancée et pour moi la qualité est toujours là. Si ce n'est déjà fait, je vous engage à y jeter un œil. Le deuxième suivra, il sera forcément captivé :)

Tag(s) : #Séries occidentales
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :