Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 00:07

Un one-shot de Stalner (dessin) et Ettori (scénario), publié chez Dupuis (collection Aire Libre).

Ange-Marie a connu la boucherie pendant la guerre de 14-18. Il en est revenu, mais pas indemne.

Trois gamins tombent sur lui par hasard et l'un d'entre eux, une gamine nommée Luce, le prend pour « l'Ange des Poilus », celui qui va pouvoir ramener son père disparu durant la guerre...

A travers l'art et ces rencontres, Ange-Marie va progressivement changer, et trouver la rédemption...

 

La collection Aire Libre de Dupuis a donné le jour à de bien belles séries, je trouve... bien que je ne les connaisse pas toutes, évidemment. Ange-Marie en fait sans doute partie, il me semble. C'est une belle BD. Elle aborde un thème déjà vu dans d'autres œuvres, mais elle le fait à sa façon, et c'est intéressant.

Déjà, belle sur la forme, ça me paraît être l'évidence même. Stalner a un coup de crayon que j'adore. Blues 46 est une autre de ses séries que j'adore à ce niveau, et plus récemment il y a Vito aussi... Il a ce trait quasiment réaliste, qui franchement n'est pas parfait parce qu'on sait que rien ne peut l'être, mais enfin on n'en est pas bien loin, quoi... Les décors surtout, sont particulièrement réussis. Avec en plus ces couleurs claires à qui on n'a pas grand chose à reprocher non plus... Petite critique néanmoins sur la forme : si j'aime bien le principe narratif de la « voix-off » pour ainsi dire, ici la police choisie est un peu plus difficile à lire je trouve, ce qui n'est pas forcément évident (ou alors c'est moi qui suis bigleuse ^^').

Le récit s'étale sur plusieurs années, ce qui permet de suivre l'évolution du protagoniste sur pas mal de temps, et de voir grandir la petite Luce, enfant au début et jeune femme à la fin. Le procédé n'est pas dérangeant, bien au contraire puisqu'il permet d'avoir une vision plus globale des choses. Par contre pour rester sur le rythme, l'album semble un peu lent au début, ce qui fait qu'on ne rentre pas nécessairement dedans tout de suite...

Les deux guerres mondiales comptent parmi les périodes historiques qui m'intéressent le plus, il en a toujours été ainsi. Alors c'est vrai qu'en BD, ou sur d'autres supports, j'ai tendance à jeter obligatoirement un œil intéressé, dès lors que l'histoire se situe dans ce contexte. Ça a été cela, avec Ange-Marie, avec en plus la beauté des dessins, qui m'a attirée dès ce premier coup d'oeil, justement. Là, ce n'était plus la guerre en tant que telle, c'était l'après. Le traumatisme. Ce qu'a vu et vécu Ange-Marie dans les tranchées l'a marqué et il a beaucoup changé. Ce one-shot raconte son parcours. Comment une jeune fille -une enfant, au début- va l'apprivoiser, et comment par le biais de l'art et de l'amour, il va trouver la rédemption. Suivre le chemin de ce personnage pas spécialement sympathique mais qui attriste néanmoins et qui est attachant vu ce qu'il a vécu, pour moi c'était intéressant. Pas révolutionnaire, pas original ni rien mais ça n'a pas besoin de l'être, tant que c'est bien fait ! Pour ma part, j'ai été happée par la poésie et le romantisme qui se dégagent de cet album et par les blessures du protagoniste...

Partager cet article

Repost 0
Published by Marluuna - dans BD Franco-belges
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche