Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une mini-série créée par Antonio Campos et Maggie Cohn, avec :

Colin Firth : Michael Peterson

Toni Collette : Kathleen Peterson

Rosemarie DeWitt : Candace Hunt Zamperini

Juliette Binoche : Sophie Brunet

Sophie Turner : Margaret Ratliff

Odessa Young : Martha Ratliff

Patrick Schwarzenegger : Todd Peterson

Dane DeHaan : Clayton Peterson

Olivia DeJonge : Caitlin Atwater

Michael Stuhlbarg : David Rudolf

Vincent Vermignon : Jean-Xavier

 

Série en 8 épisodes.

 

Michael Peterson, écrivain, est marié à Kathleen. Un soir, celle-ci meurt tragiquement chez eux, d'une chute dans les escaliers. Très rapidement, Michael est soupçonné de l'avoir assassiné...

 

The Staircase est une série inspirée d'un réel fait-divers, qui avait donné lieu à un documentaire. Ici, on reprend ce principe : on suit l'affaire Peterson et en même temps, la construction du documentaire par Jean-Xavier, aidé de ses 2 collègues. Kathleen Peterson semble avoir chuté dans les escaliers après une soirée un peu alcoolisé avec son mari, Michael. Mais les nombreuses blessures à la tête de Kathleen, amènent la police à penser qu'il ne s'agit pas d'un simple accident.

La série joue sur plusieurs lignes temporelles : le présent (qui progresse, puisqu'à chaque épisode, on avance dans le temps, l'affaire se déroulant sur plusieurs années), le passé où Kathleen était encore vivante, et par moments le futur. Aucun risque d'être perdu, le physique des protagonistes nous permet directement de nous situer, et même sans cela, la narration est assez claire.

Les premiers épisodes m'ont laissé une impression en demi-teinte, je dois dire... A la fois j'étais intéressée par cette histoire, mais d'un autre côté je trouvais qu'il y avait des longueurs... Je trouvais cela assez inégal en fait. Et puis, passés les 2, 3 premiers épisodes, je ne sais plus exactement, j'ai été un peu plus accrochée, j'ai trouvé que la série s'améliorait à mesure qu'elle avançait.

Ce qu'il y a, c'est qu'on ne sait pas vraiment ce qu'il en est. Enfin, j'avais bien mon opinion, mais pas de certitude finalement. Michael n'est pas quelqu'un de bien sympathique en fin de compte. On voit très vite que seul lui compte, que Kathleen se démenait jusqu'à l'épuisement pour leur couple, leur vie, leur confort, et que lui ne faisait pas grand chose... Il n'est pas très sympa non plus avec ses enfants, qui vont pourtant le soutenir quoi qu'il leur en coûte (car bien sûr, cette affaire va les éclabousser). Mais ne pas être quelqu'un de sympa ni même quelqu'un de bien, ne veut pas dire qu'on a assassiné sa femme pour autant. La série joue sur l'ambivalence du protagoniste, au départ présenté comme un écrivain à succès, un mari aimant et un père modèle, et dont les failles nous sont petit à petit dévoilées. Un personnage qui ne cesse de clamer son innocence de bout en bout malgré les revers et les procès en sa défaveur, ceci dit.

Il faut dire que Colin Firth est impeccable dans ce rôle, comme dans tous ses rôles d'ailleurs. Je n'ai pas l'habitude de le voir dans ce registre, et c'était intéressant. Le casting est alléchant dans sa globalité de toute manière, puisqu'on a à ses côtés Toni Collette, que l'on voit beaucoup via les scènes passées, Juliette Binoche, Sophie Turner... Tout le monde tient bien son rôle. J'ai particulièrement aimé les personnages de Margaret et Martha, les 2 filles adoptives de Michael et Kathleen qui, comme leurs frères, sont directement impactées durant des années par ce qui se passe. Cela affecte leur vie, leurs relations, leur évolution... Toute la famille est est derrière le patriarche, au risque de laisser de côté leur propre vie. Cet aspect là est bien montré, je trouve.

J'aurais aimé que l'on insiste un peu plus sur la fracture avec Caitlin, la fille de Kathleen d'un premier mariage, qui très vite pense que Michael a tué sa mère et se désolidarise. Elle rejoint le camp de sa tante, persuadé de sa culpabilité, et coupe tout lien avec la fratrie. J'ai trouvé cet aspect important un peu trop vite expédié, cela aurait mérité qu'on s'y attarde un peu plus je trouve.

Malgré ses quelques défauts, principalement ses longueurs, The Staircase demeure une série intéressante, qui vaut notamment pour ses dialogues assez fins et son casting de haute volée.

Tag(s) : #Séries occidentales
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :