Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un film de Claude Miller, avec :

Lino Ventura : Antoine Gallien

Michel Serrault : Jérôme Martinaud

Romy Schneider : Chantal Martinaud

Guy Marchand : Marcel Belmont

Pierre Maguelon : Adami

Jean-Claude Penchenat : le commissaire divisionnaire

(1981)

 

Le corps d'une petite fille violée et étranglée a été retrouvé. Quelques semaines plus tard, le soir de la Saint Sylvestre, l'inspecteur Gallien reçoit pour un interrogatoire Martinaud, notaire, qui connaissait bien la fillette et est celui qui a trouvé son corps.

Commence alors une longue nuit pour les deux hommes...

 

Garde à vue ou la preuve par A + B qu'un film peut être tout à fait réussi et prenant alors même que le nombre de personnages est réduit au minimum, que le décor se résume en grande majorité à une pièce, et qu'il ne se passe rien à proprement parler en terme d'action... D'autres films nous l'avaient prouvé du reste, je pense notamment à 12 hommes en colère...

Garde à vue mise tout sur son affrontement (verbal) entre le flic, Gallien, et le témoin (dans un premier temps au moins), Martinaud. Et quelle réussite ! Très vite on voit que Gallien a sa petite idée et que sous couvert de passer en revue les déclarations de Martinaud, il le soupçonne fortement... Il faut dire que c'est bien l'attitude ambiguë de Martinaud, qui va l'intriguer et le pousser à ce raisonnement, car ce dernier s'emporte dès les premières « piques ».

D'où ce qui va donner lieu au titre du film, la garde à vue, qui s'installe. Gallien, très patient et d'humeur égale, tente d'amener Martinaud à des aveux, tandis que ce dernier, notable bien sous tous rapports, non seulement se dit innocent, mais s'offusque des sous-entendus de l'inspecteur... De simple témoin, il devient donc suspect principal et la garde à vue est alors le seul moyen de l'empêcher de partir, surtout en ce soir particulier où évidemment, il est attendu.

Gêné par l'absence de preuves matérielles, Gallien ne peut remporter la partie qu'en recueillant des aveux, ce que le suspect ne semble pas décidé à faire. Le coup de théâtre du film, c'est l'épouse de Martinaud, qui se rend au commissariat dans la soirée et demande à parler à l'inspecteur afin de lui révéler des choses troublantes sur son époux... A partir de ce moment-là, les choses basculent.

Petit à petit, Martinaud se dévoile au cours du film, sur lui, sur sa vie de couple qui est très compliquée...

A quelques exceptions près, le film se déroule donc exclusivement dans le bureau de Gallien, c'est dire si le décor est sobre. Mais comme dit, c'est tout à fait prenant, déjà par la qualité des dialogues, qui font mouche. Signés Michel Audiard, on ne reconnaît pas vraiment ici sa patte habituelle et ses expressions si connues et particulières. C'est plus « sobre », mais il faut dire que c'est assez raccord avec le ton du film, et ça n'en est pas moins réussi. Cette joute verbale est qui plus est servie par deux interprètes de qualité, à savoir Lino Ventura et Michel Serrault. Le premier, pour le coup en terrain connu avec un rôle de flic bourru qui connaît son métier, le second plutôt à contre-emploi dans un rôle pas comique du tout, au contraire. Ils se renvoient la balle avec brio, et forment un tandem brillant qui porte le film du début jusqu'à son étonnante fin. On notera tout de même la présence de Guy Marchand et de Romy Schneider, respectivement dans les rôles de l'adjoint de Gallien et de la femme de Martinaud.

Garde à vue est un huis clos magistral qu'il convient d'avoir vu quand on est amateur de ce type d'histoires. Depuis le temps que je voulais le voir, je ne regrette pas !

Tag(s) : #Films et dessins animés
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :