Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une mini-série céée par David E. Kelley, avec :

Nicole Kidman : Grace Fraser

Hugh Grant : Jonathan Fraser

Donald Sutherland : Franklin Reinhardt

Noah Jupe : Henry Fraser

Édgar Ramírez : Inspecteur Joe Mendoza

Matilda De Angelis : Elena Alves

Ismael Cruz Córdova : Fernando Alves

 

Série en 6 épisodes.

 

Grace Fraser est une psychiatre de renom, qui a tout pour être heureuse : elle a un enfant et un mari qu'elle adore, et mène une vie aisée.

Elle fait la connaissance d'Elena Alves, une femme modeste dont le fils est scolarisé dansla même école que celui de Grace grâce à une bourse. Mais Elena est assassinée, et tout accuse le mari de Grace, Jonathan, qui prend la fuite. Toute la vie de Grace bascule...

 

Après Big little lies, Nicole Kidman s'offre un nouveau rôle dans une série, et elle y est une fois de plus, excellente. Son personnage, Grace, est une femme à la vie dorée, mais qui est aussi proche des gens et accessible, comme on le voit à sa première rencontre avec Elena, qui ne vient pas du même monde pourtant. Grace a une vie idyllique, avec un garçon, Henry, qui va dans une école prestigieuse et un époux, Jonathan, oncologue réputé et mari aimant. Tout cela va voler en éclat et Grace va devoir s'adapter à une situation qui la dépasse, partagée entre son amour pour son mari mais dont la fuite pose forcément des questions (pourquoi disparaître s'il est innocent ?), son fils qui adore son père et qui est perdu... Sans parler de la police qui croit qu'elle sait quelque chose et qui ne va pas la laisser tranquille... Cela fait beaucoup, mais Grace ne manque pas de ressources et elle est plus surprenante qu'il n'y paraît.

Le duo qu'elle forme avec Hugh Grant, lui-même très bon dans un rôle dans lequel on n'a pas l'habitude de le voir, fonctionne bien. Jonathan est le coupable tout désigné puisqu'on apprend assez vite qu'il avait une liaison avec la victime, Elena. Et sa fuite ne plaide pas en sa faveur, forcément, même s'il clame son innocence tout en reconnaissant sa faute et la trahison qu'il a fait subir à sa femme. C'est un personnage très charmeur, habile avec les mots mais finalement assez énigmatique, qui se dévoile petit à petit. Ce n'est pas tant la police et son enquête qui intéressent finalement, que la propre enquête si l'on peut dire, de Grace. Disons qu'elle va découvrir les choses au fur et à mesure, et se rendre compte que Jonathan n'était pas celui qu'il prétendait... De là à en faire un assassin, par contre... C'est le dernier épisode qui répondra à cette question, même si j'ai eu mon idée assez rapidement.

Il y a quelques personnes secondaires intéressants, à commencer par le père de Grace, un homme puissant incarné par Donald Sutherland, et l'avocate de Jonathan, que j'ai bien aimé. Mais c'est vraiment le couple qui est au cœur de l'histoire, et la victime aussi, qui est forcément très présente.

The Undoing ne comporte que 6 épisodes, ce qui est adapté. Ni trop, ni pas assez. J'ai cru lire au moment de sa diffusion, des critiques évoquant des lacunes ou des choses un peu expédiées, mais personnellement j'ai trouvé la série de bonne facture, et ne se reposant pas uniquement sur son casting, qui de toute façon est solide.

Tag(s) : #Séries occidentales
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :