Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un film d'animation réalisé par Pete Docter et co-réalisé par Kemp Powers, produit par Pixar Animation Studios pour Walt Disney Pictures.

(2020)

 

Joe Gardner enseigne la musique en collège, mais il a toujours rêvé d'être un « vrai » musicien de jazz. La chance semble enfin lui sourire puisqu'il a l'opportunité de jouer sur scène avec de grands musiciens.

Mais malheureusement, Joe a un accident et décède. Il se retrouve sous la forme d'une âme et découvre le « Grand Avant », cet endroit où les âmes acquièrent leurs spécificités avant de retourner sur Terre. Joe est bien décidé à retrouver sa vie et fait équipe avec 22, une âme désabusée qui elle, n'a aucune envie d'aller sur Terre...

 

Soul fait un peu penser à Vice-Versa, dans le concept. Là, ce ne sont pas les émotions mais les âmes, qui sont représentées sous la formes de petites êtres un peu comme des fantômes, mais cela m'y a fait penser.

C'est un film avec plusieurs niveaux de lecture, comme souvent. On rit, il y a du merveilleux, mais il y a aussi quelque chose de plus profond. En faisant équipe avec 22 et en voulant lui montrer qu'il y a du bon à vivre sur Terre et à avoir des rêves, Joe questionne aussi son propre parcours. A force de ne vivre que pour le jazz, de ne penser qu'à cela, finalement il ne prêtait plus attentions à toutes les petites choses de la vie et il va les redécouvrir, en faisant ce chemin. C'est donc un film touchant et poétique dans ce qu'il raconte, je trouve.

L'univers qui nous est présenté est original. Ce « Grand-Avant » a ses règles, ses codes et son processus. Les âmes sont encadrées par des créatures qui s'appellent toutes Michel et qui les guident dans la recherche des grandes lignes de leur personnalité future, avant qu'elles ne puissent aller sur Terre... Le décor de ce monde là est à la fois simple (pour le design des personnages qui le peuplent) et très coloré, très pop. On n'y passe pas tout le film, mais une partie quand même, et j'ai trouvé ce passage là réussi.

Ensuite, et sans trop en dire, Joe et 22 retournent sur Terre mais les choses ne se passent évidemment pas comme prévu, donnant lieu à des scènes très drôles (avec le chat notamment), et plus profondes puisque petit à petit ce duo improbable va chacun prendre conscience de certaines choses. 22 va découvrir ce qui fait l'intérêt de vivre sur Terre, tandis que Joe va s'interroger sur son rêve de devenir pianiste de jazz, qui l'a enfermé en quelque sorte et faisait qu'il ne vivait plus vraiment.

D'un point de vue visuel, Soul est une réussite. Qu'il s'agisse du cadre particulier de ce Grand-avant ou de New-York, qui se veut très réaliste et assez flamboyant finalement, l'animation est réussie, de même que la bande-son. Pour le coup, c'est bien dommage que Soul n'ait pas pu bénéficier d'une sortie en salles de cinéma, car cela aurait valu le coup. Il est sympathique aussi, de retrouver Camille Cottin en voix de 22 dans la version française, avec son phrasé si caractéristique !

Le propos auquel s'attaque Soul est tout de même assez compliquéà mettre en œuvre visuellement. Il s'agit de donner vie à tout un tas de concepts et d'idées assez abstraites finalement. Là-dessus, c'est comme pour Vice-Versa je trouve : la représentation est réussie, abordable et originale.

J'attendais Soul avec une certaine impatience car la bande-annonce, disponible des mois avant le film, me faisait vraiment envie. Mon seul regret comme je l'ai dit : que le film ne soit pas sorti en salles. En-dehors de cela, j'ai beaucoup aimé !

Tag(s) : #Films et dessins animés
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :