Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Meurtre de Roger Ackroyd est un roman policier d'Agatha Christie, publié en 1926.

 

A King's Abbot, un petit village en pleine campagne britannique, un drame se produit : Mrs Ferrars, une veuve, vient de se suicider. Roger Ackroyd, qui de l'avis de tous, allait épouser Mrs Ferrars, confie à son ami le Dr Sheppard, que Mrs Ferrars avait empoisonné son époux un an plus tôt, et était victime d'un maître-chanteur, dont ne lui a cependant pas révélé l'identité.

Mais Roger Ackroyd, après un dîner dans sa demeure, est retrouvé poignardé... Le Dr Sheppard s'investit dans l'enquête, en compagnie de son mystérieux nouveau voisin, qui n'est autre qu'Hercule Poirot...

 

Le nom de ce roman figure sans doute parmi les plus célèbres d'Agatha Christie, et pourtant, je ne l'avais jamais lu. C'est maintenant chose faite, et comme toujours pour un roman policier, et d'autant plus ceux de Christie, il va être difficile d'en parler sans gâcher l'intrigue.

Et ce serait bien dommage, car la solution de l'énigme est aussi surprenante qu'inattendue. Bien sûr, à la seconde lecture, on pourra réinterpréter les choses, relever les indices ça et là en se montrant particulièrement attentif.ve... Mais à la toute première, bien malin qui aura deviné le coupable, car il s'agit là d'un tour de force bien malin. Mais je n'en dis pas plus ^^.

Cela dit, tout au long du récit proprement dit, on y retrouve les éléments classiques de la célèbre romancière : une multitude de petits mensonges, proférés par des personnages/suspects issus du cercle proche de la victime (famille ou employés), qui ont tous quelque chose à cacher, pour une raison ou pour une autre. C'est plus ou moins important/grave, mais en tout cas, c'est en mettant à jour chacun de ces mensonges, que Poirot va petit à petit dénouer l'affaire et cerner la vérité.

Il y a bien sûr aussi l'explication finale, donnée en grande pompe devant tous les protagonistes (encore qu'il y a une subtilité, cette fois). Et bien entendu, si les indices matériels existent et ont leur importance (Poirot en découvrira en effet quelques uns), c'est surtout la déduction qui fait son œuvre, et l'observation, la capacité à déceler lorsque les gens cachent quelque chose... En cela, Le Meurtre de Roger Ackroyd est un classique, et pas le meilleur roman d'Agatha Christie (du moins, pas mon préféré). Mais c'est toujours aussi diablement efficace, et puis il y a cette conclusion... Rien que pour elle, ce roman se distingue, c'est sûr.

Cette fois, Poirot a pris sa retraite et est venu s'installer dans ce petit village. Mais bien sûr, il remonte vite en selle lorsque cette affaire se présente. Son compagnon, le capitaine Hastings, est parti vivre en Argentine et il lui manque même s'il ne le dit pas en ces termes, et le Docteur Sheppard va, le temps de cette affaire, prendre sa place à ses côtés. Le docteur est concerné par les événements. En tant que médecin du village, il est le premier sur les lieux lorsqu'une mort arrive (quelle qu'en soit la cause) : ce fut le cas pour Mrs Ferrars, son mari, et bien sûr Mr Ackroyd.

Ce dernier l'appréciait et le soir même de sa mort, il s'était confié à lui, lui racontant le chantage dont Mrs Ferrars était victime, ce qui l'avait conduit à se suicider. Il ignore le nom du maître-chanteur, mais celui-ci figure dans une lettre que la défunte lui a envoyé avant sa mort, lettre qui disparaîtra après la mort d'Ackroyd. De plus, après l'avoir quitté et une fois rentré chez lui, Sheppard a reçu un mystérieux coup de fil l'informant qu'Ackroyd avait été assassiné. Il va donc se précipiter chez lui, et être le premier à constater le crime. Il est donc impliqué, et de son propre aveu, il ne se passe jamais rien de palpitant dans ce village, aussi cette affaire est-elle excitante pour lui. Sans compter que Ralph, le fils adoptif d'Ackroyd, est le principal suspect de la police, et Sheppard a beaucoup d'affection pour ce jeune homme. Autant de raisons pour lui, de ne pas rester en retrait.

Il va donc faire équipe avec Poirot, dont il sait la réputation mais qu'il pense être exagérée, tant ce petit homme vaniteux lui semble inoffensif et étrange. Mais évidemment, le docteur va découvrir petit à petit que la réputation de Poirot n'est pas usurpée et que même si ses méthodes sont particulières, elles donnent des résultats. Et ce d'autant plus que la police locale, l'inspecteur du moins, est particulièrement stupide...

L'entourage d'Ackroyd est composé de figures plutôt classiques du genre : majordome, secrétaire, gouvernante, nièce, un militaire, etc... Mais cela fonctionne toujours, et certains étaient plutôt sympathiques ou intéressants, comme le Major Blunt par exemple...

J'ai encore passé un très bon moment en compagnie de la Reine du roman policier et de son célèbre personnage :).

Tag(s) : #Livres-contes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :