Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Article sur la saison 1 ICI.

 

Je m'étais enthousiasmée lors de la 1ère saison de The Crown, et bien je ne tarirai pas d'éloges sur la seconde saison ! Cela se confirme : The Crown est bel et bien une série avec laquelle il faut compter à l'heure actuelle. En tout cas, à mon sens. Tout y est : costumes, acteurs, dialogues, musiques... Tout est au top, et je suis bien contente que la série confirme ainsi la bonne première impression qu'elle avait faite l'an dernier.

Avec ses saisons de 10 épisodes, The Crown souhaite couvrir chaque fois une décennie du règne d'Elizabeth II. Si la première saison nous montrait surtout ses premiers pas, nous attaquons ici une autre page, avec toujours le volet public comme le volet un peu plus personnel.

Plusieurs crises sont ainsi évoquées cette saison, ou plusieurs événements, du moins. Il y a la crise du canal de Suez par exemple, ou bien encore le scandale lié aux relations pro-nazies de l'ex-roi Edouard VIII durant la guerre (épisode très intéressant, car il était justement venu demander le pardon d'Elizabeth, au moment où elle apprend cette affaire...). Il y a aussi cet épisode que j'ai bien aimé, où le couple royal rencontre le couple Kennedy (excellent Michael C. Hall, qu'il est toujours bon de retrouver à l'écran, même pour un court moment). Le moment où les Kennedy arrivent à Buckingham et font faute sur faute avec le protocole était désopilant ! L'épisode était marquant parce qu'il oblige Elizabeth à agir, alors que tout le monde vante les mérites et l'esprit de Jackie Kennedy. Il se termine tragiquement bien sûr, comme attendu, et de manière très belle je trouve.

Il y a beaucoup de moments comme cela dans cette série, qui sont très solennels, assez dénués de paroles (une des qualités de la série est de ne pas être trop bavarde et de laisser aux acteurs le soin de faire passer des choses, même sans parler), mais très forts. Et la fin de cet épisode avec Elizabeth qui demande à faire sonner les cloches de Westminster et écrit à Jackie Kennedy, en fait indéniablement partie.

Et puis il y a l'aspect privé, qui a une large part aussi. Cette saison, le couple royal connaît surtout des bas. Au mieux ils s'évitent, au pire ils se prennent le bec. Toujours épris de liberté et de désir d'avoir un véritable rôle à jouer, Philip s'éloigne quelques temps afin de représenter la Couronne aux JO de Melbourne et ainsi de faire un long périple dans lequel il va à la rencontre d'autres terres, d'autres peuples. Quand il en revient, rien ne va mieux puisque les frasques de son secrétaire avec la gent féminine ont été révélées et ont conduit son épouse à demander le divorce, et d'ici à ce que l'on soupçonne le Duc d'Edimbourg d'avoir le même type de comportement, il n'y a qu'un pas.

Et comme le constate Elizabeth, la solution qui s'offre aux autre couples (le divorce, donc) leur est impossible. Il faut donc que ce mariage fonctionne. Il y a des moments d'accalmie, mais les affrontements reviennent tôt ou tard, ce qui est plutôt triste car au départ, c'était tout de même un mariage d'amour, entre eux. Ma scène préférée de la saison se situe dans le dernier épisode, quand Philip vient retrouver Elizabeth en Ecosse où elle s'est réfugiée et qu'ils se parlent franchement, pour une fois. Avec lui qui lui dit qu'au fond c'est très simple : comme le lui a dit le roi Georges VI quand ils se sont mariés : son boulot, c'est de s'occuper d'elle, point. Donc il le fait, et il sera toujours là. Et de conclure qu'au fond il ne se force pas, mais qu'il le veut, parce qu'il l'aime. La scène était superbe, avec des moments de regards et de silences entre eux, jusqu'à cet aveu de Philip (Matt Smith, définitivement génial dans ce rôle qui à mon avis, restera dans sa filmographie). La réalisation, les deux acteurs impeccables... Tout y était.

Car, et c'était déjà le cas l'an dernier, au fond elle ne se plaint pas souvent voire jamais, mais Elizabeth se sent seule, dans son rôle. Elle voudrait pouvoir se reposer sur quelqu'un mais elle ne trouve personne. Son mari se plaint de cette liberté réduite, sa sœur Margaret également, elle qui n'a pas pu épouser l'homme qu'elle aimait, mais Elizabeth est coincée elle-aussi entre le protocole, la tradition, le reste... Elle n'a pas plus de liberté, mais cela, tout le monde semble ne pas le voir. Qui plus est on la prend pour une godiche. Plusieurs fois cette saison, elle va prouver sa force de caractère, que ce soit dans l'épisode avec les Kennedy ou celui dans lequel un lord la dépeint comme une reine moralisatrice à la voix niaise, incapable d'être spontanée, et qu'elle finit par écouter ce qu'il a à dire afin de préserver la monarchie dans la durée, face à ce monde qui change et dans lequel naissent des républiques.

Charles est mis à l'honneur aussi. Héritier du trône, il est donc plus qu'un simple enfant. Mais c'est aussi un enfant calme, fragile, qui va connaître l'enfer dans l'école dans laquelle son père l'envoie afin de lui forger le caractère. Au passage nous en apprenons aussi un peu plus sur la jeunesse de Philip, ce qui n'était pas inintéressant. C'était un épisode très bon aussi, que celui centré sur Charles et Philip.

On brasse donc pas mal de choses, sur pas mal de domaines différents et ainsi, la série explore bien des thématiques. Forte d'un casting solide, elle est une vraie réussite. C'est à la fois impatiente et triste que j'attends la saison 3, puisque l'on va avoir un renouvellement de casting. Comme on avance dans le temps, la production a fait le choix de changer les acteurs pour en prendre des un peu plus âgés. Je suis donc triste de quitter notamment Claire Foy et Matt Smith dans les rôles de Philip et Elizabeth, parce qu'ils étaient tout bonnement excellents, mais impatiente en même temps. Car le rôle d'Elizabeth sera désormais tenu par la merveilleuse Olivia Colman (que l'on connaît surtout via Broadchurch, où elle incarnait brillamment Ellie Miller, et que l'on a récemment pu voir au cinéma dans Le Crime de l'Orient-Express). Celui qui reprendra le rôle de Philip n'a pas encore été annoncé je crois, par contre Helena Bonham Carter reprendra le rôle de Margaret, ce qui est plutôt cool aussi. Bref, impatience et tristesse, quoi ^^.

Mais en attendant, regardez The Crown, c'est tout ce que j'ai à dire !

Tag(s) : #Séries occidentales
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :