Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jodie Wittaker : Ally/Cath

Emun Elliott : Andy

Sharon Small : Brigitte

Lois Chimimba : Karen

Michael Abubakar : Charlie

Blake Harrison : Karl

 

Une série de 4 épisodes.

 

Cath Hardacre est une infirmière compétente, mais elle finit par perdre son travail en voulant dénoncer des choses dans son hôpital.

Sans salaire, avec une fille à élever, elle doit rapidement trouver une solution. Quand son amie Ally, médecin, part s'installer avec son mari à l'étranger, Cath lui vole son identité et se fait embaucher dans un hôpital d'Edimbourg comme médecin. Elle est désormais le Dr Sutton.

 

Pour être franche, je n'étais pas plus attirée que cela par le synopsis de cette courte série (seulement 4 épisodes au compteur). Ce qui m'a décidée à m'y mettre (outre le fait que ce soit une série anglaise et que ces gens ne sont généralement pas manchots, tout de même...), c'est que le rôle titre, sur lequel semblait reposer toute la série, était tenu par Jodie Wittaker. Celle qui m'a émue comme pas permis dans Broadchurch, avec sa prestation tellement forte notamment lors de la première saison. Celle qui accessoirement, est notre futur Docteur aussi, le 13ème du nom). C'est donc principalement pour elle que je me suis lancée.

Et comme attendu, elle est fabuleuse (oui, carrément). Cette actrice est vraiment incroyable, sans blague. Elle arrive à nous capter, à nous intéresser au sort de son personnage et à s'en émouvoir, même si sur le fond, on ne peut cautionner ce qu'elle fait pourtant. Et puis elle a quelque chose de très naturel dans ses expressions, on n'a même pas l'impression qu'elle joue, et ça c'est vraiment chouette. Mais, et ça c'est bien aussi, les autres acteurs autour son très bien aussi, heureusement.

Pour assurer une meilleure vie à sa fille et repartir à zéro, Cath vole l'identité d'une amie partie à l'étranger et « devient » ainsi médecin, du moins sur le papier. Elle était infirmière, et une bonne même, mais elle va découvrir qu'être médecin, c'est autre chose. C'est un autre métier. C'est violent, éprouvant, il faut savoir/pouvoir prendre des décisions rapidement et ne pas se tromper, maîtriser les choses... Plus d'une fois, on a l'impression que la situation la dépasse -et c'est le cas-, et on se dit qu'elle va se planter, que ce n'est pas possible autrement...

C'est assez hallucinant de la voir le nez dans ses bouquins en train littéralement d'étudier, et 5 minutes après, de la voir avec un patient lui sauver la mise. Elle est douée, elle est appréciée de ses collègues, médecins comme infirmières (qui s'étonnent d'ailleurs de voir un médecin faire des bandages, accomplir des tâches habituellement reléguées aux infirmières, et le faire bien en plus... et pour cause !)... Mais au fond, Cath est sans cesse sur la corde raide. La moindre erreur pourrait la compromettre et elle pourrait tout perdre. Pas seulement ce travail et cette nouvelle vie qu'elle a construit pour assurer une vie confortable à sa fille, mais elle pourrait aussi aller en prison et être séparée d'elle ! Car on a beau être derrière elle, trouver au départ la perte de son travail injuste, malgré tout, ce qu'elle fait est mal. Et puis c'est le genre de choses qu'il est « facile » de faire au début, mais après il faut tenir. Mentir tous les jours, à tout le monde, tout le temps... Au final des mensonges de ce type rendent la vie impossible malgré l'argent, le confort... Et cela, on le voit très bien à l'écran. Cath n'ose pas se lier -même si la directrice de son nouvel hôpital souhaite s'en faire une amie-, par exemple.

Ce qu'elle fait est très grave et elle le sait très bien. Elle panique facilement (quand les RH lui demandent des documents pour finaliser son embauche, quand un policier est présent à l'hôpital...) et j'ai même cru à plusieurs reprises que soit elle allait se trahir toute seule, soit elle allait se faire prendre. Qui plus est, quand elle commence à sortir avec son collègue médecin -un homme très bien, en plus-, on se dit que là elle joue un jeu vraiment dangereux. Comment construire quelque chose avec quelqu'un alors qu'on lui ment sur le principal, à savoir qui l'on est vraiment ? À ce sujet, la série prend un virage inattendu qui rajoute un peu de piment à l'ensemble, d'ailleurs.

La fin m'a surprise, je ne m'attendais pas à ce que l'on parte dans cette direction, en fait. Tous les éléments sont là pour éventuellement faire une saison 2 (j'ignore si c'est au programme ou non), mais cette saison peut aussi tout à fait se suffire à elle-même, et ça c'est cool. Autant je ne rechignerai pas sur une suite, autant je ne serai pas frustrée si elle ne se fait pas.

L'avantage, c'est que cela peut être vite regardé, si l'on ne veut pas s'embarquer dans une série trop longue ! Trust me n'est pas ce qui se fait de mieux en matière de courtes séries anglaises, certes, mais elle est bien conçue et parvient à accrocher le spectateur, et je ne suis pas mécontente de l'avoir regardé.

Tag(s) : #Séries occidentales
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :