Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 23:44

Un roman policier d'Agatha Christie publié en 1942.

 

Jerry Burton a été sérieusement blessé dans le crash d'un avion. Son médecin l'envoie se reposer à la campagne dans le petit village de Lymstock avec sa sœur Joanna, afin qu'il se remette.

La vie semble paisible ici, mais les premières lettres ne tardent pas à arriver, y compris là où résident Jerry et sa sœur. Des lettres anonymes odieuses, grossières et pleine de rumeurs. La police s'empare de l'affaire lorsqu'une femme se suicide après en avoir reçu une...

 

Dans ce roman, c'est Miss Marple qui intervient. Mais son rôle est très effacé, en réalité. En effet, elle arrive à Lymstock à la demande d'une amie à elle qui estime que pour démasquer la personne qui écrit les lettres anonymes, il faut quelqu'un qui connaît l'esprit humain, ses travers, et qui puisse ainsi percer à jour le ou la coupable... Mais Miss Marple arrive tardivement dans le récit (à plus de la moitié du livre, je pense), et même une fois qu'elle est là, elle apparaît peu en fin de compte. Deux ou trois scènes lui font croiser la route de Jerry, notre protagoniste (le récit est raconté par lui), et bien sûr il y a l'inévitable passage où Miss Marple livre ses conclusions et explique le pourquoi du comment. Mais cela reste un rôle limité en terme de participation, et c'est bien Jerry que l'on suit de bout en bout.

Il est l'étranger, celui qui débarque dans ce village et n'a aucune idée préconçue sur personne. Il apprend à connaître les habitants, et nous les fait découvrir au passage. Du pasteur et sa femme au notaire en passant par le médecine et sa sœur, et j'en passe, quelques personnages vont régulièrement croiser son chemin dans cette affaire. Une affaire qui l'intéresse particulièrement, au-delà du fait que lui-même a reçu une lettre peu de temps après son arrivée. Car Jerry pourrait partir. Après tout il n'est pas d'ici, il finit par se rétablir convenablement, donc il pourrait rentrer chez lui et partir loin de ces lettres déplaisantes. Mais il veut savoir qui est derrière tout ceci, et il s'investit pleinement. D'ailleurs l'inspecteur Nash, qui est en charge de l'enquête, le fait contribuer chaque fois qu'il le peut. C'est intéressant, car Jerry est un homme bien. Quelqu'un de perspicace, d'intelligent et de raisonné, sans pour autant être comme Miss Marple ou Hercule Poirot. C'est-à-dire qu'il n'enquête pas à proprement parler, il se renseigne, déduit, observe, mais il ne collabore pas avec la police comme Poirot peut le faire en interrogeant les témoins ou en menant réellement l'enquête, par exemple. C'est un bon personnage en tout cas, qu'il est plaisant de suivre.

Je dois bien avouer que j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire au début, sans trop savoir pourquoi. L'histoire du « corbeau » en soi n'est pas nouvelle, mais je n'ai rien contre pourtant. Ce principe d'un être inconnu (mais qu'en réalité tout le monde connaît) qui dévoile les secrets de tout le monde (car « il n'y a pas de fumée sans feu », comme on dit) et met la pagaille, est toujours un bon point de départ. Mais ici, il m'a fallu un moment avant d'être accrochée, véritablement intéressée par l'histoire, avec l'envie d'en connaître le fin mot. Ceci étant c'était quand même un bon moment de lecture, c'est juste que comparé aux romans que j'ai lu récemment, il n'est pas le meilleur, en fait ^^.

J'ai bien aimé certains personnages (outre Jerry, donc), comme le docteur par exemple, ou encore Megan. L'intrigue amoureuse, ou plutôt les intrigues pour être exacte, qui concernant Joanna d'un côté et Jerry de l'autre, sont mignonnes et judicieuses, et ne nuisent en rien à l'histoire, au contraire.

Une histoire qui va prendre de plus graves proportions au fil des pages. Car si les lettres sont désagréables et colportent -du moins c'est ce que disent ceux qui les reçoivent- des mensonges, on passe à la vitesse supérieure lorsque qu'une femme se suicide après en avoir reçu une. Dès lors, l'auteur des lettres -que la police pense être une femme- n'est plus seulement coupable de troubler la tranquillité des habitants, mais il ou elle, est aussi responsable de la mort de cette femme... Je pense que c'est là que le livre m'a vraiment intéressée. Tant qu'on n'était qu'au stade des lettres, je ne voyais pas tellement où tout cela nous conduisait, mais quand l'affaire prend une autre dimension, j'étais plus investie. Et j'ai bien aimé aussi, le piège final qui permet de démasquer le coupable et que -comme d'habitude, je dirai-, je n'avais pas vu venir !

Bref, « La Plume empoisonnée » est un bon roman, même si pas mon préféré. Il reste efficace et bien écrit, avec comme toujours une étonnante conclusion.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marluuna - dans Livres-contes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche