Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 21:45

Un film réalisé par Danièle Thompson, avec :

Guillaume Canet : Émile Zola

Guillaume Gallienne : Paul Cézanne

Alice Pol : Alexandrine Zola

Pierre Yvon : Baptistin

Déborah François : Hortense Fiquet

(2016)

 

Un jour à l'école, Paul vient au secours d'Emile, malmené par des camarades de classe qui se moquent de ses origines italiennes.

Depuis, même une fois adultes, Paul Cézanne et Emile Zola, l'un qui se rêve peinte et l'autre écrivain, n'ont jamais cessé d'être amis. L'un est resté à Aix-en-Provence, l'autre est monté à Paris, mais ils sont toujours en relation...

 

J'ignorais que Zola et Cézanne avaient été amis, et en fait je l'ai appris en m'intéressant au film. Et de grands amis même. Apparemment une brouille aurait eu lieu entre eux au moment où Zola a écrit « L'Oeuvre », un roman mettant en scène un peintre raté et dans lequel Cézanne se serait reconnu, ce qui ne lui aurait pas plu. La « légende » veut qu'ils ne se soient plus revus ni écrits après cet épisode et ce jusqu'à la mort de Zola, qui partit le premier. Mais depuis quelque temps, cette thèse est remise en cause : cette fameuse brouille n'aurait en fait jamais eu lieu. Quoi qu'il en soit, le film prend le parti d'évoquer justement cette dispute qui mis fin à leur relation. C'est même là que démarre le film : Cézanne rend visite à Zola et critique son roman, l'accusant de le mettre en scène dedans, lui ainsi que certains moments de leurs vies. Le film revient régulièrement à ces moments où ils s'expliquent, mais entre-temps il nous raconte leur enfance, de leur rencontre à tous leurs moments passés ensemble, de leur adolescence à Paris, où ils côtoient d'autres artistes, jusqu'à après, quand Zola devient le grand auteur que l'on sait, reconnu et estimé de tous, tandis que Cézanne ne parvient jamais vraiment à percer (du moins, de son vivant), son mauvais caractère lui fermant beaucoup de portes.

Sur le papier, c'était tout de même plus qu'alléchant. Même si je montre plus d'intérêt pour Zola que pour Cézanne en soi, un film traitant de ces deux grandes figures, chacune dans leur domaine, était prometteur. Avec par-dessus tout cela une belle amitié avec ses hauts et ses bas... Guillaume Canet d'un côté, Guillaume Gallienne de l'autre, cerise sur le gâteau... J'étais conquise avant même d'avoir lancé le film, pour un peu ! Et je me suis ennuyée ferme. En un mot déception.

Déception parce qu'il y avait toute la matière pour un grand film, et que ce n'est même pas un bon film, à mes yeux. Pour une raison principalement. Deux, en fait. La première : tout film qui se respecte doit avoir un scénario. Je veux dire par là un début, une fin, et 2-3 qui se passent entre les deux. Pas forcément en terme d'action, je m'en moque pas mal, mais il doit se passer quelque chose, au moins. Et là, on n'a pas de but en soi. Alors si, on peut me dire que le but est de parler de ces deux grands hommes, de leur amitié, d'accord. Mais l'ennui c'est qu'on ne semble pas avoir de point à atteindre et donc, on a l'impression d'un enchaînement de scènes, mais qui pourrait continuer ainsi des heures durant puisqu'il ne semble pas y avoir de fin programmée, de but à tout ceci. Impression renforcée par mon point n° 2 : pendant tout le film, nombreuses sont les discussions entre Cézanne et Zola, à différents moments de leurs vies. Et on a l'impression d'assister sans cesse à la même discussion (ou dispute, peu importe). Mêmes reproches, mêmes réparties, même ton... C'est la même conversation encore et encore (et encore). Alors les 2-3 premières fois bien sûr j'étais à fond (d'autant que Cézanne ne mâche pas ses mots), mais après plus d'1h30 de film, je me lassais... Cela ne semblait pas avoir de fin.

Autre problème aussi, on dirait que même les acteurs s'en sont rendus compte. Les deux Guillaume sont des acteurs talentueux que j'apprécie en temps normal, mais Cézanne et moi ne restera pas parmi leurs meilleures performances, à mon sens. Gallienne cabotine pas mal et son accent du sud n'est quand même pas très naturel (même s'il a ses moments de grâce, notamment ceux où son personnage lit des passages de L'Oeuvre à Zola pour étayer ses accusations (oui, cet homme lit merveilleusement bien, je trouve)). Et Canet est quand même très... ou pas assez consistant. Comme s'il manquait de conviction, un peu. C'est quand même couillon, quand on sait combien l'un et l'autre peuvent être bons par ailleurs. Reste Laurent Stocker, furtive apparition sur la toute fin du film, que j'ai pris plaisir à avoir car il m'est très sympathique, ce monsieur (son rôle dans Ensemble c'est tout m'a marqué ^^). Restent aussi, de beaux paysages, de belles images.

Il y a aussi des choses intéressantes (et justes, je pense), à propos de la vie de l'un et de l'autre. Comment se construisent (ou pas, justement) leurs « carrières », et puis l'évocation vers la fin du film, de l'épisode « Dreyfus » pour Zola par exemple, qui m'a toujours passionnée. Mais malheureusement cela ne suffit pas à contrebalancer toutes les choses bancales, à mes yeux. Et c'est dommage, car je ne demandais qu'à aimer ce film au départ. Tant pis pour moi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex 29/01/2017 21:18

ah trop dommage tu me donnes pas envie^^

Marluuna 29/01/2017 22:00

Désolée ^^'

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche