Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 22:00

Un film réalisé par Vincent Garenq, avec :

Daniel Auteuil : André Bamberski

Marie-Josée Croze : Dany

Sebastian Koch : Dieter Krombach

Emma Besson : Kalinka Bamberski

Christelle Cornil : Cécile

Serge Feuillard : Maître Gibaud

(2016)

André Bamberski et sa femme Dany vivent heureux avec leurs deux enfants, jusqu'au jour où Dany le quitte et part vivre en Allemagne avec Dieter Krombach, son amant, médecin de profession.

Alors que leurs deux enfants sont en vacances chez Krombach, Kalinka, leur fille aînée, est retrouvée morte dans des circonstances étranges. Bientôt convaincu de la culpabilité de Krombach, André Bamberski entame alors un long combat pour le traîner devant la justice...

Bon, on ne va pas se mentir : rien que le synopsis, et l'on sait pertinemment que l'on n'est pas partie pour voir un film gai et amusant. Ça n'est pas un scoop. Pour autant, le film aurait pu être plus glauque encore, mais je pense qu'en prenant le parti de se concentrer sur la figure du père, André Bamberski, on a évité cela. Je veux dire que bien sûr, l'histoire est très grave (et prend une dimension supplémentaire dès lors que l'on sait qu'il s'agit là d'une histoire vraie), il y a des moments tristes ou qui font froid dans le dos, parce que les faits en eux-mêmes sont effrayants et parce que Daniel Auteuil, j'y reviendrai, est comme toujours excellent. Mais en se concentrant sur le combat de cet homme qui va vouer 30 ans de sa vie à faire condamner l'homme qu'il sait être responsable du meurtre de sa fille et qui n'en finit plus d'échapper à la justice, on s'éloigne des enquêtes types habituelles, des détails ou même des circonstances. Je ne sais pas comment le dire, car encore une fois je ne veux rien minimiser, loin s'en faut, mais le combat de Bamberski est tellement incroyable en fait, que j'en étais admirative. Et cela prenait le pas sur, là où dans une enquête policière sur ce type de thématiques, j'aurais pu être plus bouleversée encore.

Le film prend le temps d'installer les choses. Il nous montre la vie de famille de Bamberski, homme accaparé par son travail mais amoureux de sa femme, Dany, et aimant profondément ses deux enfants. D'ellipse en ellipse, on assiste à la rupture du couple, lorsque Dany le trompe avec Dieter Krombach et finit par vivre avec lui en Allemagne, où il est médecin. J'étais surprise, pour une film d'à peine 1h30 finalement, que l'on passe autant de temps sur cette partie. Je m'attendais en fait à être dans le vif du sujet tout de suite, vu la durée totale. Mais bien sûr ce n'est pas inutile. On rencontre ainsi les protagonistes, et on comprend un peu comment était la vie d'André avant le drame.

Lorsque sa fille Kalinka, alors adolescente, décède alors qu'elle passait ses vacances chez sa mère et son beau-père, tout est tout de suite très troublant, malgré les explications de Krombach, qui est celui qui l'a trouvé inanimée au matin et qui assure avoir tout tenté pour la sauver. Très vite, entre les preuves d'un acte sexuel et d'autres éléments absurdes, Bamberski est convaincu : Krombach a assassiné sa fille. Évidemment Dany ne veut rien entendre et jusqu'au bout, elle sera convaincue que son ex-mari délire. Pas une seconde on ne la croit complice, protégeant son mari actuel ou quoi, on comprend bien qu'elle réfute l'idée (dormir dans le même lit que l'homme qui a tué sa fille, il faut avouer que l'admettre ne doit pas être aisé...). Cela m'a rendue folle par moments parce qu'on se dit que si elle se rangeait du côté d'André et l'aidait dans sa bataille (même sans forcément que leur couple se reforme, ça n'a rien à voir), cela aiderait. Rien que moralement. Mais d'un autre côté c'était intéressant car c'est une réaction qui peut se comprendre, sans pour autant s'excuser. Après tout, et bien que le film se concentre sur André et non sur elle, Dany aussi a perdu sa fille, et elle aussi, elle souffre.

Du moment du meurtre jusqu'aux années 2000, nous allons ainsi suivre ce père fou de douleur, incapable de concevoir, et encore moins d'accepter, que l'homme qui lui a pris sa fille continue de vivre tranquillement dans sa maison et ne soit inquiété de rien. Même quand il obtient un procès, le fait que Krombach vive en Allemagne et non en France complique tout, relations diplomatiques obligent. Même quand il dénonce le laxisme de la justice française, il se heurte à des murs. C'est passionnant et terrible, et surtout c'est incroyable. Comment un homme a pu se battre comme cela pendant 3 décennies ? Quand on y pense, quand on sait que c'est une histoire vraie, moi ça me laisse bouche bée. Qu'il ne se remette pas de la perte de sa fille, surtout ainsi, c'est naturel aucun parent ne peut à mon avis, surmonter la perte de son enfant. Mais qu'il ne soit pas devenu dingue, qu'il n'ait pas abandonné, pas même une fois... Le courage et la force de cet homme m'ont vraiment marqué.

Car au final il perd tout : sa nouvelle compagne, qui au bout d'un moment voit sa vie passer, avec un homme accaparé par son combat et qui ne veut plus entendre parler d'avoir un autre enfant... son métier, qu'il n'arrive plus à assurer proprement et qu'il finit par quitter... son autre enfant avec qui il se dispute parce que lui aussi n'en peut plus... André est pratiquement seul, se prend mur sur mur et pourtant pas une fois il ne baisse les bras, malgré les conseils des uns et des autres, notamment ses propres parents, qui estiment -avec raison- qu'il a fait tout ce qui était humainement possible. Franchement, c'est fou. Et il y a quand même ce moment fort où là l'on pourrait penser qu'il est devenu dingue, lorsqu'il emploie des hommes de main pour enlever Krombach et le ramener en France, afin qu'il soit sous le coup de la justice française. Acte qu'il assume totalement en disant que puisque la justice était incompétente, il a fait en sorte que Krombach soit jugé, peut importe le moyen. Bien sûr il sera condamné pour cela (ironie, quand tu nous tiens), mais on voit tellement sa frustration, sa rage même de voir que malgré toutes les preuves, malgré les témoignages de jeunes filles (des patientes de Krombach) avouant avoir été abusées par lui, rien ne se passe... Au bout d'un moment, Bamberski en vient à la conclusion qu'il doit faire justice lui-même. Et comment lui en vouloir ? Je veux dire, sur le principe, on sait que ce n'est pas bien, mais je pense pouvoir le comprendre. On sait dès le début qu'il ne s'arrêtera pas, qu'il ne reculera devant rien pour que justice soit faite. Donc puisque la justice elle-même est impuissante, André agit. Bien ou mal, chacun pense ce qu'il veut, mais en tous cas ce moment du film est important.

Alors il y a bien quelques personnes pour l'aider, notamment celui qui lui fait office de traducteur en Allemagne, et l'avocat qu'il prend pour le représenter (qui lui tourne le dos une fois, mais qui finira par revenir et qui est toujours de bon conseil). Mais globalement, André mène son enquête -en s'adressant à des spécialistes-, acquiert des connaissances en droit... Les autres gravitent autour de ce personnage fort. Et comme je l'évoquais au début, Daniel Auteuil dans le rôle titre, fait un travail remarquable. Il faut dire que cet acteur compte parmi mes acteurs favoris en France et de loin. Il n'a pas fait que des bons films (comme tout le monde, de toute façon), mais je lui trouve une présence, une force pas possibles, et bien sûr une justesse de ton qui font que j'adore cet acteur. Et là il porte vraiment le film. Même si l'on voit sa femme, sa compagne actuelle, Krombach, l'avocat... Tous très justes par ailleurs, c'est lui qui porte le film sur ses épaules, et il le fait avec talent. Plus d'une fois j'ai été indignée avec lui, et je ne vous raconte même pas la scène où son ex-femme lui téléphone pour lui annoncer la mort de Kalinka...

Au nom de ma fille reste un film qui personnellement, m'aura marqué. Par son ton implacable, et comme l'ai dit, son protagoniste qui est « juste » un père incapable de laisser tomber et d'accepter que celui qui lui a pris sa fille vive en paix. A voir, incontestablement.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche