Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 14:24

Articles sur la série ICI et ICI.

 

Spoilers sur la saison !

Tout comme je l'avais fait pour la saison 3, j'ai vu cette saison 4 d'une traite, après sa diffusion. Bates motel est une série si « lourde », que ce rythme là me convient mieux, je pense. La série a également été renouvelée pour une saison 5 qui sera la dernière, car vu comment cela se finit cette année, nous sommes à deux pas de rejoindre le film Psychose. Si la saison 5 est de la même qualité que l'ensemble de la série (et il n'y a pas de raison pour qu'il en soit autrement), il n'y aura pas de souci à se faire et nous auront eu un préquelle au film tout à fait remarquable. Mais pour l'instant, nous n'y sommes pas encore et parlons de cette saison 4.

Pour l'heure, cette saison fait définitivement basculer Norman dans la folie. Il y avait eu déjà un point crucial la saison passée lorsque pour la première fois, Norman se prenait réellement pour sa mère (ou du moins, une version fantasmée de sa mère). Là, cela recommence, mais plus souvent. Sa mère cohabite réellement à l'intérieur de lui, comme le découvre le psy qui le suit durant son internement dans un institut spécialisé. Et plus importante encore (enfin du moins, fondamentale), cette scène durant laquelle Norman explique froidement à un patient interné comme lui, qu'il est intelligent et qu'il sait comment faire pour paraître normal. Il sait comment adopter une attitude qui laisse à penser qu'il veut guérir, qu'il va mieux, et qu'on peut lui faire confiance. Là où avant, ses absences lui faisaient peur et où on le sentait sincère. Là, on sait qu'il n'en est rien.

Norman est définitivement perdu, et qui plus est le passage à l'institut lui fait avoir beaucoup de ressentiment envers sa mère, qui est celle qui l'a incité à se faire interner. Il se sent mis à l'écart (surtout que durant son absence, Norma a une histoire avec Romero), et plus à sa place lorsqu'il revient. Même sans savoir ce que devient Norman avec Psychose, on comprend bien qu'il n'y a plus de retour possible pour lui désormais. Le psy qui le suit a beau avoir compris que Norman a d'autres personnalités, on sent qu'il ne pourra plus l'atteindre.

D'ailleurs au passage, je trouve bizarre de se dire que Norman pourra continuer à être dehors, libre, alors qu'il est quand même dangereux. Romero sait quand même ce qu'il est et ce qu'il a fait (bon, même si la série écarte Romero à la fin de la saison), Dylan aussi (même si lui aussi a pris son envol à la fin de la saison). Mais il reste quand même le docteur, que bizarrement on n'a plus revu lors des derniers épisodes. Ça paraît bizarre de se dire que quelqu'un comme Norman, qui en plus est passé par la case institut, ne sera pas inquiété (sinon il ne serait pas ainsi dans Psychose). Nous verrons si la saison 5 répond à mes questions sur ce sujet.

Le tournant majeur de la saison reste bien évidemment la mort de Norma. Le dernier épisode fait froid dans le dos car même si l'on s'y attend, c'est là que l'on rejoint vraiment le film, quand Norman va récupérer le corps de sa mère et se persuade que tout est un plan, qu'elle va revenir. Je l'ai dit et je ne cesse de le répéter, mais Freddie Highmore est exceptionnel, dans le rôle de Norman Bates. Hallucinant. Il est super flippant, quand il se prend pour sa mère et agit comme elle, quand il devient violent... Je ne sais pas de quoi sera faite sa carrière après cela (je lui souhaite qu'elle soit longue, en tous cas), mais une chose est sûre : ce rôle là restera marquant ! Vera Farmiga achève ici sa partie (quoi qu'on pourra peut-être la revoir, lors des hallucinations de Norman, après tout), avec brio. Plus que jamais, cette saison aura montré une Norma fatiguée, épuisée d'être en permanence inquiète pour ce fils qu'elle ne maîtrise plus et qu'elle continue pourtant à aimer plus que tout. Se séparer de lui est un déchirement, mais quand il revient de l'institut et qu'elle essaie de lui faire accepter sa relation avec Romero, on voit bien qu'elle marche sur des œufs. Elle n'en peut plus, même si elle ne renonce jamais à le protéger... et c'est bien ce qui finira par causer sa perte d'ailleurs. Cela aura pourtant réchauffé le cœur, de la voir si heureuse avec Romero, pendant quelques moments (qui l'aurait cru, au début de la série ?). Elle méritait bien quand même, quelques moments de bonheur. Norma a été une mère possessive et abusive et ses choix sont critiquables, mais elle a quand même bien payé, alors bon...

Contente aussi, de l'idylle entre Dylan et Emma, qui est super bien passée, alors qu'au début j'étais sceptique sur le sujet. Ils étaient très mignons et cela leur a offert une belle porte de sortie, le fait de déménager à Seattle pour qu'Emma se rétablisse. Dylan a essayé jusqu'au bout de faire entendre raison à sa mère au sujet de Norman, mais au bout d'un moment il s'est fatigué. D'être de trop, et de se faire parasiter par Norman et leur mère, qui sont brisés. Comme il le dit, ce sont deux personnes abîmées, et il doit les quitter pour se sortir du bordel qu'est sa vie. Au moins, Dylan n'aura pas sombré avec eux.

Je suis impatiente de voir la 5ème et dernière saison, et de voir comment cela finira (enfin je me comprends, parce que dans les faits, on sait comment). 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche