Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 00:06

Un film réalisé par Christopher Nolan, avec :

Al Pacino : Will Dormer

Robin Williams : Walter Finch

Hilary Swank : Ellie Burr

Martin Donovan : Hap Eckhart

Paul Dooley : Charlie Nyback

(2002)

Will Dormer arrive avec Hap, son partenaire, en Alaska pour aider la police locale sur le meurtre d'une jeune fille. En poursuivant le meurtrier après lui avoir tendu un piège, dans le brouillard, Will tue accidentellement son partenaire. N'osant l'avouer, il dit que c'est le meurtrier qui l'a tué avant de s'échapper.

Mais le meurtrier a tout vu et il pense en tirer avantage, en faisant chanter Will : son silence sur le meurtre de son partenaire, et en échange, Will l'aidera à s'en sortir pour le meurtre de la lycéenne... Entre ses insomnies et ce tueur qui joue avec lui, Will commence doucement à perdre pied...

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'une fois Insomnia terminé, quand le générique de fin se déroule, on reste un peu hébété, comme marqué par cette histoire sombre, et par la façon dont elle se termine pour les protagonistes. C'est tout de même un film intense, je trouve.

J'ai bien conscience que je vais me faire jeter des cailloux en disant cela, mais pour être franche, je connais très mal la filmographie d'Al Pacino. Je l'ai vu dans très peu de films au final, alors que je n'ai rien contre lui, c'est juste que ça ne s'est jamais présenté, ou je ne sais quoi. Parce qu'effectivement, Insomnia prouve à quel point c'est un bon acteur, plein de charisme. Alors du coup j'ignore où sa performance se situe par rapport à ses grands rôles ou ses autres films, mais moi j'ai beaucoup aimé son interprétation de Will Domer, cet inspecteur qui a pas mal magouillé dans ses anciennes enquêtes afin de pouvoir coincer les coupables, et qui a aujourd'hui les affaires internes aux fesses. Et quand il abat accidentellement son coéquipier Hap Eckhart, qui était sur le point de le balancer, au lieu de dire la vérité, il raconte que le meurtrier qu'ils pourchassaient l'a tué. Un mensonge qui dès lors, l'enferme dans un piège vicieux puisque le meurtrier en question a tout vu, et le fait chanter pour que Will l'aide à s'en sortir. Donnant-donnant, en somme... Falsification, dissimulation de preuves, jusqu'au pauvre (mais détestable) type qui fait un coupable idéal, Will va petit à petit s'enliser dans son mensonge, alors que le meurtrier l'embobine un peu plus... Qui plus est, ses insomnies commencent à lui faire perdre pied, à le faire halluciner, et c'est vraiment l'enlisement de cet homme, auquel on assiste, surtout dans la dernière partie du film. Une chute qui semble inévitable, qu'incarne donc très bien Al Pacino.

Et en face, dans le rôle du meurtrier d'une jeune fille, celui qui fait chanter Will, on trouve Robin Williams. Un acteur -que j'adore- connu majoritairement pour ses rôles comiques et sa capacité à faire rire. Il a tenu des rôles plus sérieux aussi (Le Cercle des poètes disparus, Will Hunting...), dans lesquels il s'est toujours montré largement à la hauteur, mais pour le coup là il s'agit vraiment d'un rôle à contre-emploi, puisqu'il n'est pas seulement sérieux, il incarne surtout le meurtrier, Walter Finch. Un homme qui persuade Will qu'ils sont pareils, que pour lui aussi c'était un accident, qu'il ne voulait pas tuer cette jeune fille tout comme Will ne voulait pas tuer son partenaire... Un manipulateur qui cache son jeu, en somme, et dont on prend la réelle mesure dans la dernière partie du film. Et Robin Williams est excellent dans ce rôle qui change nettement de ses personnages habituels. Il y a met de la froideur, et un côté inquiétant et manipulateur aussi. Qui plus est, ses scènes avec Al Pacino sont probablement les meilleures du film, tant les interactions entre les deux personnages (quelles soient verbales ou plus physiques, par la suite) sont passionnantes (et si bien jouées).

Je retrouve aussi avec plaisir Hilary Swank, une bonne actrice, ici dans le rôle d'une jeune fliquette fascinée par les affaires de Dormer, et qui le prend en modèle. J'aime bien le fait que Dormer fasse office de mentor, en lui donnant des tuyaux, en préservant son intégrité jusqu'au bout... Le personnage n'est pas très présent dans l'intrigue et c'est dommage en un sens, mais j'aime bien le peu qu'on en voit, et ce qu'elle représente.

En se concentrant davantage sur la psychologie des personnages, plutôt que sur des scènes d'action, Insomnia tient en haleine de bout en bout. D'abord en nous présentant les personnages, le lieu, l'affaire et les indices, puis en se concentrant petit à petit sur Will Dormer. C'est donc un très bon film, qui plus est très bien filmé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche