Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 00:05

Un anime de 12 épisodes, diffusé en 2016.

Fujinuma Satoru est livreur de pizzas, mais il caresse le rêve de devenir mangaka. D’apparence ordinaire, il a en réalité un étrange pouvoir : quand il se produit quelque chose comme un accident par exemple, il peut revenir quelques minutes en arrière et ainsi, l’empêcher de se produire.

Un jour, alors qu’il a de nouveau empêché un accident, il est ramené en arrière, mais 18 ans plus tôt cette fois. Redevenu enfant, il se souvient pourtant de tout et décide d’empêcher le drame qui s’est produit à cette époque et qui l’a profondément marqué : le meurtre d’une de ses camarades de classe, Kayo, et qui fut le premier d’une longue série…

Erased ne va pas être facile à détrôner, en tant que « mon anime préféré de 2016 ». Je sais, je sais, nous ne sommes encore qu’au printemps, et qui sait ce que l’année nous réserve encore comme bonnes surprises dans ce domaine ? Mais quand même… Erased, quoi qu’il advienne, restera pour moi un anime qui m’a profondément marquée par son humanité, et son intensité aussi. En seulement 12 épisodes -qui sont passés bien trop vite-, Erased a proposé une histoire aboutie, incertaine jusqu’au bout (je parle de l’issue), avec des personnages forts. C’est, en un mot, une réussite.

Si je m’étais écoutée, j’aurais dévoré les 12 épisodes dans la même soirée. Mais quelque chose d’aussi chouette, ça se déguste… Même si parfois je l’avoue, je me rongeais les sangs, l’envie de savoir la suite étant toujours très forte ^^.

Le pouvoir de Satoru en tant que tel, ne nous intéresse pas. Enfin je veux dire par là qu’on ignore -lui le premier- d’où il le tient, comment ça fonctionne exactement (pourquoi toute sa vie, cela la juste ramené quelques minutes plus tôt, et d’un coup on fait un bond de plusieurs années en arrière), etc… Ce n’est pas important en soi. L’important, c’est ce que cela lui permet de faire. En revenant à l’époque de ses jeunes années tout en conservant tous ses souvenirs, il a la possibilité d’agir. De sauver Kayo, Hiromi (un de ses camarades victime lui-aussi du meurtrier) et tous les autres enfants, et aussi d’empêcher qu’un homme soit arrêté pour ces crimes, car il n’a jamais cru à sa culpabilité. Evidemment en tant qu’enfant, il intrigue par son intelligence et ses réactions (l’un de ses amis d’ailleurs, qui est un gamin plutôt intelligent, voit bien qu’il est différent du Satoru qu’il a toujours connu, et pour cause). L’anime nous montre comment il va se rapprocher de Kayo, une gamine solitaire battue par sa mère, car il sait que le jour où elle a disparu, elle était une fois de plus seule au parc. Il va connaître plusieurs retours en arrière car au début ses efforts ne fonctionnent pas. Et puis il comprend que si Kayo fut la première victime, la sauver ne suffit pas : il y a les autres enfants après elle, il y a un meurtrier qui court toujours…

Il est donc tout autant intéressant de découvrir qui est en réalité le meurtrier (même s’il est encore assez facile je pense, de se douter de son identité), que de voir comment Satoru va s’y prendre pour protéger avec ses moyens (et une maman en or, aussi), ses amis. C’est passionnant, franchement. Et je ne vous parle même pas des deux derniers épisodes, où je devais être à 2 centimètres de mon écran, tant le stress me rongeait.

Satoru au début n’est pas forcément un mec génial. Bon certes il sauve des gens, mais après, c’est quelqu’un de solitaire, aigri parce que son rêve d’être mangaka n’aboutit pas, et tout. Mais en revenant à l’époque de son enfance, il devient vraiment altruiste, concerné par les autres, déterminé à les aider… Il a aussi une chouette relation avec sa mère… C’est un super-héros, quoi, comme le disent ses amis.

Un groupe de potes plutôt sympa d’ailleurs, enfin surtout Kenya, l’intelligent du groupe, qui a tôt fait de capter qu’un truc ne va pas avec Satoru, même si évidemment il ne peut se douter que dans ce corps, ce n’est pas exactement le Satoru qu’il connait…  La petite Kayo est touchante bien sûr, et il y de belles scènes avec elle (celle qui m’a marquée est quand elle pleure devant Satoru et sa mère « juste » parce qu’ils sont gentils avec elle…). Et il y aussi Airi, la collègue de Satoru à la pizzeria, qui est un super personnage. Et bien sûr la mère de Satoru, une femme forte et un personnage absolument génial.

Le fait que l’opening soit interprété par Asian Kung-fu generation m’a filé un coup de nostalgie ^^. C’est un groupe qui a œuvré sur pas mal d’animes, et notamment Naruto et FullMetal Alchemist, qui sont mes deux premiers animes… Ca m’a ramenée des années en arrière, de les entendre sur ce générique ^^’…

En seulement 12 épisodes, Erased propose quelque chose de très abouti, de vraiment profond (tant les personnages que l’histoire), là où les animes de cette durée font parfois l’impasse sur le développement des personnes et/ou de certains pans de l’histoire. C’est donc une belle réussite, et je sais déjà que je reverrai cet anime !

Partager cet article

Repost 0
Published by Marluuna - dans Mangas-Animes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche