Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un film réalisé par Ryan Coogler, avec :

Sylvester Stallone : Rocky Balboa

Michael B. Jordan : Adonis « Donnie » Johson Creed

Tessa Thompson : Bianca

Phylicia Rashãd : Mary Anne Creed

Tony Bellew : Ricky Conlan

(2015)

Adonis Johnson n'a jamais connu son père, mort avant sa naissance. Il n'était autre que le célèbre boxeur Apollo Creed. Et comme lui, Adonis a la boxe dans le sang. Alors il plaque son travailleur prometteur pour faire réellement de la boxe.

Il se rend à Philadelphie et demande à Rocky Balboa, qui a jadis affronté son père, de se charger de son entraînement.

La saga Rocky est quelque chose que j'aime beaucoup, je dois dire. Et si les opus ne sont pas tous bons (il y en a quand même six !), le dernier, Rocky Balboa, sorti il y a quelques années, avait été étonnant. C'était un très beau film, que j'ai revu encore récemment avec le même plaisir. Creed n'est pas vraiment une suite en soi, même si le film se situe quelques années après les événements de Rocky Balboa. Cette fois, le héros n'est plus Rocky en soi, mais Adonis, qui n'est autre que le fils illégitime du célèbre rival et ami de Rocky, Apollo Creed. Un jeune homme qui veut se faire un nom dans le monde de la boxe, sans être assimilé à son célèbre père, et qui vient chercher un mentor en la personne de Rocky. Qui mieux que lui peut, en effet, l'entraîner ? Et le comprendre, aussi.

Clairement, Creed est un film qui fait office de passage de témoin. D'une génération à une autre, de Rocky au fils d'Apollo. Tout un symbole, quand on a vu les autres films de la saga. Et autant le dire tout de suite : Creed est lui-aussi, un beau film. On pourrait croire qu'on tire trop sur la corde avec cet univers, à force... mais honnêtement, ce n'est pas avec Creed que je vais me lasser ^^'.

Stallone prouve une fois de plus quel bon acteur il est, et combien il peut être touchant. Rocky a toujours été un personnage fort et sensible à la fois, mais depuis Balboa, il a atteint une autre dimension je trouve (l'âge et le fait qu'il ait raccroché ses gants de boxe, bien sûr). Et le retrouver ici en entraîneur qui ne boxe plus en soi mais qui sait tout de ce sport (et des coulisses), j'ai adoré. Il m'a émue plus d'une fois. Et amusée aussi, parce qu'il ne perd jamais une occasion de se moquer -avec affection- d'Adonis. Et c'est intéressant aussi, de suivre la progression d'Adonis, qui ne veut pas être prendre le nom de son père et prend donc celui de la femme de ce dernier, qui l'a recueilli, Johnson, cachant ainsi le plus possible qui est son père (un secret qui va le rattraper, on s'en doute bien). C'est quelqu'un de bien, Adonis. Il est bagarreur et ne se voit pas bosser toute sa vie dans un bureau, il veut boxer. Mais il a énormément à apprendre, et pas seulement sur la boxe, mais sur la vie en général. Et Rocky le mettra sur le bon chemin, qu'il s'agisse du sport ou du reste.

L'association de ces deux hommes, l'un rempli d'énergie car en plein dans la force de l'âge, l'autre usé par le temps et les épreuves, mais qui joue le rôle du sage, est un duo qu'on a déjà vu au cinéma bien sûr, quel que soit le contexte. Mais ici cela fonctionne à merveille, car on se rend compte aussi que ce n'est pas à sens unique : Rocky aussi, apprend au contact d'Adonis, malgré son statut de professeur. Il y a une relation de maître et d'élève, mais pas seulement : quelque chose d'autre se noue aussi, une relation père-fils très jolie à observer, d'autant qu'il y a toujours avec le personnage de Rocky, une espèce de pudeur très jolie.

A côté de cela, il faut dire que les adversaires (Ricky, pour le plus marquant), ne sont pas du niveau des grands adversaires de la saga, car peu développés et assez basiques (c'était déjà le cas d'ailleurs, avec celui de Rocky Balboa, le dernier film). Ce n'est pas très grave car c'est l'apprentissage d'Adonis qui compte, mais bon c'est à noter. Bianca, la voisine et copine d'Adonis, était assez sympa. J'avais un peu peur du personnage au début, mais elle trouve bien sa place dans le film et elle est plutôt sympathique. Pour le reste, on regrettera, encore plus que dans le dernier film, l'absence de certains personnages emblématiques de l'univers de Rocky... La femme d'Apollo, Mary Anne, est un personnage intéressant aussi, et le début du film, où elle sort Adonis -qui donc n'est pas son fils, puisqu'il est le fruit d'une aventure qu'a eu Apollo- des foyers, était intéressant...

Impossible de parler de ces films sans évoquer la musique. Alors dans le cas de Creed, je suis 50-50. C'est-à-dire que j'ai adoré certains morceaux (notamment bien sûr, ceux qui reprenaient les notes de Going the distance et Gonny fly now, des morceaux bien connus des fans de Rocky), mais sans surprise, j'ai moins adhéré aux morceaux plus rap qu'il y avait parfois.

Cette saga -même si ici on parle de spin-off-, je marche à fond. J'aime l'idée du mec parti de rien qui poursuit son rêve, du mec qui sue sang et eau pour se hisser au sommet... Il y a des valeurs qui me plaisent et une bonne façon de les montrer aussi. J'ai marché pendant 6 films, j'ai encore marché pour le 7ème. Et je me répète, mais Stallone est excellent, vraiment. Creed contient les choses inévitables de la saga (un match décisif, les séquences d'entraînement...) et en même temps, modernise un peu la chose aussi, ce qui n'est pas un mal. Et sans la dévoiler pour autant, je dirai que j'ai beaucoup aimé la toute dernière scène...

Tag(s) : #Films et dessins animés
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :