Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 00:05

Une série de Sarah Phelps, avec :

Maeve Dermody : Vera Claythorne

Charles Dance : le juge Wargrave

Toby Stephens : le Dr Armstrong

Aiden Turner : Philip Lombard

Burn Gorman : le détective Blore

Sam Neil : le Général MacArthur

Miranda Richardson : Miss Brent

Noah Taylor : Mr Rogers

Anna Maxwell Martin : Mrs Rogers

Douglas Booth : Anthony Marston

 

Mini-série anglaise de 3 épisodes.

1939. Huit personnes qui ne se connaissent pas sont conviées sur une île. Sur place, leur hôte est absent mais un couple de domestiques les attend.

Le premier soir, un disque se met en marche et une voix les accuse tour à tour d'un crime qu'ils auraient commis et pour lequel ils auraient échappé à la justice. Peu après, l'un des invités s'écroule, raide mort. Puis un autre. Les autres invités restant comprennent qu'ils sont la cible de leur hôte mystérieux et qu'ils vont payer pour leur crime...

 

D'après le roman « Dix petits nègres », d'Agatha Christie.

And then there were none, est une adaptation du roman « Dix petits nègres », d'Agatha Christie (devenant du coup, 10 petits soldats dans la série...). Il s'agit là d'un roman qui figure parmi mes livres favoris, du genre « je l'ai relu 10 fois » ^^'. Je le connais donc bien, très bien même, aussi quand j'ai vu cette courte série sur le sujet, je ne pouvais que m'y intéresser. Et si cela n'avait pas été suffisant, le casting m'aurait convaincu. La moitié des personnages est jouée par un acteur (ou actrice) que je connais plus ou moins et que j'apprécie. Et quand on sait le brio dont peuvent faire preuve les anglais quand il s'agit de séries d'époque (encore que là, ce n'est pas l'époque Victorienne ^^'), c'était là bien assez d'arguments pour me donner envie de m'y mettre.

La série est plutôt fidèle au livre d'Agatha Christie. Que ce soit pour les événements en tant que tels, ou pour l'esprit. Les divergences qui subsistent (parce qu'il y en a quand même) par rapport au livre sont soit dérisoires, soit pas dérangeantes du tout, de mon point de vue. Voire bien trouvées, parfois. Il s'agit donc, je pense, d'une adaptation qui ne fera pas hurler un puriste. Mais en même temps, j'avais beau connaître les personnages et les actions, savoir ce qui allait se passer après une scène ou une autre, cela ne m'a pas empêchée de me plonger dans l'histoire avec plaisir. Preuve qu'il ne s'agit pas non plus d'un copié-collé sans intérêt.

Déjà, et c'était le plus important ou pas loin, l'ambiance est réussie. Nos protagonistes, au nombre de 10 (8 nouveaux arrivants et 2 domestiques déjà présents dans la demeure) sont réunis sur cette île éloignée de tout pour des raisons diverses (professionnelles, par exemple). Ils ne se connaissent pas, excepté bien sûr, le couple de domestiques. Et le juge Wargrave, qui est assez célèbre et dont certains ont éventuellement pu entendre parler dans la presse. Quand une première victime arrive, puis une autre, ils commencent à se dire que ces morts ne sont guère naturelles... Et puis les victimes vont s'enchaîner, suivant la façon dont meurent les dix petits « soldats » de la comptine présente dans la chambre de chacun, et que Vera connaît depuis son enfance... De la même façon, à chaque victime, l'une des dix petites statuettes présentes dans la salle de séjour, disparaît. Et le doute n'est plus permis : quelqu'un -le mystérieux hôte qu'ils attendent en vain, peut-être- veut les tuer, un par un, en suivant la comptine. C'est donc un huis clos -tout ou presque se passe dans la grande maison-, puisque personne ne peut partir de l'île et qu'il n'y a pas le téléphone.

Suite à l'accusation précise dont chacun a fait l'objet dès le premier soir via le disque, on imagine que « quelqu'un » se charge donc de rendre justice à sa façon... Et cela peut être n'importe qui. Ils vont donc commencer à se soupçonner les uns les autres, par une méfiance naturelle, une sorte d'intuition sur telle ou telle personne (Lombard par exemple, inspire vite le mépris aux autres). Des alliances vont se former, des rapprochements vont se faire (entre Lombard et Vera par exemple) ou des animosités au contraire (entre Vera et Armstrong par exemple). On a donc un climat oppressant car comme il n'y a que 3 épisodes, tout va très vite finalement. Tout s'enchaîne, comme si les invités étaient impuissants face à ce qui est en train de les décimer méthodiquement. On ne sait pas à qui se fier, qui croire...

Personnellement à ma lecture du bouquin la première fois, je m'étais dit que le coupable ne pouvait se cacher sur l'île et qu'il faisait donc partie des 10, mais quant à savoir qui... J'avais mon idée, ceci dit. Mais je ne déflorerai pas la conclusion en la révélant, bien sûr. Ici je partais avec le suspens en moins puisque la conclusion, je la connaissais. Mais cela ne m'a pas empêchée de me laisser prendre au jeu, de sursauter au moindre bruit ou cri, de chercher des pistes... J'ai été absorbée dans cette histoire que pourtant je connais, mais que j'aime beaucoup. Et je dois dire que la série a bien réussi son ambiance.

Après, il faut dire que c'est un rythme de progression qui paradoxalement va vite, en ce sens que les choses s'enchaînent, mais en même temps va lentement car pendant un long moment, ils n'agissent pas et subissent, en quelque sorte. Ils ont beau fouiller les chambres, ne pas laisser l'un d'eux aller et venir seul ou quoi, il ne se passe pas grand chose en soi. Mais tout est très psychologique (on voit bien qu'Armstrong par exemple, se met vite à craquer, car il n'arrive plus à supporter cette angoissante situation)... Et c'est bien cela qui m'a plu, là où cela pourra ennuyer d'autres...

Et puis comme attendu, le casting est aux petits oignons. On a les valeurs sûres (Charles Dance ou Sam Neil...), ceux qu'on est ravis de retrouver (Burn Gorman, Noah Taylor, Aiden Turner, Toby Stephens...), ou ceux que -personnellement- je découvrais, c'est-à-dire les 4 autres. Mais peu importe au fond, car tout le monde livre une prestation solide. Certains ont plus de temps d'antenne que d'autres, on s'en doute, aussi ne vais-je pas m'appesantir ^^'... Mais de toute façon il n'y a aucune fausse note.

Et pour les personnages en tant que tels, on nous montre via des souvenirs, ce qui touche au fameux crime que chacun aurait commis par le passé (Blore qui aurait tué un prisonnier, Vera qui aurait laissé se noyer l'enfant dont elle était la gouvernante, etc...). Là encore, certains personnages sont plus développés que d'autres, puisqu'on les voit plus longtemps, forcément... Mais mon impression a été la même que lorsque je lis le livre : j'ai toujours un intérêt marqué pour le juge Wargrave, j'aime beaucoup aussi Lombard, qui a côté aventurier qui me plaît bien... Et pour le coup, les deux acteurs dans les rôles respectifs, ne m'ont pas fait changer d'avis ^^.

And then there were none peut être un bon moyen pour qui ne connaît pas l'oeuvre d'Agatha Christie, d'y venir. Mais je pense que la série peut convenir aussi bien à ceux qui découvrent (ou la romancière, ou ce roman en particulier) qu'à ceux qui le connaissent. La série est courte, ça se regarde bien, et si l'on ne connaît pas l'histoire, j'imagine qu'il y a quand même un vrai suspens jusqu'à la toute fin ! ^^. En tous cas moi, j'ai beaucoup aimé !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Roxane 09/03/2016 17:33

A y est, vu ! En effet excellente série (à déplorer qu'ils ne soient que 10, et qu'elle ne dure pas plus longtemps !). L'ambiance est plombée, très réussie, et le côté psychologique et social est bien respecté : j'aime l'idée que chacun représente une institution : la religion (le personnage très croyant), la justice, l'armée, la police, l'éducation, la médecine etc... et aucune n'est épargnée, chacune représentée par une type de personne très particulier. Le mystère plane sur la véritable raison de leur présence, et finalement celui qui s'attire les foudres des autres est le seul à admettre, sans sourciller, ce dont on l'accuse ; son honnêteté le rend presque plus sympathique que les autres (ça, et le fait qu'il soit interprété par Aidan Turner, si je veux être honnête !). Chacun des autres se met volontairement au-dessus de lui, et c'est aussi ça qui rend le déroulement intéressant. C'est la première adaptation que je vois d'Agatha Christie qui n'est pas vieillotte ou guindée !
Et en effet, quel casting ! Chacun fait voir des facettes peu connues de leur registre, en ce qui me concerne, et c'est d'autant mieux (Aidan Turner, toujours lui, qui est convaincant en mec pas vraiment fréquentable, Charles Dance qui sourit... j'exagère volontairement mais c'est l'idée, et le monologue quasi final de Burn Gorman qui nous émeut en parlant de son jardin...). Tout est excellent ici : le respect de l’œuvre d'origine, les acteurs, l'histoire évidemment, les décors, costumes, le rythme aussi...
Bref merci pour cette découverte !!

Marluuna 09/03/2016 21:34

Mais de rien !! Je suis ravie que tu aies décidé de te lancer, et que ça t'ait plu !
J'avais oublié le discours de Brun Gorman sur le jardin mais en effet, j'avais beaucoup aimé...
Les anglais font vraiment de superbes mini-séries comme cela, alors quand en plus ils s'attaquent à une oeuvre telle quelle, on boit du petit lait !

Alex 25/01/2016 20:48

J'ai vraiment apprécié cette courte série, j'adore déjà le bouquin. La série reste très fidèle. LEs acteurs sont vraiment au top. Ce que j'ai vraiment adoré c'est cette ambiance qu'ils ont bien su recréer . Ravie je suis !

Marluuna 25/01/2016 22:14

Ah bah je suis bien contente que tu aies aimé !!

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche