Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 00:06

Une série créée par Jeff Eastin, avec :

Matthew Bomer : Neal Caffrey

Tim DeKay : Peter Burke

Tiffani-Amber Thiessen : Elizabeth Burke

Willie Garson : Mozzie

Sharif Atkins : Jones

Marsha Thomason : Diana

 

Série terminée en 6 saisons.

Neal Caffrey est un escroc talentueux. Activement recherché par le FBI et plus particulièrement par l'agent Peter Burke, il est finalement arrêté par ce dernier. Quand Neal s'évade de prison, Peter l'arrête à nouveau.

Neal lui propose alors un marché : il l'aidera dans ses affaires de fraude grâce à ses relations et sa connaissance de l'art, et en échange, cela sera considéré comme des travaux d'intérêt général. Neal Caffrey et l'agent Burke sont désormais partenaires...

Bizarre, j'étais pourtant persuadée d'avoir fait un article sur cette série par le passé... et il semble que non. Ma foi, le mal est désormais réparé !

White collar (qu'en France on n'a rien trouvé de mieux à faire que de l'appeler « FBI : Duo très spécial », je vous demande un peu...) est donc une série qui s'est achevée fin 2014, au terme de 6 saisons (la sixième ne comportant que 6 épisodes). Je l'ai commencé je ne sais plus trop comment il y a quelques années, et elle me plaisait vraiment bien. Je suis friande de séries policières, ce n'est pas un secret, et même si celle-là n'était pas forcément d'une originalité folle, j'ai tout de suite eu un coup de cœur pour tous les personnages, principaux comme secondaires. Et pour ce charme terrible qui se dégageait de cette série, de ses belles images... Et puis vers la saison 4, White Collar a commencé à me lasser, en quelque sorte. Je ne sais pas si elle était réellement moins bonne, ou si c'est juste qu'elle est tombée dans une sorte de routine ronronnante, pas désagréable en soi, mais qui n'apportait plus rien de nouveau, qui ne cherchait pas à renouveler la série... Et du coup, comme c'est vrai que je regarde pas mal de choses, sans trop m'en apercevoir, j'ai lâché la série au profit d'autres.

Ce n'est que récemment que j'ai eu envie d'y revenir, apprenant qu'en plus, la saison 6 était la dernière. Et au début c'était délicat car si j'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver ces personnages que j'adore (ça, ça n'a jamais changé), ben le côté ronronnant de la série m'est tout de suite revenu. Et puis j'ai trouvé la saison 4 de bonne facture dans sa seconde partie (où justement, cela se renouvelait enfin), idem pour la 5 et ainsi de suite jusqu'à la fin, et j'ai donc terminé la série sur une note positive : en m'étant tout à fait réconcilié avec elle. Enfin nous n'étions pas fâchées, pour moi elle ne s'est jamais perdue ni n'a été mauvaise, c'est juste qu'elle était ordinaire à un moment donné. Et sans autre chose à regarder, ça aurait sûrement passé, mais quand à côté on a des choses passionnantes à voir, ben il faut faire le poids pour se maintenir...

White collar repose sur ce concept vieux comme tout de créer un duo de flics mal assorti. A ceci près que l'un des deux n'est pas flic mais consultant (on a pas mal vu cette recette ces dernières années avec The Mentalist ou encore Castle par exemple). D'un côté il y a Peter Burke, agent du FBI heureux en ménage, intelligent et bon dans son boulot. De l'autre il y a Neal Caffrey, escroc de renom coincé avec un bracelet électronique à la cheville, travaillant avec Peter pour éviter la prison. À la base leur relation est professionnelle uniquement, et puis petit à petit elle va évoluer. Un respect mutuel s'installe, chacun étant capable d'apprécier les forces de l'autre. Et va se créer une sorte d'amitié entre eux. Pas vraiment de confiance, car Peter aura toujours, jusqu'au bout de la série, un œil sur Neal qui a tôt fait de retomber dans ses travers... Mais d'amitié néanmoins. Neal entre dans la vie de Peter en s'entendant bien avec son épouse Elizabeth par exemple. Peter fraye bon gré mal gré avec Mozzie, l'associé de Neal qui n'aime guère le FBI et qui l'appellera toujours « l'agent » (ou « Suit », en anglais) pour ne pas être trop familier... Bref, l'un a traqué l'autre durant des années, et maintenant qu'ils sont partenaires, forcément ils apprennent à se connaître.

C'est ce qui m'a toujours plu dans la série : le relationnel. Ca a toujours été bien géré, je trouve. Et puis Peter (l'excellent Tim DeKay) n'est pas un imbécile, il n'a pas attendu Neal pour savoir résoudre des affaires. Même si Neal est un précieux atout car il sait plein de choses et l'escroquerie n'a aucun secret pour lui, Peter est un bon agent. Aussi, même s'il ne sait pas toujours de quoi il s'agit, il détecte toujours quand Neal lui cache un truc et tôt ou tard, il finit par le coincer. Il reste quand même bienveillant avec lui, mais sait aussi prendre les mesures, quand Neal dépasse les bornes. Bref, Peter est un type bien, qu'on ne peut pas ne pas aimer. Qui plus est, sa femme Elizabeth est charmante, et c'est toujours un plaisir de la voir à l'écran (et puis revoir cette actrice nous ramène furieusement au bon temps de Beverly Hills, aussi ^^'). J'aime bien aussi les collègues de Peter et Neal (notamment Jones), mais j'ai évidemment un gros faible pour Mozzie, l'associé de Neal plein de ressources, qui apporte pas mal d'humour à la série.

Ceci étant, elle n'en manque pas, il faut le dire. Même s'il lui arrive d'être plus grave, globalement le ton est léger, on associe les enquêtes du jour (et les divers fils rouge qui sont fonction des saisons) avec un humour qui tient pas mal à Mozzie donc, mais aussi aux répliques que se lancent parfois Neal et Peter. Du coup c'est très plaisant à regarder, cela passe tout seul.

Evidemment Neal (Matt Bomer) est l'atout charme. Il est très séduisant (si, si...), il a également un certain charisme et une aisance indéniables. Il a tendance à se croire le plus intelligent dans la pièce, mais il se rend bien compte que Peter n'est pas facile à duper. C'est un personnage sympathique, qui effectivement ne commet pas de bonnes actions, mais ne cherche pas à faire le mal : il fait, nous dit-on, ce pour quoi il est bon. Vers la fin de la série, Neal s'interroge pas mal sur sa capacité à changer, à devenir honnête, en se demandant d'abord s'il en a tout simplement envie ? Et si oui, le peut-il ? Est-il possible pour les gens comme lui de se ranger ? J'ai trouvé les saisons 5 et 6 intéressantes, par rapport au personnage d'ailleurs. Elles l'ont fait évoluer je trouve. Et pour ne pas trop spoiler, je ne dirai pas de quoi parle la saison 6, mais j'ai bien aimé le principe, et ce qu'elle a fait du personnage de Neal justement, dans son développement.

Un mot sur le final de White collar, puisque je l'ai vu il y a peu. Je n'avais pas spécialement d'attentes car la série étant classique, nul besoin d'une fin extraordinaire. Je voulais juste qu'elle soit correcte, si possible. Et je dois dire qu'elle l'a été. Je ne peux pas en parler en détail car cela serait dommage de spoiler, mais on a un dernier épisode absolument haletant, et où je dois le confesser, j'ai versé ma larme. Car c'est aussi ça la force de la série : ses personnages sont tellement sympas, qu'on est vite touchés, si la série veut basculer dans quelque chose de plus fort. Il y a une pirouette qui sur le coup ne m'a pas tellement plu, mais là à tête reposée, je me dis qu'au final, c'est à l'image de la série et ses personnages. Aussi je trouve ce dernier épisode vraiment bon.

White collar est une série policière des plus classiques, c'est certain. Mais ce qu'elle fait, elle le fait bien. Et ce faisant, elle a tenu 6 saisons, ce qui n'est pas mal du tout à l'heure actuelle. Je suis ravie d'y être revenue, et c'est vrai que Peter, Neal, Elizabeth, Mozzie et les autres me manqueront, en fait !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche