Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 00:07

Attention, spoilers dans cet article !

La fin d'une série est toujours un moment délicat, surtout quand, comme ici, elle dure depuis 7 ans et a eu son petit succès. Parfois les scénaristes tentent une fin originale au risque de déplaire (How I met your mother), parfois c'est une déception (Dexter), parfois une totale réussite (Six Feet Under), et parfois on est dans le classique, la fin prévue/attendue. The Mentalist se situe dans ce dernier cas. Mais avant de parler de la fin, revenons sur la série dans sa globalité, et la dernière saison, plus courte que les autres (13 épisodes seulement).

The Mentalist a connu des hauts et des bas. Après trois premières saisons excellentes, j'ai commencé à sentir que mon intérêt s'émoussait drôlement. J'avais l'impression que l'on tournait en rond, et même si j'appréciais toujours autant les personnages principaux, j'avais envie que cela avance, que la série me surprenne. Il a fallu attendre la saison 6 pour que mon intérêt revienne comme au début. The Mentalist est capable de fournir de chouettes choses : des enquêtes de bonne facture et de beaux moments de complicité entre ses personnages. Seulement parfois, j'avais l'impression qu'elle se reposait trop sur son personnage principal (un peu comme Big Bang Theory a pu le faire avec Sheldon, par exemple). Evidemment il a un passé chargé et Simon Baker est charismatique, on comprend donc que le personnage est du pain béni pour un scénariste. Mais c'est une erreur de croire qu'il peut évoluer ainsi tout seul, et relayer les personnages secondaires au rang de faire-valoir.

Une chose qui m'ennuyait, c'était l'image qu'il renvoyait de Lisbon. C'est une bonne flic, et une femme sensible et intelligente. Sa relation complice avec Jane a toujours été un point fort de la série. Mais à force de faire cabotiner Jane et de jouer sur le fait qu'il suit ses pistes, embrouille tout le monde -ses collègues y compris- et semble être le seul à comprendre, les autres personnages se retrouvent dans un rôle de faire-valoir que je n'aimais guère. Du moins, j'aurais aimé qu'il évolue. Alors cela a évolué pour Lisbon, qui est devenue une vraie partenaire petit à petit (ce que Castle a su faire plus vite, en faisant bosser Beckett et Castle comme des égaux) et finalement aussi pour Cho. Rigsby et Van Pelt, absents presque complets de la dernière saison, n'auront pas décollé de ce rôle, malgré la sympathie qu'ils inspiraient. Mieux vaut tard que jamais, The Mentalist a donc mieux géré cela à compter de cette saison 6, cruciale pour la série. En effet c'est là que se conclue enfin l'affaire Red John, lors d'un épisode excellent, où Jane est plus que jamais éloigné du droit chemin. Enfin, cet homme à qui ce monstre a pris sa femme et sa fille, a sa vengeance (et le spectateur a enfin un visage et un nom pour Red John). Dès lors, s'est posées la question inévitable : la série peut-elle survivre, lorsque le fil rouge présent dès le départ, est résolu ? C'est une question importante car même si tout ne reposait pas là-dessus, c'était quand même le nerf de la série, et la raison même de la personnalité de Jane, ainsi que de sa collaboration avec le CBI. The Mentalist a répondu oui à cette question, en proposant dans la seconde partie de la saison 6, de prouver que malgré la fin de Red John, la série pouvait encore exister.

De mon point de vue elle l'a prouvé de belle manière et cela a redonné un nouveau souffle à la série. En introduisant une nouvelle situation après quelques épisodes de creux -où Jane s'enfuit loin de tout pour faire le point-, en plaçant nos héros au FBI, avec un Jane contraint de collaborer afin d'éviter de faire face à la justice. Avec une Lisbon trahie, qui avait changé de vie mais qui revient quand même bosser avec Jane (ce sont sans doute les premiers moments où on comprend que les scénaristes veulent faire évoluer cetet relation). Et avec de nouveaux personnages : l'un rencontré déjà un peu plus tôt, Abbott, le chef du FBI (excellent personnage), deux autres que l'on apprend à connaître : Kim, agent du FBI (qui ne m'a jamais inspiré quoi que ce soit, le personnage étant trop cliché) et Wyllie, le petit génie de l'informatique (qui lui, d'emblée inspire la sympathie). Un fameux vent frais pour la série, qui en quelque sorte, se réinvente.

Et puis arrive arrive ce final de saison 6, où cram, boum, ce qui était attendu par certains et redouté par d'autres arrivent : Lisbon et Jane finissent ensemble. Je ne peux pas ne pas en parler, tant c'est important pour les personnages. Au départ, j'étais satisfaite que The Mentalist propose une relation de travail entre cet homme et cette femme, qui soit purement professionnelle. Elle évolue en une complicité et une amitié qui personnellement m'a toujours énormément plu. Car même si Jane fait tourner Lisbon en bourrique, on sait combien il l'estime et la respecte. De même, Lisbon semble être la seule à avoir un minimum d'influence sur lui. Je ne trouvais donc pas utile de les faire devenir un couple (là où dans Castle bien au contraire, dès le début c'est une évidence et je n'attendais qu'une chose, que le couple se forme), et même, je n'en avais pas envie. The Mentalist, en changeant d'avis en fin de saison 6, m'a proposé quelque chose que je n'étais pas sûre d'aimer. Parce que cela rendait la relation entre les deux personnages plus banale, d'un coup, à l'image de plein d'autres séries. Mais voir Jane torturé, le voir courir après elle et se déclarer parce que c'est seulement quand il est sur le point de la perdre, qu'il réalise qu'il l'aime... et bien je l'avoue, mon côté fleur bleue a trouvé cela très joli. Comme toujours avec The Mentalist, la scène était belle, touchante, romantique. J'ai adhéré aussi facilement que cela. Et comme bien des spectateurs, je trouvais qu'ainsi, la conclusion était parfaite.

Mais coup de théâtre, une saison 7 est annoncée ! Là, je me suis un peu méfiée parce que si la série avait prouvé qu'elle pouvait survivre à la fin du fil rouge pendant une dizaine d'épisodes, pouvait-elle continuer avec une autre saison ? De même, si j'avais adhéré au couple Lisbon/Jane, est-ce que les « voir ensemble » durant toute cette saison 7 allait me plaire ?

Oui, et oui. En proposant des enquêtes variées et toujours bien construites, The Mentalist ne fait pas plus évidemment, qu'une série policière lambda, mais pas moins non plus. De même, les personnhes évoluent encore : Cho, qui montrent plus son humanité et qui va évoluer professionnellement, Abott qui prend un nouveau départ, Wyllie qui s'affirme... Et Jane et Lisbon qui construisent leur relation petit à petit. Ils se cachent de leurs collègues et amis bien sûr (lesquels ne sont pas nés de la dernière pluie). Ils ont des différents (Jane notamment, ne supporterait pas de perdre à nouveau celle qui l'aime et a de plus en plus de mal à voir Lisbon continuer ce job dangereux), des incompréhensions, mais ils avancent. Lisbon devient véritablement une partenaire. Jane lui apprend ses trucs, promet d'être à 100% honnête avec elle. Il se dévoile de plus en plus et plus que jamais, on comprend combien Lisbon lui a fait du bien, toutes ces années. Elle le met au pied du mur, apeurée à l'idée qu'il s'enfuit de nouveau, ou qu'il continue à vivre dans le passé (après tout il porte encore son alliance...). Bref, le couple apparaît à mes yeux solide, et complémentaire. Une belle réussite, puisqu'au départ je ne voulais pas en entendre parler !

La fin de la série est donc des plus classiques. Un gros happy end plein de bons sentiments. À ce sujet, je dois dire que sur le coup je regrettais ce manque d'originalité. Avec le recul, ce n'est plus tellement le cas car après tout, ce happy end, ils l'ont bien mérité ! C'est juste que cela fait un peu guimauve quand même... Mais c'était joli.

Dans ce dernier épisode, à l'image du reste de la série, Simon Baker marque les esprits par évidemment son sourire charmeur mais aussi ses yeux tristes. Il EST Patrick Jane, c'est évident. Il joue tellement bien le côté cabotin/charmeur du personnage, mais aussi son côté brisé, apeuré et meurtri. De la même façon, Robin Tunney aura donné beaucoup de simplicité à Lisbon durant ces 7 années, mais sa complicité avec Simon Baker, bien réelle si l'on en croit les interviews, se voit à l'écran.

« Et voilà », comme dirait Patrick Jane. The Mentalist n'a pas toujours été une série de bonne qualité, mais au bout du compte elle a su se retrouver. Et arrêter après 7 ans, en tirant sa révérence de belle manière. Et puis pour moi c'est particulier car c'est une série quand même assez longue, que j'ai suivi depuis le début de sa diffusion aux Etats-Unis, alors ça fait drôle de se dire qu'en septembre prochain, elle ne reviendra pas. Et c'est seulement là, que je me rends compte que mine de rien, ils vont me manquer, Cho, Teresa et Patrick.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alex 17/03/2015 21:42

un peu déçu du personnage en tant que tel Red John et de la confrontation avec Jane oui. PAs toi?

Marluuna 17/03/2015 22:28

Le personnage oui, je reconnais. La confrontation, bon ça commence à dater mais j'en garde un super souvenir, plutôt! C'était vraiment prenant!

alex 11/03/2015 22:11

Toujours triste de finir une série. Sur le final en soit je l'ai trouvé plutôt chouette, stressée jusqu'au bout! un gros happy end mais qui fait du bien :) . contente de revoir vite fait van pelt et risgby.
JE reste déçu sur la façon et qui était red john.. je trouve qu'on a manqué d'explications et je souhaitais une meilleure confrontation.
MAis la saison 7 reste vraiment une très bonne saison ! je ne voulais pas les voir ensemble et finalement tout doucement ils m'ont fait adhérer, belle réussite ! et on va être toute triste de ne pas retrouver jane à la rentrée

Marluuna 11/03/2015 23:57

Ah bon ?? Je ne savais pas que la fin de Red John t'avait déçue !

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche