Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 00:05

Une série créée par Anthony Cipriano, avec :

Freddie Highmore : Norman Bates

Vera Farmiga : Norma Bates

Max Thieriot : Dylan

Olivia Cooke : Emma

Nestor Carbonell : shérif Romero

 

Deux saisons diffusées, renouvelée pour une 3ème.

Après la mort de son mari, Norma Bates quitte tout et achète un motel qu'elle compte retaper et diriger, avec son fils qu'elle surprotège, Norman.

Mais entre les ennuis qui leur tombe dessus dès leur arrivée et les problèmes de personnalité de Norman qui l'amèneront à devenir le célèbre tueur de Psychose, les choses ne vont pas se passer comme prévu...

Le film Psychose fait partie de ces monuments du cinéma qu'il convient d'avoir vu. Et si ce n'est pas le cas, on en aura au minimum entendu parler. Bates Motel se propose ainsi de nous raconter l'adolescence de Norman Bates, des années avant qu'il soit celui que l'on a connu via le film. Son arrivée avec sa mère au fameux motel que cette dernière va reprendre à son compte afin de démarrer une nouvelle vie, leur étrange relation, et les drames qui se passent dans la petite ville où ils ont échoué... Et bien sûr, lentement mais sûrement, on assiste à la chute de Norman, de manière à ce que petit à petit, il se rapproche du personnage que l'on connaît. On connaît la fin, même si parfois on voudrait qu'il en soit autrement, mais ça n'empêche pas que le chemin parcouru est intéressant à regarder.

La série avait intéressé beaucoup de monde au moment de l'annonce, car effectivement on s'attaquait à quelque chose de culte. Ça avait tout pour être casse-gueule, c'est certain. Mais au final après deux saisons, il s'avère que cela tient la route plutôt correctement. Et surtout, surtout, Vera Farmiga et Freddie Highmore sont bouleversants de justesse. Sans eux, nul doute que Bates Motel ne serait pas aussi réussi. Cependant, j'ai une remarque à faire que j'ai très peu dit en parlant des séries que je regarde et apprécie -je l'avais dit pour Dexter, par exemple- : j'aime, mais parfois j'ai « honte » d'aimer. Pas honte, ce n'est pas le bon terme, mais je n'en trouve pas d'autre là tout de suite. Prenez Dexter : grosso modo au début on a du mal à se dire qu'on aime ce personnage et qu'on désire qu'il s'en sorte sans se faire prendre, alors qu'à la base, c'est juste un meurtrier. Ici c'est pareil. On a une série clairement malsaine, à tel point que parfois il m'est arrivée d'accélérer certaines scènes parce que ça me dérangeait trop -et ça ne m'arrive pas souvent-. On a des personnages complètement détruits et pas franchement bien dans leurs têtes, mais on désire aussi qu'ils s'en sortent sans se faire chopper. C'est pour ce sentiment là que j'ai pensé à Dexter.

Car paradoxalement, l'ambiance de Bates Motel est la fois une de ses plus grandes réussites, mais aussi un de ses « défauts », on va dire. C'est réussi parce que ça marche. Parce que dès le début on nous plante le décor : cette mère et ce fils à la relation fusionnelle qui arrivent dans ce décor digne d'un film d'horreur et retapent ce vieux motel mité. Dès le début on sait qu'un truc ne va pas dans cette famille, tout comme un truc cloche dans cette fille dans laquelle ils s'établissent. Et dès le premier épisode il se passe un événement fondateur et assez choquant. Tout est là. Si on n'aime pas le premier épisode, on n'aimera pas plus les suivants, c'est certain. T du coup ce décor est super bien planté. La musique, le jeu des acteurs, la mise en scène, tout fonctionne, tout arrive à nous mettre étrangement mal à l'aise. On est entre le suspens et un sentiment d'oppression, un peu. Ca marche.

Mais comme je l'ai dit, cette réussite a un revers, en ce qui me concerne. C'est tellement lourd, tellement malsain -désolée le mot revient souvent, mais je n'en trouve pas de meilleur- qu'à un moment donné personnellement, je n'arrive plus trop à faire face. C'est peut-être juste « pour de faux », télé oblige, je le sais bien... Mais il y a des sujets qui touchent, et puis c'est tellement bien fait qu'on y croit... Et effectivement, notamment en saison 2, je me souviens d'avoir accéléré sur une scène, parce que bon... Evidemment quand on a vu Psychose et qu'on sait qui est Norman Bates, il faudrait être stupide pour croire que son enfance n'a été qu'enchantement et sucreries... Mais tout de même, même en se préparant à du glauque, on n'a pas lésiné ! C'est ce qui fait que même si je reconnais à la série nombre de qualités objectives, je serai incapable d'enchaîner les épisodes ou même je crois, de la revoir... Et je sais qu'il y a des gens qui ont décroché, notamment à cause de cela.

Je l'ai évoqué également, mais il faut s'arrêter sur les performances impressionnantes de Freddie Highmore et Vera Farmiga, respectivement Norman et Norma Bates. Le premier, c'est Charlie et la chocolaterie, les Arthur, Neverland, etc... Et il a bien grandi depuis ! Je trouvais déjà qu'enfant, il se débrouillait pas mal mais adolescent, il persiste et signe. Franchement son jeu est incroyable de fragilité, de nuances. On sent que Norman est toujours sur le fil, à la limite entre la réalité et sa folie, qui a de plus en plus de prise sur lui. Il est tantôt bouleversé quand des drames se produisent, tantôt inquiétant quand il a ses absences, ou même attachant, quand il est avec sa mère... Et c'est pareil pour Vera Farmiga, que je ne connaissais pas mais qui peut à la fois être adorable comme détestable, quand elle veut garder le contrôle sur tout et particulièrement sur son fils... De totue façon la relation entre eux est le pivot de la série et question développement, on en a pour notre argent ! A travers cette mère sur-protectrice (et pas que), et ses troubles de la personnalité dont il n'est même pas conscient, le jeune Norman va progressivement se laisser happer par la folie qui est l'essence du personnage de Psychose... Et c'est passionnant à observer.

Autour d'eux, les personnages secondaires arrivent tout de même à sa faire une place, d'autant qu'il sont bien interprétés eux-aussi. Je pense notamment à Emma, la jeune camarade de Norman qui va finir par travailler au motel avec eux et s'intégrer progressivement dans la famille... Ou également à Dylan, l'autre fils de Norma, qui a toujours été de trop face à la relation qu'ont sa mère et son jeune frère, et qui essaie justement d'éloigner Norman de l'influence de leur mère...

Ce qui est marrant, c'est que la série joue sans cesse entre le modernisme (les portables, les ordinateurs etc..) et un côté plus ancien (notamment les vêtements, ou même rien que le Bates motel, par exemple). Ainsi la ville et du coup, la série, semblent quelque peu hors du temps je trouve. Et ça colle bien avec le film, qui évidemment date maintenant. Cela passe mieux et facilite la transition, je trouve.

Je ne peux pas tellement recommander Bates Motel, dans la mesure où c'est quand même très particulier. C'est impossible de dire « regardez, vous allez aimer ! ». Ce qui est sûr, c'est que ça peut difficilement laisser indifférent, et également que le duo d'acteurs est remarquable. Ca, c'est incontestable. Pour le reste, essayez et faites-vous votre propre opinion ^^.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alex 02/08/2014 10:51

série qui est dans ma longue liste d'attente ! mais vu que ça à l'air de tenir la route je prends bonne note !

Marluuna 02/08/2014 18:53

Oui, j'ai bon espoir que tu la vois en 2017 !

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche