Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un film des studios Pixar, sorti en 1995.

 

Andy est un petit garçon qui joue beaucoup avec ses différents jouets, son favori étant le shérif Woody. Alors que l'anniversaire du petit garçon approche, les jouets sont anxieux : un nouvel arrivant pourrait détrôner l'un d'eux !

Et cela va être le cas puisque Andy reçoit Buzz l'éclair, un astronaute dernier cri, lequel se croit un exemplaire unique et vraiment investi d'une mission. En clair, il n'a pas conscience qu'il est un jouet. Andy va dès lors beaucoup jouer avec lui, relayant Woody à la seconde place, ce qui ne lui plaît guère...

 

Et si les jouets prenaient vie dès qu'on a le dos tourné ? Quel concept formidable ! Quand le film est sorti, je n'étais pas bien grande et je me souviens qu'en rentrant chez moi, j'avais regardé mes jouets d'un œil un peu perplexe quand même XD. C'est vraiment une super idée de film. T le meilleur, c'est qu'il a connu deux suites et qu'elles sont très bonnes, toutes les deux (ce qui chez les Disney, est loin d'être courant).

Le concept, c'est qu'on est dans la chambre d'Andy, un petit garçon qui a comme jouet fétiche un cow-boy du nom de Woody, avec qui il joue. Ca et bien d'autres jouets : un T-rex, un monsieur Patate, une tirelire en forme de cochon, un chien, une bergère, etc... L'ordre des choses est établi et Woody est le leader de tout ce petit monde. Mais arrive Buzz l'éclair, un cosmonaute qui fait fureur et est du dernier cri, assorti de tout un tas de gadgets. Et petit à petit, Buzz va prendre la place de Woody aux yeux d'Andy, qui va jouer avec lui et redécorer sa chambre en conséquence.

Le film prend le temps de nous montrer cet univers là, l'organisation des jouets et le changement apporté par le nouveau venu... Et puis la seconde partie va être le retour à la maison de Woody et Buzz qui se sont retrouvé dehors, et qui doivent rentrer à temps pour le déménagement (en effet la maman d'Andy et ce dernier partent vivre dans une autre maison).

Les dessins animés, j'ai plus tendance à les voir en français, là où pour les films je privilégie la VO quand c'est possible. Ceci parce que pour les Disney par exemple, les connaissant depuis toute petite, en VO ça ne passe pas. Et donc j'ai vu celui-là en français et je n'ai jamais vu la VO notamment parce que Buzz est quand même formidablement doublé par Richard Darbois, qui lui insuffle le panache et la distinction adéquates, idéales au rôle. Il faut quand même le dire, car cela joue beaucoup sur le succès du personnage, je trouve.

A noter puisqu'on parle de la forme, que ce dessin animé n'est pas généreux en chansons. Il y en a, mais moins que dans certains Disney, et il faut souligner le fait que les personnages ne chantent pas. Les chansons et autres musiques sont là sur une scène, mais en fond. Et je les aime assez d'ailleurs, notamment celle qui passe durant la séquence où on voit que dans la chambre, tout a été redécoré à l'image de Buzz (elle s'intitule « Je suis ton ami », il me semble bien)...

Dans la forme toujours, l'animation est super bien foutue. Depuis 1995 il y a des films animés qui ont épaté la galerie en la matière, mais pour autant celui-ci n'a pas pris une ride. L'animation des jouets selon leur nature est fabuleuse, rien qu'à la façon dont ils se déplacent, que ce soit le T-Rex ou les soldats en plastique par exemple... Cela les rends réellement vivants, même sans parler du fait qu'ils parlent, et pour un gamin c'est très impressionnant, à regarder, je trouve ! C'était du beau boulot !

Sur le thème, cela rappelle une base qu'on connaît bien avec le cinéma (le genre policier notamment) ou la télé, mais peu -du moins je crois- avec les dessins animés : l'idée d'un partenariat reposant sur deux personnes diamétralement opposées et qui ne s'entendent pas du tout. Woody est jaloux que Buzz est pris sa place dans le cœur d'Andy, et par-dessus tout le fait que Buzz se prenne pour un véritable astronaute l'exaspère. Buzz quant à lui trouve son compagnon « déprimant » car il ne cesse de lui seriner qu'il est un jouet en plastique. De plus c'est à cause de Woody s'ils se retrouvent hors de la maison, livrés à eux-mêmes. Évidemment à la fin ils seront les meilleurs amis du monde et formeront un tandem de choc (d'autant que leur objectif est commun et qu'ils apprendront à se connaître), mais n'empêche, l'idée fonctionne toujours.

Il y a un méchant aussi, il s'agit de Sid, un gamin qui habite dans la maison voisine de celle d'Andy. Un enfant complètement dingue, qui torture ses jouets, et à la suite d'un concours de circontances, Woody et Buzz atterriront chez lui, tentant de s'en échapper -ce sera d'ailleurs le seul moment du film où les jouets prennent vie devant un être humain, sciemment-. Il n'a rien d'un grand méchant avec pouvoirs magiques ou autres comme on y était habitués, mais bon cela fonctionne parce qu'il représente quand même une menace, quand le film nous montre à quoi ressemblent les jouets de sa chambre à force de passer entre ses mains (et d'ailleurs ce n'est pas joli à voir !).

Entre références au cinéma et aux dessins animés et gags plus visuels, Toy Story trouve toujours le bon ton afin de plaire aux plus jeunes, mais aussi aux plus âgés d'entre nous. Une vrai réussite sur tous les plans, là où sur le papier, le scénario pouvait laisser présager quelque chose de facile ou de difficilement crédible. A voir, sans hésiter.

« Vers l'infini et au-delà ! »

Tag(s) : #Films et dessins animés
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :