Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 janvier 2017 7 22 /01 /janvier /2017 21:49

Une série de Jason Rothenberg, avec :

Eliza Taylor-Cotter : Clarke Griffin

Bob Morley : Bellamy Blake

Marie Avgeropoulos : Octavia Blake

Paige Turco : Abby Griffin

Lindsey Morgan : Raven Reyes

Devon Bostick : Jasper Jordan

Christopher Larkin : Monty Green

Henry Ian Cusick : Marcus Kane

Isaiah Washington : Thelonius Jaha

Richard Harmon : John Murphy

Thomas McDonell : Finn Collins

Ricky Whittle : Lincoln

 

Série en cours, 3 saisons. Renouvelée pour une saison 4.

 

100 ans après un holocauste nucléaire qui a décimé la population de la Terre, les survivants vivent dans des stations spatiales, l'Arche. Mais à force, les ressources viennent à manquer. Secrètement, 100 adolescents (des prisonniers) sont envoyés sur Terre afin de voir si elle est de nouveau habitable.

Les 100 parviennent à destination sur une Terre effectivement habitable et doivent apprendre à y survivre car elle n'est pas sans dangers pour autant. Très vite, émerge Clarke, fille du médecin de l'Arche qui est notamment à l'origine de l'envoi de ces adolescents sur Terre. Brillante, courageuse et avec des connaissances médicales, elle est la voix de la raison pour le groupe. Il y a Finn aussi, la droiture même, qui apaise les tensions, et puis Bellamy, qui ne recule devant rien pour protéger sa sœur Octavia... Sans pouvoir communiquer avec eux, l'Arche se demande si leur entreprise est un succès ou un échec, alors que la situation sur la station est de plus en plus compliquée...

 

 

L'envie de regarder The 100 m'est venue de l'article élogieux de Milady. Je ne m'étais jamais intéressée à cette série avant, mais cela m'a donné vraiment envie. A peine l'avais-je commencé, que ça a été une véritable addiction. J'ai vraiment eu un coup de cœur pour le propos et la façon dont il est traité, et j'avais sans cesse envie d'enchaîner les épisodes. Par la suite mon rythme s'est ralenti parce qu'il y avait d'autres choses à regarder et parce que quand j'aime beaucoup quelque chose comme cela, à un moment je n'ai pas non plus envie que cela passe trop vite ^^. Mais finalement ça y est, j'ai tout rattrapé ! Et je suis fin prête pour la saison 4, qui devrait apparemment débuter début février !

Au départ (car la série a fait du chemin depuis) on suit ce groupe de 100 ados qui étaient prisonniers sur leur station spatiale. 100 jeunes filles et garçons envoyés sur une Terre que leur peuple avait déserté des décennies plus tôt, après un holocauste nucléaire. Et de leur réussite à vivre et survivre sur Terre, dépend le sort des leurs, car les ressourcent s'épuisent sur l'Arche, leur station (politique nataliste, expulsion dans l'espace pour les crimes graves, autant de solutions draconiennes...). Ils découvrent que la terre est redevenue habitable... et habitée, aussi. Il y a des terriens et ils ne sont pas franchement ravis de leur venue sur leur territoire. Dès lors, ces jeunes personnes doivent apprendre à survivre, à se débrouiller sans aucun adulte avec eux pour les guider. Des figures émergent forcément : Clarke et Bellamy, ainsi que Finn, qui sont clairement des têtes pensantes et des leaders, chacun à leur manière toutefois. Il y a des dissidences dans les rangs (Murphy par exemple) et les conflits ne sont pas dus uniquement aux terriens, mais ils apparaissent d'abord entre eux. La première saison est celle de la découverte. De la terre, de ses dangers, de ce qu'elle peut leur donner et des terriens. Les saisons 2 et 3 introduiront ou développeront de nouveaux enjeux et de nouvelles menaces (on en a déjà une belle annoncée pour la saison 4). J'avoue avoir un faible pour la première saison car j'aimais vraiment cette idée de découverte et d'absence des parents, mais toute la série est de bonne qualité. L'action est très présente, mais il y a de la réflexion aussi, et des camps distincts, qui nous apportent chacun leur point de vue sur les choses...

L'une des choses que j'aime le plus dans cette série, c'est qu'elle va au bout de ses idées et n'hésite pas à aller loin, en l'occurrence. Ces ados doivent grandir et faire certaines choses pour survivre, et on s'en doute, ce ne sont pas toujours de bonnes choses. Ils doivent « se salir les mains » en quelque sorte, en particulier Bellamy ou Clarke, les leaders. Et le scénario n'hésite pas à leur faire faire des choses terribles, des choses difficiles à cautionner et surtout, non rattrapables. Ils font des actes qui ne peuvent être rachetés, peu importe le bien qu'ils font par ailleurs, et ils devront vivre le reste de leur vie avec ces choix et leurs conséquences. Et ça n'est pas évident, comme on peut le voir notamment en saison 3. Ce n'est pas comme ces séries où le personnage peut se racheter en faisant de bonnes actions, ou bien un élément viendrait in extremis l'empêcher de commettre l'irréparable. Ici on va jusqu'au bout et on doit assumer les conséquences, et elles sont souvent lourdes. Ainsi, on a des personnages du bon côté qui font de terribles choses et d'autres qui nous surprennent en n'étant pas si pourris qu'on le pensait. Tour à tour on se trouve à aimer ou non un personnage, ou à être déçu par lui tout du moins. Et c'est vraiment intéressant. Murphy est plein de surprises par exemple, et que dire de Bellamy, qui est plein de contradictions ! Même Marcus Kane n'est pas l'homme mauvais que l'on pensait qu'il était au début de la série. Bref, les personnages ne sont ni tout noir ni tout blanc, et ils n'en finissent pas d'évoluer. Et bien sûr ils prennent cher aussi, et ils ne s'en remettent pas facilement. Au moins, c'est crédible. Et ça, c'est vraiment un gros atout.

Des personnages, il y en a beaucoup en fait. Mais chacun a à un moment ou à un autre, sa petite part d'héroïsme ou du moins, son développement (Jasper est un personnage secondaire et pourtant, un grand soin lui est apporté tout au long de la saison 3, par exemple). Des alliances se font et se défont aussi, des amitiés naissent, des relations de respect aussi. J'ai notamment bien aimé voit l'évolution de la relation Bellamy/Clarke. Au début ils sont tous deux leaders, mais opposés dans leur façon de penser et d'agir. Bellamy a du mal à partager le « pouvoir » avec elle d'ailleurs. Et puis il s'adoucit, se préoccupe davantage du bien-être des siens et il commence à apprécier Clarke. Une relation de confiance puis d'amitié s'établit entre eux, au fil des épisodes, et je l'aime beaucoup je dois dire.

The 100 a été un coup de cœur donc, qui n'a jamais faibli. J'attends avec impatience la 4ème saison (et c'est cool, il ne me reste plus longtemps à patienter), en espérant qu'elle continue sur cette lancée ! En tous cas ce serait une erreur, vu son casting, de penser qu'il s'agit là d'une énième série pour ado. Elle est dure, elle ne lésine pas, et en plus c'est plutôt bien écrit, au niveau de la psychologie des personnages. Un casting solide là-dessus, et c'est une série que je recommande !

Repost 0
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 21:23

Un film réalisé par James Marsh, avec :

Eddie Redmayne : Stephen Hawking

Felicity Jones : Jane Wilde Hawking

Charlie Cox : Jonathan Jones

Simon McBurney : Frank Hawking

David Thewlis : Dennis Sciama

Maxine Peake : Elaine Mason

Harry Lloyd : Brian

(2014)

 

The Theory of everything raconte la vie de Stephen Hawking, physicien et cosmologiste mondialement connu.

Le film traite de sa jeunesse, alors qu'il est étudiant à Cambridge jusqu'à sa renommée avec sa théorie sur le temps, en passant par les premiers symptômes puis l'évolution de sa maladie rare. Sans oublier sa rencontre, puis son mariage avec une étudiante en littérature, Jane.

 

Même si pour moi, tout ce qui relève de la science en général est assez obscur je le reconnais, je sais quand même qui est Stephen Hawking (et pas seulement grâce à The Big Bang Theory, roh ^^). Je connaissais aussi (dans les très grandes lignes) sa théorie sur le temps, les trous noirs... Mais ça n'allait pas chercher plus loin. J'ai donc appris qui est cet homme à l'intellect fabuleux. Qui il est professionnellement et personnellement, aussi (car finalement le personnel est très présent). J'ignore si tout est fidèle, que ce soit sur les faits ou même sur sa personnalité, donc là-dessus je ne peux me prononcer.

Mais en tous cas le film présente quelqu'un de fascinant. Quelqu'un de brillant, mais de simple. Pas arrogant pour un sou ni rien, il est d'une grande gentillesse et a de l'humour aussi. Ses premiers moments avec Jane sont touchants parce qu'elle n'entend rien à son domaine mais cela ne veut pas dire qu'elle n'est pas intelligente. Bien au contraire, elle a des réflexions pertinentes et elle montre de l'intérêt. Une grande place est accordée à cette femme d'un courage exemplaire. Elle n'a jamais songé à se détourner de lui alors qu'on lui avait prédit qu'il ne vivrait pas plus de 2 ans, lorsque sa maladie a été diagnostiquée (et alors même que Stephen et son père lui ont fait comprendre qu'elle devrait partir et ne pas s'attacher à quelqu'un de condamné). Elle a assuré toute seule pendant des années le confort de son mari et de leurs 3 enfants sans une plainte, avec patience, amour et gaieté. Bien sûr à un moment elle est épuisée, elle a besoin d'aide. Moins Stephen est capable de faire des choses seul, plus Jane doit prendre sur elle et il est normal qu'elle demande de l'aide de la part de quelqu'un de qualifié. Mais elle reste une femme admirable je trouve.

Stephen lui, est tout à fait charmant (le visage de Eddie Redmayne, qui personnellement me plaît beaucoup ^^, aide forcément). De l'esprit, de l'humour, de l'amabilité... Il a le monde à ses pieds au début du film. Et ce qui est étonnant c'est que malgré sa maladie, malgré la perte petit à petit de sa faculté de marcher, de se déplacer et même jusqu'à celle de parler, il devient un esprit incontournable dans son domaine, écrivant des livres qui se vendront à des millions d'exemplaires et lui apporteront la reconnaissance de ses pairs. Dans un discours qu'il livre devant une assemblée vers la fin du film, on voit qu'en plus il a gardé son humour et sa vitalité, et c'est vrai que c'est qu'un de très fort, même si bien sûr sa maladie le touche, forcément.

Autour d'eux, plusieurs personnages importants. Jonathan, qui va un temps aider et soulager Jane en s'occupant de la petite famille. Elaine, l'infirmière qui prendra le relais en s'occupant de Stephen. Les parents de ces derniers aussi. J'ai particulièrement apprécie, dans des rôles plus secondaires, Brian (Harry Lloyd, que j'aime beaucoup), un ami de Stephen depuis Cambridge et Dennis (le toujours impeccable David Thewlis) dans le rôle de son professeur et mentor, qui a cru en lui aussitôt et l'a toujours soutenu.

Dans les rôles respectifs de Jane et Stephen, Felicity Jones et Eddie Redmayne méritent les éloges qui leur ont été faits. Elle, que j'ai découvert récemment dans le rôle principal de Rogue one, est charmante et fait preuve à la fois de sensibilité et de caractère. Elle a vraiment quelque chose cette actrice, une présence forte, je trouve. Lui, que j'avais beaucoup aimé dans Les Animaux fantastiques et dont j'aimerais creuser la filmographie, est d'une grande justesse et a aussi beaucoup de charme et de charisme. Ils sont tous deux bluffants.

Le seul reproche que l'on pourrait faire à The Theory of everything, c'est qu'il se concentre tant et si bien sur la vie personnelle de Stephen Hawking, que l'on a finalement peu de choses à découvrir sur le scientifique. Bien sûr ces parties là sont simplifiées, car nous ne sommes pas dans un documentaire, mais finalement elles ne sont pas si nombreuses, comparées à celle touchant au couple Hawking. C'est mon seul regret.

Mais le reste est si bien fait que personnellement, je n'ai pas été dérangée plus que cela. Le film m'a beaucoup intéressée et je ne me suis pas ennuyée du tout !

Repost 0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 21:25

Un roman policier d'Agatha Christie paru en 1938.

 

Simeon Lee est très riche. Assez âgé et d'un caractère peu docile, il désire de réunir toute sa famille sous son toit pour Noël, chose qui n'était pas arrivée depuis des années. C'est ainsi qu'arrivent petit à petit ses fils et leurs compagnes, sa petite-fille qu'il n'avait encore jamais vu, et il accueille également le fils d'un vieil associé qui venait lui rendre visite...

Mais Simeon Lee est trouvé sauvagement assassiné dans sa chambre dont il ne sortait pratiquement jamais, et dont la porte est fermée à clef de l'intérieur. La police locale mène l'enquête dans cette famille dont les membres ne s'aiment guère, aidée d'Hercule Poirot, qui est de passage.

 

J'ai finalement lu assez peu d'aventures d'Hercule Poirot, et je dois dire que c'était il y a longtemps et que je ne m'en rappelle pas vraiment... C'est donc une (re)découverte et c'est tant mieux, j'y ai pris beaucoup de plaisir.

J'aime le genre policier et c'est vrai qu'en lisant un roman d'Agatha Christie, on est sur quelque chose que l'on sait efficace, bien tourné et qui va nous emmener jusqu'au bout en distillant le suspens. On peut essayer de jouer à découvrir qui est le coupable bien sûr, mais je n'essaie pas souvent, parce que j'aime me laisser porter et être surprise lorsque j'apprends son identité. Ici, pour le coup j'aurais pu deviner car en plus j'avais vu la série française qui avait adapté cette histoire à sa sauce lors d'un épisode (le premier je crois, d'ailleurs), il y a quelques années, et même s'il y a des différences, l'identité du coupable en soi, reste identique. Mais je n'ai même pas fait le lien je l'avoue, parce que j'ai fini ce livre un soir où j'étais fatiguée et où clairement, je me laissait porter. Mais bref, peu importe ^^.

J'ai aimé retrouver tout ce que j'apprécie dans les romans de cette grande auteur : la famille pleine de secrets (dont certains n'ont rien à voir avec le meurtre), les mensonges, les coupables potentiels et crédibles, et surtout l'explication par Poirot du « comment », du « pourquoi » et du « qui » en mettant à jour tous ces secrets justement, jusqu'à ce qui nous intéresse, devant tous les protagonistes réunis. Ce dénouement très théâtral, je ne m'en lasse jamais je dois dire ^^ ! Et cela m'a redonné envie de lire en général, et d'autres romans d'Agatha Christie en particulier, que je les ai déjà lu ou pas. Je vais ainsi me pencher sur le fameux « Crime de l'Orient-express » sous peu ^^ !

La victime ici, Simeon Lee, nous est d'abord montrée longuement dans son quotidien. On peut ainsi se rendre compte qu'il n'est pas exactement quelqu'un de sympathique. Entre son fils Alfred, le seul qui soit resté à ses côtés et veill sur lui mais qu'il méprise, George qui est politicien mais à qui il verse une rente, Harry qui a quitté la maison des années plus tôt parce qu'il était l'esprit rebelle de la famille, et David qui ne supporte pas son père car il dénigre sa défunte mère qu'il adorait... Chacun a de quoi lui garder rancune, surtout que Simeon, peu avant de mourir, annonce à tous des choses peu plaisantes les concernant, et notamment qu'il va changer son testament... Les mobiles sont donc légion.

Les opportunités semblent un peu plus réduites puisque certains ont des alibis, et reste cette fameuse portée fermée de l'intérieur... On va ainsi suivre au fil des pages, l'enquête de Poirot et du superintendant Sugden (qui pour le coup n'est pas un imbécile, mais un policier avec des réflexions pertinentes) qui tentent de démêler le vrai du faux et de faire tomber les masques et les secrets de ceux qui cachent des choses, quelles qu'elles soient. Pas mal de monde a ainsi, pour un temps plus ou moins long, le statut de suspect potentiel. Et ça m'a toujours passionné, ces meurtres en huis clos comme cela (on sort assez peu de la maison finalement), ces familles un peu bizarres avec des personnalités différentes, et ces déductions qui reposent sur les faits et les indices, « à l'ancienne », sans évidemment toute la technologie que l'on a aujourd'hui. L'histoire est finalement assez classique et à mon sens il y a mieux dans les œuvres d'Agatha Christie certainement, mais il n'en reste pas moins que c'est un roman bien au-dessus de la majorité, ne serait-ce que par son efficacité.

J'ai lu le livre rapidement, d'abord parce qu'il est court bien sûr, mais parce qu'il m'était difficile de m'en détacher. Je suis bonne cliente face à ce genre et quand en plus c'est bien fait, que demander de plus ? Je sens que je vais me faire une cure de romans policiers :)

Repost 0
Published by Marluuna - dans Livres-contes
commenter cet article
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 22:30

Une série britannique, avec :

James Norton : Sidney Chambers

Robson Green : Geordie Keating

Tessa Peake-Jones : Mrs. Maguire

Al Weaver : Leonard Finch

Morven Christie : Amanda Kendall

Kacey Ainsworth : Cathy Keating

 

Série en cours, actuellement 2 saisons. Renouvelée pour une saison 3.

 

Années 1950, village de Grantchester.

Le pasteur anglican Sidney Chambers et l'inspecteur Geordie Keating résolvent ensemble des crimes, malgré leurs perceptions opposées...

 

J'avais déjà vu Grantchester à la télé, mais juste d'un œil. Et puis pendant les vacances de Noël, cette fois j'avais les deux yeux rivés à l'écran et le charme du beau pasteur... Enfin de la série je veux dire, m'est apparu ^^. J'ai dévoré les deux saisons -certes-courtes- en quelques jours, du coup. Et je suis ravie d'apprendre qu'au printemps 2017, nous devrions voir arriver une 3ème saison.

En tant qu'amatrice des petites séries anglaises, policières en plus, j'ai été vraiment conquise. Parce que ça a du charme, parce que les enquêtes sont bien fichues, parce que les personnages sont plus-attachants-que-ça-tu-meurs... Cela avait tout pour me plaire, c'était presque gagné d'avance en fin de compte ^^ !

Le duo plutôt bizarre au premier abord est composé d'un flic qui a pas mal roulé sa bosse, et d'un jeune pasteur plein de doutes. Comme ils le disent eux-mêmes à un moment, tout les sépare : leur âge, leur vision des choses, leurs priorités... Et pourtant ils font un duo du tonnerre, aucune affaire ne leur résiste ! En ces deux courtes saisons qui composent la série à l'heure actuelle, on voit évoluer leur relation, de leur rencontre (et leur partenariat, du coup) à une grande et solide amitié. Celle-ci est quand même ponctuée -ce qui a brisé mon pauvre coeur- d'engueulades et de désaccords sérieux, car comme je le disais, ils sont bien différents l'un de l'autre. Mais cela rend leur amitié plus crédible au final, car tout n'est pas rose dans la série. Et on peut dire que chacun a sa part de fardeaux. Geordie a une grande famille (une femme et 4 enfants) mais de la maladie de l'un de ses enfants en passant à une balle qu'il se prend pendant une affaire, sans oublier son passé de soldat... Geordie est loin d'être ce flic bourru semblable à tant d'autres. Il applique la loi car il croit en la justice, même si parfois il n'aime pas ce qu'il est obligé de faire. Mais il est humain aussi, et attachant, surtout quand il révèle combien il a besoin de Sidney.

Et Sidney de son côté, est un homme bon qui croit sincèrement au pardon, à al rédemption. Mais il a lui aussi son traumatisme dû à la gare, et il boit plus que de raison. C'est quelqu'un de bien, mais la série n'hésite pas à montrer qu'il peut dire ou faire des choses qui blessent les gens, même s'il les regrette après. Car après tout, Sidney n'est qu'un homme.

Ce sont deux personnages qui fonctionnent bien ensemble : l'un a l'expérience, la méthode et l'autre a l'intuition, la déduction... Ils forment un duo efficace et encore une fois, c'est une belle amitié que nous avons à l'écran. Et ce que j'aime, contrairement à d'autres séries avec un « consultant », c'est que le flic est bon. On n'a pas l'impression qu'il a attendu que son partenaire arrive pour résoudre des affaires quoi ^^. On voit que Geordie a de la bouteille et des résultats, même sans Sidney, et ça c'est quand même plus crédible :).

Cerise sur le gâteau, ils sont entourés de personnages secondaires que j'aime beaucoup. La femme de Geordie est très gentille, et j'aime bien Margaret aussi, du poste de police. Mais mon coup de cœur (au pluriel plutôt) va à Mrs Maguire, la gouvernante de Sidney et Leonard, le vicaire. La première est râleuse, bornée et campée sur ses positions tandis que le second est sensible, timide et très doux. Tous deux forment un peu le point d'ancrage de Sidney quand il part à la dérive et chacun à sa façon, est essentiel à son équilibre. Ce sont vraiment deux personnages que je trouve très drôles et attachants, à leur manière.

Et puis bien sûr il y a Amanda, le grand amour de Sidney, sa meilleure amie, qui se fiance à un autre parce que son père souhaite qu'elle ait une vie digne de son rang, une vie que Sidney n'a pas les moyens de lui offrir... C'est l'amour maudit typique, mais assez joli je trouve. On voit vraiment qu'ils se connaissent par cœur, sans même se parler, et que chacun représente tout ce qu'il faut à l'autre. Amanda m'a parfois agacé dans ses hésitations ou ses réactions (sa jalousie quand Sidney était avec une autre femme notamment), mais c'est vrai qu'on n'imagine pas le pasteur sans elle.

Je n'ai pas le souvenir d'un épisode décevant (cela dit je les ai enchaîné ^^). Par contre il y en a deux-trois, notamment dans la seconde saison, que j'ai trouvé particulièrement bons parce qu'ils s'attardaient aussi sur nos personnages, et pas seulement sur l'enquête en cours. La série a ce parfum caractéristique, ce charme indéniable avec son époque retracée trait pour trait, son ton tellement britannique... C'est presque dommage qu'il n'y ait pas plus d'épisodes mais d'un autre côté, c'est aussi cela qui en fait tout le sel. Je pensais trouver là une énième série anglaise policière bien ficelée, mais Grantchester est un cran au-dessus : c'est vraiment bon, et encore une fois les personnages sont vraiment attachants. Et qui plus est, les acteurs (et actrices) sont tous impeccables. C'est un petit coup de coeur, pour ma part !

Repost 0
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 22:50

Un film réalisé par Gary Ross, avec :

Jennifer Lawrence : Katniss Everdeen

Josh Hutcherson : Peeta Mellark

Woody Harrelson : Haymitch Abernathy

Elizabeth Banks : Effie Trinket

Lenny Kravitz : Cinna

Liam Hemsworth : Gale Hawthorne

Stanley Tucci : Caesar Flickerman

Donald Sutherland : le président Coriolanus Snow

(2012)

 

Dans une Amérique post-apocalyptique, 12 districts ont été créés (le 13ème ayant été détruit suite à une rébellion), ainsi que des jeux qui ont lieu une fois l'an. Un garçon et une fille de chaque district sont sélectionnés pour s'affronter, et un seul ne peut en sortir vainqueur, lâchés comme ils le sont dans la nature, où ils doivent s'affronter à mort.

Quand la petite sœur de Katniss Everdeen est sélectionnée, Katniss prend sa place, certaine que sa sœur trop douce ne pourra s'en sortir vivante. L'autre garçon est Peeta, qui a toujours aimé Katniss en secret. Ils rejoignent alors le Capitole pour s'entraîner avant que le jeu ne commence...

 

D'après les romans de de Suzanne Collins.

 

Ma foi, j'ai enfin vu Hunger games, il paraît que cela manquait à ma culture ! ^^. Cela fait partie de ces films qui ne m'attirent pas à la base. Je n'ai absolument rien contre en soi, mais ce n'est pas le film que j'irai voir spontanément au cinéma, par exemple. Mais je dois reconnaître, pour avoir vu l'an dernier quelques films comme cela, qui a priori n'étaient pas forcément mon truc, qu'ils m'ont finalement plu. Alors pourquoi pas ? Et Hunger games aussi, cela m'a plu (je précise que je n'ai pas lu les livres, et qu'à ce jour, je n'ai pas encore vu les films suivants).

Hunger games m'a plu dans son concept, tout simplement : ce monde post-apocalyptique où ces jeux (dont le principe est que sur 24 au départ, il ne peut y avoir qu'un seul survivant) sont organisés... On s'attend à une lutte sans-merci, car c'est de survie dont on parle. Et c'est vrai que, parmi les scènes qui m'ont fait forte impression, il y a celle du départ du jeu. Où ils attendent tous la fin du compte à rebours, pour s'élancer, et où dès les premiers instants, une fois que le compteur a affiché zéro, il y en a déjà la moitié de tués. On s'y attendait bien sûr, mais c'est vraiment là seulement qu'on comprend ce qui va se passer et que la violence du truc nous saute à la figure.

Par la suite au cours du « jeu », il y aura d'autres moments comme celui-ci, où l'héroïne, ou d'autres participants, sont en danger et c'est vrai qu'il y a plein de passages où l'on retient son souffle. Qui plus est on comprend vite que Katniss n'a pas l'intention de blesser qui que ce soit, elle n'est pas une machine de guerre comme d'autres joueurs qui se sont entraînés pour cela, mais on comprend aussi qu'il faudra bien qu'elle s'y mette, si elle ne veut pas y rester... C'est vraiment tué ou être tué... C'est vrai que le fait qu'il y ait d'autres volets de la saga, me laissait à penser qu'elle ne risquait rien, qu'elle s'en sortirait de toute façon, mais c'est quand même angoissant... Même pour Peeta, le garçon qui vient du même district qu'elle. Lui par contre, comme il ne peut y avoir qu'un seul gagnant et que ce n'est pas lui le héros, on peut se dire qu'il n'y survivra pas, surtout qu'il n'a pas l'âme d'un guerrier. Et comme je l'aimais bien, j'avais vraiment envie qu'il s'en sorte !

Au-delà de cela, les autres personnages sont quand même plus anecdotiques, quoi qu'intéressants (notamment le coach de Katniss, dont on aimerait en apprendre plus à son sujet). En fait s'il y a juste un truc qui me dérange là-dedans, c'est celui-là : je ne comprends pas le pourquoi de ces jeux. Enfin si, j'ai entendu l'explication, la discorde qu'il y a eu, la création des districts, le fait que ces jeux soient un moyen pour le pouvoir en place de contrôler le peuple par la peur, tout ça... Mais la raison d'être de ces jeux me semble assez faiblarde. Bon je n'y ai plus trop pensé une fois prise dedans, mais quand j'y repense un instant, ça me frappe... Peut-être que cela a plus de sens dans les livres, car souvent c'est ainsi, mais ne les ayant pas lu, cela me fait une belle jambe j'ai envie de dire ^^'.

Katniss a de la volonté et de la force, et on comprend vite qu'effectivement il valait mieux que ce soit elle qui s'y colle plutôt que sa petite sœur. J'ai particulièrement aimé le moment où elle tire une flèche dans la pomme pour attirer l'attention des grands de ce monde qui ne les regardent même pas, alors qu'ils vont à l'abattoir ^^. Elle a de la compassion aussi, on le voit avec le jeune fille qu'elle aide lors du jeu, et bien sûr avec Peeta. Elle est débrouillarde, sans être une super-héroïne non plus... Dans ce rôle, Jennifer Lawrence porte le film avec justesse, je trouve.

Encore une fois, comme j'ai très peu vu de films de ce genre, mes points de comparaison sont limités. Mais j'ai bien aimé Hunger games, même s'il n'est certainement pas parfait. J'ai été prise dans l'histoire, angoissée pour les personnages, intéressée par leur sort... Et je veux en apprendre plus sur ce monde, ce gouvernement... Alors je regarderai sans aucun doute le second volet ^^.

Repost 0
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 22:46

Katori Shingo : Nagasato Daisuke

Ueno Juri : Kumagai Hanako

Nishida Toshiyuki : Nagasato Yozo

Fubuki Jun : Kumagai Ritsuko

Tanaka Kei : Takase Kazuya

Takada Hyoga : Nagasato Kota

 

10 épisodes

2016

 

15/20

 

Nagasato Daisuke a un bel appartement qui est son havre de paix. Homme peu sociable, célibataire, il aime sa tranquillité et ne l'échangerait pour rien au monde. Mais un jour, son père débarque chez lui avec Kota, le fils de la femme qu'il a épousé et qui est partie. Daisuke peut dire adieu à sa tranquillité, avec un père qui met son appartement sans dessus-dessous...

Sa voisine Kumagai Hanako est un peu plus sociable que lui, mais elle aime aussi être seule. Sa mère s'invite chez elle et ne songe qu'à une chose : que sa fille et son ex-mari se remettent ensemble...

 

Au premier épisode (et même au deuxième, je crois), je n'étais pas transportée par l'enthousiasme, il faut bien l'avouer. La faute au protagoniste, principalement, Daisuke. Je le trouvais plutôt antipathique. Ou tout du moi, pas très attachant. Je comprenais son point de vue et ses idées sur pas mal de points (d'autant plus que je les partage pour partie), mais il avait une attitude suffisante et égocentrique, certes assumée parce que c'est ainsi qu'est construit le personnage, mais cela mettait une distance entre lui et moi, et du coup par extension, entre le drama et moi puisque je ne parvenais pas à l'aimer, et donc à m'intéresser à ses problèmes.

Après cela a été mieux. D'abord parce qu'il n'est pas si insensible et détaché que cela dans le fond, et aussi parce qu'au fil du drama, il met de l'eau dans son vin. Et au final j'ai beaucoup aimé ce drama ! J'ai bien aimé parce que le héros, mais pas seulement lui d'ailleurs, change au fil des épisodes, mais ne devient pas non plus quelqu'un de totalement différent de ce que l'on nous a présenté au départ. Genre dans Hana Yori Dango (drama que j'adore pourtant), cela me fait toujours rire de voir le F4 et Domyôji présentés comme le diable en personne, alors que très vite, ce sont de vrais agneaux au service de la demoiselle (ok je fais un raccourci mais c'est l'idée). Tandis que là, même à la fin, Daisuke et Hanako restent en soi ce qu'ils étaient au début, mais ils ont vu plus loin que le bout de leur nez et ont appris 2-3 trucs. Ils ont évolué, mais n'ont pas complètement changé. Et j'aime bien cela.

Le drama veut en substance nous dire que la famille, c'est important. Yozo vient mettre le chahut dans la vie de Daisuke, son fils. Il parle fort, il ramène tout le temps des copains à la maison, il squatte un peu tout... Il met de la vie, quoi, là où l'existence de Daisuke est réglée, minutée comme une horloge et où rien de dépasse. Bon après je comprends l'exaspération de Daisuke (trouvez des calamars dans sa baignoire, franchement moi aussi ça m'aurait saoulée ^^')..., mais c'est vrai que ça met de la vie, quoi ! La famille c'est important donc, mais on ne se comprend pas toujours. Et il faut du temps parfois, beaucoup de temps, pour simplement arriver à se parler, et au final, se comprendre. Et c'est plus crédible en ce sens, que bien des dramas sur le sujet, je trouve. Daisuke ne reconnaît pas son père dans cet homme qui pour le coup a bien changé. Il connaissait son père autrement que comme ayant plein d'amis et parlant à tort et à travers. De la même façon, le mariage de Hanako avec Kazuya a capoté et la mère de Hanako veut les remettre ensemble, mais elle ne parvient pas à savoir ce qui a pu se passer entre eux. Elle est sa mère, et pourtant Hanako ne peut se confier à elle. Il y a des malentendus, qui bien sûr prennent sens à mesure que l'on progresse dans les épisodes, et qui sont bien faits. On apprend ainsi à voir les choses comme Hanako, comme Daisuke, à comprendre leur point de vue, qu'on le partage ou pas. Ils s'adoucissent et deviennent du coup, plus sympathiques.

Enfin, Hanako la râleuse m'a plu dès le départ, ceci dit. Il n'y avait qu'avec Daisuke que j'avais du mal. Elle, je la trouvais intelligente, censée... Certes un peu ours sur les bords -et râleuse donc, comme on l'a bien compris ^^-, mais elle a plein de nuances et surtout un mal-être évident, intimement lié à son mariage raté (enfin à ce qui a fait que ce mariage a foiré), qui la rendent attachante. Et puis Ueno Juri est une très bonne actrice, toujours juste, et je l'ai beaucoup aimé dans ce rôle, une fois de plus. Je connais mal Shingo en tant qu'acteur finalement (je me demande si ce n'est pas le premier drama de lui que je vois, en fait), mais cela m'a donné envie d'en voir d'autres avec lui, parce que j'ai bien aimé ce qu'il proposait. Il avait un jeu très crédible et surtout très naturel, posé, qui m'a bien plu et qui du coup, a fini par me faire adhérer à son personnage, alors qu'avec un autre acteur, je ne sais pas si j'aurais changé d'avis, ou du moins pas si vite...

Il y a la ribambelle classique de personnages secondaires, notamment des collègues de l'un et de l'autre, mais on en retiendra surtout 4 en fin de compte. Côté Hanako, sa mère, une femme très bien qui ne comprend pas sa fille, et Kazuya, son ex-mari. Toujours amoureux d'elle, il fait des pieds et des mains pour la reconquérir et il est évident tout de suite que c'est quelqu'un de bien. Côté Daisuke, il y a son « frère » Kota, garçon taciturne et solitaire qui va s'ouvrir grâce à Yozo, leur père qui va veiller sur lui.

Kazoku no katachi est un drama où l'on rit bien. Yozo surtout, n'est pas triste ^^. Même si des fois, je comprenais que ces actes saoulent son fils, en fin de compte il y a pas mal de moments où il m'a fait marrer ^^'. Mais il est touchant aussi. Hanako et Yozo particulièrement, m'ont émue à plusieurs reprises au vu de leurs situations personnelles, que l'on nous dévoile petit à petit.

J'ai beaucoup aimé aussi, la relation entre Hanako et Daisuke. Ils se chamaillent beaucoup et quand ils se rencontrent, donnent l'impression qu'ils ne pourront pas se supporter, mais c'est tout le contraire qui se produit. La romance est certes légère dans ce drama mais ce n'est pas grave. Pour le coup les voir apprendre à se connaître, se faire confiance, se confier des choses... C'était vraiment intéressant à observer. Ils se comprennent parce qu'ils se ressemblent et si parfois ils sont maladroits dans leur façon de dire les choses ou dans leurs réactions, au final ils vont bien ensemble. Ils s'inquiètent l'un pour l'autre, sont présents quand cela ne va pas... On pourrait croire que deux personnes avec un tel caractère, cela ferait des étincelles, mais passées les premières rencontres, il n'en est rien, et c'est plutôt sympa à voir.

Kazoku no katachi est une vraie bonne surprise. Un drama dont je n'attendais guère que le minimum syndical, qui ne m'avait pas tapé dans l'oeil au début, et qui m'a de plus en plus plu à mesure que passaient les épisodes. Je suis contente de l'avoir regardé.

Repost 0
Published by Marluuna - dans J-Dramas-J-movies
commenter cet article
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 20:00

Et voilà, les articles spéciaux et autres bilans, c'est terminé pour cette année ! 

Je me suis encore bien éclatée cette fois, en les faisant ! Ca prend du temps, mais c'est toujours un plaisir quoi qu'il en soit ! J'espère qu'il en aura été de même pour ceux qui les ont suivi :) !

Les articles classiques vont donc reprendre tranquillement ma foi, mais ce ne sera pas aussi intense qu'en décembre (un article par jour, je ne tiendrai pas à ce rythme ^^).

A tout bientôt, donc :)

(Et pourquoi Mary Poppins ? Parce que j'aime bien ^^ !)

Repost 0
Published by Marluuna - dans Blabla divers
commenter cet article
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 22:07

Et voici l'ultime article spécial de cette fin d'année 2016-début 2017 ! Sur une idée de Didou ^^ : quels sont mes coups de cœur 2016 ? Même si pour certains, au travers des divers articles de ces derniers jours, ce ne sera pas forcément un scoop. Mais ça me permet aussi de parler d'autres catégories dont je parle plus rarement, et sur lesquelles je n'avais pas forcément assez de matière pour un article bilan ou autre. L'idée de départ était de ne citer qu'un seul élément par catégorie désignée, mais j'aime bien tricher, alors :)...

 

Films :

J'ai vu beaucoup de films que j'ai fortement apprécié cette année (je ne compte évidemment pas ceux que j'ai revu, juste ceux que j'ai vu pour la première fois), alors ce n'était pas évident, d'autant qu'entre Vaiana et la légende du bout du monde et Rogue one, pour donner un exemple, il y a un monde ^^'. Mais après réflexion, je choisirai probablement Zootopie. Parce que j'aime les Disney depuis l'enfance, mais que j'ai une préférence pour les vieux (même si dans les récents, il y en a que j'adore comme Raiponce, pour ne citer que celui-là). Pourtant, Zootopie m'a énormément plu. Vraiment. C'était absolument merveilleux au niveau des dessins, plein de vie, de couleurs... Et j'ai un faible pour les Disney avec les animaux, donc de base je partais à moitié conquise... Et j'ai aimé l'histoire en prime, que j'ai trouvé drôle et en même temps jolie, pleine de finesse, de références et d'intelligence.

 

Séries :

Le champ se réduit car, si je regarde certes beaucoup de séries, il y en a tout de même moins, sur le lot, que j'ai commencé cette année finalement. L'étau se resserre donc (ouf). Mais c'est là que je commence à tricher ^^ ! Après de longs débats avec moi-même, j'ai réduit la liste à 3 titres : The 100 (qui certes ne date pas de cette année, mais je l'ai commencé en 2016 donc ça compte, je dis), Designated survivor et This is us. Trois séries qui ne se ressemblent absolument pas, histoire que ce soit bien dur de choisir ^^ ! Mais allez, je donne une mention spéciale à Designated survivor, qui arrive sur la 3ème place du podium parce qu'elle est intéressante cette série, et pas du tout un énième série sur les grands USA qui partent en guerre contre le terrorisme. C'est un homme simple, désavoué par le Président, qui se retrouve lui-même Président quand il est le seul survivant d'un attentat qui a décimé tout le Congrès. Et c'est génial de le voir découvrir et assumer sa fonction ô combien importante, avec dignité, prudence et droiture...

Et restent les deux autres. This is us, pour son étrange simplicité (qui cache une écriture fine et brillante en réalité) à nous raconter la vie d'une famille bien spéciale mais qu'on aime bien vite comme si on connaissait ses membres depuis toujours. Pour sa façon de me cueillir et de me collet les larmes aux yeux en une seconde. Et pour me faire rire avec rien. C'est juste beau.

Et The 100, pour au contraire, sa dureté. Ces ados livrés à eux-même sur une Terre qui leur est inconnue et pleine de dangers. Pour sa façon de transformer ses personnages et de leur faire faire tour à tour des choses horribles ou bien magnifiques ou encore courageuse. La série ne recule devant rien, elle ne fait rien à moitié pour nous montrer qui l'on peut devenir, combien on peut devenir déterminé, si les choses nous y poussent.

 

Animes :

Je peux tricher encore ? Après tout oui, c'est moi qui suis aux commandes ^^' ! Allez, mentions spéciales à Kemono no Souja Erin et Shigatsu wa kimi no uso, deux bijoux chacun dans leur genre. Et je garde ex-aequo Erased et Orange. Le premier pour son scénario qui m'a rendu accro tant je l'ai trouvé bien fichu et original, et le second pour sa douceur, sa belle histoire d'amitié et son propos assez triste, derrière une animation plutôt d'apparence gaie. Deux petites pépites très différentes l'une de l'autre, mais marquantes.

 

BD :

Comme souvent, je rattrape mon retard dans mes séries quand j'achète des BD, j'en achète des un peu plus anciennes. Mais je citerai Kalimbo, le tome 2, dans les actuelles. Pas que le scénario soit le plus inventif que j'ai vu, mais c'est sympa. Et surtout, c'est tellement joli ! On dirait un dessin animé tant c'est rond et dynamique. Un vrai régal pour les yeux !

Je ne l'ai pas encore acheté, mais j'ai dans le viseur le dernier Sambre aussi, qui serait sûrement dans cet article si je l'avais lu, tant j'aime le travail d'Yslaire.

 

J-Dramas

Kaito Yamaneko m'a bien plu quand même, avec son Robin des Bois tout à fait particulier en guise de héros ^^. C'est fun, bien rythmé, et qui plus est avec sur la fin un truc que personnellement je n'avais pas du tout vu venir, et qui m'a bien laissé bouche bée, je dois dire. Pas le drama du siècle en soi donc parler de « coup de coeur » est un peu excessif, mais j'ai vraiment bien aimé !

 

K-Dramas :

Un podium à nouveau ! Entre Six flying dragons, Signal et Fantastic. Le premier, épique, m'a transporté ! J'aime les dramas historiques, mais là c'était du grand art : personnages d'une grande profondeur servis par des acteurs impeccables, musique en tous points parfaite (et judicieusement utilisée, ce qui n'est pas la même chose), costumes et réalisation, idem... Je ne vous parle même pas de l'écriture ni de la qualité de certaines scènes, qui vous prenaient aux tripes littéralement. C'te claque !

Signal, plus qu'un drama policier teinté d'une touche de fantastique, avait de beaux personnages auxquels, sans même s'en apercevoir, on s'attachait grandement. Rarement une histoire policière m'aura à ce point retournée.

Et Fantastic, mon récent coup de cœur. Un drama racontant la maladie mais aussi au-delà de cela le courage, la dignité, l'amour et l'amitié. Et au final, malgré de durs moments, reste une impression de joie quand on le finit, et de dynamisme.

 

Albums :

Je citerai les deux albums que j'ai écouté cette année ^^ : Le manifeste : l'oiseau liberté de Saez et celui, sans titre, de Renaud. Remarquez je ne les cite pas juste parce que ce sont les seuls, mais bien parce qu'ils sont, chacun dans leur genre, excellents.

Celui de Renaud est celui de la renaissance, celui qu'on n'espérait plus. Pour autant au-delà de cette joie d'avoir un nouvel album, globalement il est bien. Il y a des chansons que je trouve très belles, comme Héloïse ou Les mots par exemple. D'autres où je reconnais tellement Renaud et sa plume, comme Mulholland drive... Il y a de l'émouvant, du coup de poing, du comique... Du Renaud, quoi.

Et celui de Saez, écouté récemment, parce que c'est à mon sens, probablement son meilleur. Les Enfants lunes, L'Oiseau liberté, Tous les gamins du monde, Je suis, Mon terroriste... Difficile de choisir une chanson, dans cet album d'une écriture ciselée et qui fait mouche, et aux mélodies très réussies également. Je suis impressionnée.

 

Repost 0
Published by Marluuna - dans Les TOP & bilans
commenter cet article
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 22:01

Rah pas facile ! Surtout quand on commence à parler de séries datant de quelques années (voire décennies). En effet à l'heure actuelle, je trouve que les séries n'ont plus de génériques (bien sûr ce n'est pas une généralité hein). A peine 3-4 notes de musique avec le titre de la série sur un fond, et pouf ! Et c'est dommage parce que c'est bien, un générique ! Ca me manque, quand même.

Par contre quand on commence à taper dans des séries un peu plus âgées, là il y en a !

Puis moi j'aime un générique pour deux raisons globalement (qui peuvent se cumuler d'ailleurs, des fois) : soit je trouve la musique sympa et les images aussi (elles reflètent la série et/ou sont bien trouvées) soit cela me produit un effet de nostalgie pas possible parce que c'est une série de mon enfance (genre typiquement Madame est service, L'Agence tous risques, MacGyver, et j'en passe !). Alors allez faire le tri entre tout ça ! C'est un vrai casse-tête ^^'... Finalement heureusement que les séries actuelles n'ont plus de génériques, sinon je serai mal ! (et puis nan, y a pas X-Files, même si le générique est certes démentiel, mais j'ai jamais regardé la série alors pas taper ^^'...).

Et c'est parti pour un top 15 ! (et ouais, 15) ^^'.

(Cliquez sur les titres pour voir le générique en question ^^)

 

Friends :

Qui a dit « pas objective » ? ^^'. Bah oui mais Friends c'est ma série préférée de moi, aussi ! Vous me direz, elle pourrait avoir un générique pourri, ceci dit... Mais ce n'est pas le cas. La chanson en elle-même « I'll be there for you » est très entraînante (et indissociable de la série maintenant), et énergique, et ça va bien au ton de la série. Classiquement, le générique nous montre les scènes des 6 amis, tour à tour seuls et à plusieurs. Avec ce petit détail : de saisons en saisons, quelques images des tous débuts sont restées : celles où les 6 acteurs dansent dans la fontaine. Bien sûr à la première saison cela ne choque pas, mais à la dernière, on voit que 10 ans ont passé ^^. Mais j'ai toujours trouvé l'idée sympa !

 

Dexter :

La musique, sans paroles, est lancinante à souhaite, parfaite pour une telle série. Mais j'ai toujours trouvé le générique bien trouvé et très inventif. Il s'agit seulement de Dexter qui se prépare le matin, son petit déjeuner... Mais c'est fait de telle façon que c'est très suggestif... et forcément comme on parle d'une série qui a pour protagoniste un tueur en série, cela prend toute sa dimension... Une belle trouvaille !

 

Game of Thrones :

Le générique de Game of Thrones est du grand art... une musique que j'adore, qui reste en tête assurément et est reconnaissable entre mille. Les images elles, nous indiquent bien sûr le nom des acteurs mais aussi nous balade sur la carte, entre les diverses contrées dont la série nous parle... Il est long en plus, ce générique, mais jamais je n'ai songé à le passer. Il fait tellement partie intégrante de la série, que c'est hors de question.

 

Doctor Who :

Héhé... Pareil, je reconnaîtrai cette musique n'importe où ! On ne peut pas dire que les images soient transcendantes c'est vrai (à part nous montrer une sorte de vortex et le tardis... Et depuis Peter Capaldi, les yeux du Docteur ^^)... Mais peu importe, cette musique toute simple a un côté épique quand même, et régulièrement elle revient chez moi comme sonnerie de téléphone ^^ ! D'ailleurs les OST de la série, au passage, valent leur pesant d'or ; il y a plus d'une chouette musique dans Doctor Who !

 

Sherlock :

Générique assez simple aussi dans sa construction, mais j'aime bien ces quelques notes de musique ! Elles créent tout de suite une ambiance particulière, un peu mystérieuse... Et il faut bien dire que c'est tout à fait ce qu'il fallait pour une série avec un tel personnage principal !

 

Firefly :

Ah, de nouveau un générique avec une chanson ! Une chanson qui fait un peu western comme cela, et vu que Firefly aurait pu s'appeler « Des cow-boys dans l'espace », hein ^^'... C'est juste parfait ! La série a été vraiment courte, et je l'ai vu il y a quelque temps maintenant, mais je n'ai jamais oublié cette chanson.

 

Stargate SG1 :

Roh, c'est épique, non ? J'ai été séduite tout de suite par cette musique ! Elle fait vraiment « film d'aventures », je trouve ! Et quoi de mieux pour une série qui montre une équipe aller de planète en planète par une porte des étoiles ?! Remarquez, l'opening de Stargate Atlantis, qui est dans la même veine, n'est pas mal non plus lui-aussi.

 

Merlin :

Excalibur au début, le dragon à la fin, et entre les deux, l'oeil de Colin Morgan. Court générique, mais magnifique, non ^^ ? Avec par-dessus cette musique qui illustre bien le côté chevaleresque et fantastique de la chose... Et un petit supplément que j'aime bien : les 3-4 phrases du début, qui précédaient la musique. Bon après quelques épisodes on les a bien en tête, mais j'aime bien moi, ces petites accroches. Et c'est devenu très rare.

 

Charmed :

De nouveau une chanson ! Que de nostalgie ma foi. Les images changeaient à chaque saison, mais la chanson est restée la même. Et heureusement parce qu'elle était vachement bien (dès les 3 premières notes, j'étais à fond ^^). Cela dit, maintenant que j'y pense, je ne suis même pas sûre d'avoir déjà écouté la chanson en entier... Peut-être qu'au-delà de ces 30 secondes, ce n'est pas folichon, mais qu'est-ce qu'on s'en fiche ^^.

 

Buffy contre les vampires :

C'est un peu pareil : nostalgie, nostalgie ! Ca me renvoie (comme Charmed aussi, du reste) à la Trilogie du samedi, sur M6 ! Rahlala ça semble tellement loin, en fait. Mais elle était vachement bien cette musique, elle avait un punch terrible et annonçait bien la couleur ! :)

 

21 jump street :

Encore plus nostalgique, je crois (car plus ancien, aussi). J'aimais beaucoup cette série étant gamine, et cela commençait avec cette chanson qui n'a pas pris une ride, je trouve. Je prends toujours autant de plaisir à l'écouter, en tous cas.

 

Six feet under :

Avec sa musique énigmatique et ses images qui l'étaient tout autant, l'opening de Six feet under collait parfaitement à cette série bien étrange, qui nous parlait tout de même d'une famille de fossoyeurs. Ce n'est pas mon favori dans l'ensemble, mais je le trouvais bien conçu.

 

Downton abbey :

Roh, ce qu'il me manque celui-là, depuis l'an passé et la fin de la série ! Cette vue de la demeure, et ces lustres qu'on époussette, ces clochettes qui tintent à l'office... Tout l'objet de la série est contenu là, tandis que les images sont mises en musique de façon discrète, mais jolie.

 

The Musketeers :

Il en jetait, ce générique je trouve ! Un morcerau bien rythmé, parfait pour de beaux combats à l'épée, et esthétiquement il était très réussi ! On y voyait classiquement les acteurs principaux, mais c'était vraiment chouette, je trouve ! Et cela changeait un peu.

 

Desperate housewives :

Original ce générique, avec ces tableaux et autres affiches plus ou moins connus qui défilent... Et cette musique signée Danny Elfman, comme toujours avec son style très reconnaissable... Je me souviens, la première fois que j'ai regardé la série, je me suis dit « c'est du Danny Elfman, ça ! ». Et il reste quand même très chouette et bien organisé, ce générique !

 

Allez trichons un peu et distribuons des mentions spéciales, soit que j'aime bien la chanson, soit l'originalité, ou les deux, à des séries comme Tru calling, Misfits ou encore The Big Bang theory... pour ne citer qu'elles.

Repost 0
Published by Marluuna - dans Les TOP & bilans
commenter cet article
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 20:30

Et voici le dernier bilan de cette année 2016, et il concerne maintenant les animes.

J'en ai vu pas mal encore. Il faut dire qu'un anime de 10 épisodes (plus ou moins), cela va très vite en fin de compte. Cela permet d'en voir beaucoup, ainsi. Encore que, mais cela vaut pour tout : si j'avais le temps, il y en a d'autres que j'aurais aimé voir (et que je verrai de toute façon), à commencer par pas mal de saisons 2 (Ajin, Bungou stray dogs, Kyoukai no Rinne, etc...). J'avais plus envie de voir des trucs nouveaux alors j'ai laissé quelques saisons 2 de côté, mais je les reprendrai tôt ou tard, comme les premières saisons m'avaient globalement plu.

 

Animes de 2016 (ou pas) que je suis en train de regarder :

 

Ce que je regarde en ce moment, avec comme toujours un vague ordre de préférence :

 

Fukigen na Mononokean :

Ashiya, un lycéen ordinaire, a été possédé par un Youkai. Il rencontre un exorciste -qui s'avère être dans sa classe- qui l'aide à s'en débarrasser. Les deux jeunes hommes font former alors un duo bien particulier...

C'est très sympa, ça ! J'aime généralement bien les histoires de Youkais et d'exorcistes dans les mangas et les animes. Celui-là semble assez classique en soi -mais bien fait-, mais comme cela faisait longtemps et que j'avais envie de suivre ce type d'histoires, je suis ravie !

 

Nijiiro days :

L'anime parle de 4 amis au lycée, toujours fourrés ensemble. Quand l'un d'eux tombe amoureux, les autres vont l'aider à se rapprocher de la jeune fille en question...

C'est rare que je regarde des animes dont les épisodes ne durent qu'une dizaine de minutes : je trouve cela frustrant la plupart du temps. Mais ici cela colle bien au ton de l'histoire, au côté plutôt dynamique... C'est sans prétention, du moins pour les quelques épisodes que j'ai vu jusque là, mais c'est plaisant.

 

Animes de 2016 que j'ai entièrement vu :

 

Cette année, j'ai pu terminer un bon paquet d'animes (courts, comme je l'ai évoqué, donc cela aide) :

 

Erased (Article ICI) :

Satoru Fujinuma se rêve mangaka, mais pour le moment il livre des pizzas. Il a un don : quand un accident arrive par exemple, il est ramené peu de temps avant dans le passé, pour l'empêcher. Et un jour, il est ramené plus loin dans le temps : à l'époque où il était petit garçon et où l'une de ses camarades, entre autres, fut assassinée... Pourra-t-il l'empêcher ?

Coup de cœur entre tous, Erased fut un anime aussi court qu'intense. Mais vraiment très très bon du point de vue de sa qualité d'écriture. Il ya une bonne idée mais en plus, elle est développée avec maîtrise, en entretenant le suspens, en usant avec intelligence du don du héros... Franchement ce n'est pas racontable : il faut le regarder, c'est top ! ^^

 

Orange (Article ICI) :

Naho est au lycée lorsqu'elle reçoit une lettre prétendument écrite par... elle-même, des années plus tard dans le futur. Sceptique tout d'abord, elle est convaincue quand des événements décrits dans la lettre se vérifient. La Naho du futur lui demande de tout faire pour protéger un ami de leur bande, Kakeru, qui dans le futur, est décédé...

Orange est un anime magnifique à tous points de vue : dessins et histoire. Une histoire avec un côté fantastique mais qui n'est au fond qu'un prétexte. L'idée, c'est de raconter une amitié entre une bande de jeunes du même âge, et de voir comment ils vont tous se liguer pour aider leur ami face à ses démons... C'est vraiment très émouvant, très intriguant aussi, et la fin ne déçoit pas. Un vrai coup de cœur.

 

Hai to Gensou no Grimgar (Article ICI) :

Un groupe d'adolescents se réveille un jour dans un monde différent, sans aucun souvenir antérieur à ce moment. Ils doivent donc s'adapter à cette nouvelle vie, qui n'est pas de tout repos...

J'ai bien aimé suivre ce petit groupe, dont il y avait plusieurs membres intéressants, et le voir s'adapter à ce monde et à ces codes. Qui plus est l'anime est surprenant parce qu'il s'y passe des choses qu'on n'attendait pas, ou pas ainsi ou à tel moment. Ça m'a plu, de me faire surprendre comme cela. Et il peut aussi bien être fun et comique, que tragique... J'aimerais vraiment une saison 2, car il y a encore largement de quoi faire !

 

Akagami no Shirayuki hime, saison 2 :

Zen continue d'oeuvrer pour que Shirayuki puisse rester auprès de lui, mais ce n'est pas chose facile, notamment à cause de son frère...

Tout comme la 1ère saison, c'était réussi. Très joli visuellement, avec une douceur pas possible dans la forme des visages des personnages, et les couleurs aussi... Et très chouette aussi, avec de l'action et de la romance bien dosées. Mais du coup, ben... j'aimerais bien une saison 3, maintenant !! ^^

 

Mayoiga :

Un groupe de jeunes hommes et femmes voyagent à bord d'un bus, à destination d'un village : Nanaki. Il est dit que là-bas, on peut recommencer à zéro. Mais la réalité est bien différente...

J'ai bien aimé cet anime, et pour le coup je m'attendais à quelque chose de convenu et/ou vraiment moyen, donc c'est plutôt une surprise ! J'ai adoré l'ambiance sombre, le côté inquiétant de ce village où tout peut se produire... Le fait que le groupe se scinde entre ceux qui veulent partir et ceux qui souhaitent aller au bout et rester... Je me demandais vraiment où cela nous emmenait et j'ai été accrochée de bout en bout !

 

Shouwa Genroku Rakugo Shinjuu :

Kyôji est un prisonnier relâché de prison pour bonne conduite. Depuis qu'il a vu pendant sa détention, le maître Yakumo , il a envie comme lui, de faire du rakugo (une sorte de théâtre) et d'être son apprenti....

Voilà une bien jolie surprise. Cela m'a appris un art dont j'ignorais l'existence, et j'ai beaucoup aimé. Par contre j'ai été moins intéressée par l'histoire de cet ex-taulard (pourtant fort sympathique) que par celle, qui heureusement prend beaucoup de place, du grand maître lui-même. Ca m'a vraiment passionnée et touchée. Et je viens d'apprendre en faisant cet article, qu'il y allait avoir une saison 2, et ça c'est cool ! ^^

 

Amaama to inazuma (Article ICI):

Kôhei Inuzuka, professeur, élève seul sa fille Tsumugi, depuis le décès de son épouse. N'étant pas doué pour cuisiner, il fait le plus souvent des plats tout prêts. Un jour, avec l'aide d'une de ses élèves, il décide d'apprendre à faire la cuisine...

Roh, c'était choupi ! Tsumugi était parfois un peu bruyante, et un peu trop intelligente pour son âge aussi, mais elle était si adorable (ses réactions quand elle goûtait un bon petit plat étaient adorables...). Et cet anime donnait faim aussi, parce que ça avait l'air bien bon, ce qu'ils préparaient. C'était vraiment très chou !

 

Bungou stray dogs :

Atsushi Nakajima a été exclu de son orphelinat et se retrouve à la rue. Il rencontre par hasard Osamu Dazai, qui fait partie avec d'autres membres, d'une agence de détectives un peu spéciale... Chacun a en effet une capacité spéciale, et Atsushi va les rejoindre...

C'était tout à fait original, cet anime ! Dans son esprit et son ton complètement décalés, j'ai trouvé. Plus qu'une simple histoire policière teintée de fantastique, Bungou Stray Dogs avait vraiment une marque de fabrique qui m'a bien plu ! Et j'ai hâte de voir la seconde saison.

 

Fairy tail zero :

L'histoire se passe des années avant celle de Fairy tail : l'anime raconte les origines de la guilde.

Roh, c'était chouette ! Mieux que ce à quoi je m'attendais, en fait. Mais c'était intéressant, de connaître la connaissance (qui, dans quelles circonstances...) de la guilde. Les nouveaux personnages étaient vraiment sympa aussi. Bien sûr on retrouvait notamment l'humour et les musiques, deux éléments que j'aime particulièrement dans Fairy Tail, dont cela aidait... Mais franchement, c'était vraiment un anime doté d'un réel intérêt, dans le même esprit que la série-mère, avec pourtant sa propre existence.

 

Arslan senki, saison 2 :

« Après avoir remporté une grande victoire en conquérant la place forte de Saint Emmanuel, l'armée d'Arslan reprend la route en direction d'Ecbatana, afin de reconquérir la capitale de l'empire. Mais une nouvelle concernant Andragoras risque de troubler les plans du jeune prince. Dans le même temps, Gin Kamen et Guiscard continuent de comploter afin d'obtenir chacun le trône qu'ils convoitent.» (Nautiljon).

Cette seconde saison est dans la droite lignée de la première, tant du point du vue des événements (on reprend là où l'on en était restée) que de l'esprit ou de la qualité. J'aime toujours beaucoup ce jeune prince et voir comment il grandit et s'affirme, cela m'intéresse. Seul hic : 8 épisodes, c'est bien trop court ! Enfin, la logique voudrait, vue la fin de saison, qu'il y en ait une 3ème, donc cela me console (enfin s'il y en a bien une ^^').

 

Fune wo Amu :

Mitsuya Majime et Masashi Nishioka sont deux hommes au caractère assez différent. Mais ils vont travailler ensemble sur l'élaboration d'un nouveau dictionnaire, un qui devra marquer les esprits.

Un anime dans le milieu de l'édition, c'était plutôt une bonne idée. Il était parfois un peu trop poussif malheureusement (et pourtant les animes contemplatifs ne me déplaisent pas, à la base), mais j'ai aimé les personnages et l'esprit, très bucolique. Cela changeait des animes que je vois la plupart du temps.

 

Ajin :

Les Ajin sont des humains qui ne peuvent pas mourir, peu importe comment. Ils sont peu nombreux et se cachent au milieu des autres humains, traqués par le gouvernement. Un lycéen découvre après un accident de la route, qu'il est un Ajin. Il va devoir lutter pour sa liberté...

Ajin a quand même un graphisme assez bizarre, un peu trop numérique, trop lisse malheureusement. D'ordinaire cela ne m'arrête pas, mais je me souviens qu'une fois ou deux, cela m'a fait sortir de l'épisode que je regardais. Par contre j'ai bien aimé l'histoire, la course du héros, les embûches qu'il rencontre et ce qu'on apprend à propos des Ajin et de leur traque... C'est intéressant et clairement, je verrai la saison 2, qui est déjà diffusée.

 

Joker Game :

Japon, 1937. 8 jeunes hommes sont recrutés pour être des espions. Ils seront envoyés aux quatre coins du monde pour accomplir leurs missions.

Joker Game avait un bon sujet, c'est d'ailleurs bien cela qui m'a attiré. Mais je pense qu'il aurait fallu plus d'épisodes (l'anime en compte 12) afin de bien développer son sujet, justement. Là c'était bien, il y avait de bons épisodes, mais j'aurais voulu un peu plus de développement, de continuité. Du coup pour moi l'anime est juste « pas mal » alors qu'il y avait le potentiel pour être vraiment bien.

 

D Gray man Hallow :

Allen Walker est surveillé étroitement, depuis que l'on sait qu'il était l'hôte du 14ème Noé...

Visuellement c'est très chouette, on sent la différence (compréhensible vu les années d'écart) avec la première série. D'ailleurs je l'aimais bien, c'est pour cela que j'ai vu Hallow. Sauf que je n'ai pas vraiment réussi à suivre. Mais c'est de ma faute : il aurait fallu que je regarde l'ancienne série ou que je me remémore les choses... Après tout l'anime commence à avoir quelques années, je ne l'ai vu qu'une fois, et je n'ai jamais lu le manga. Après, Hallow m'a plu et le propos, qui était directement centré sur le protagoniste, m'a plu aussi, mais j'aurais nettement plus apprécié je pense, si mes souvenirs n'étaient pas si imprécis...

 

Haruchika :

Haruta et Chika sont deux amis d'enfance qui sont membres du club de musique de leur école. Lorsqu'un accident survint, ils se mettent à enquêter...

Haruchika est ce genre d'animes que l'on croise par paquets chaque année : ni bon, ni mauvais, juste oubliable. Je l'ai regardé pour le côté enquête sur fon de musique en fait, mais c'était en soi très basique. Pas mauvais du tout, pour le coup, mais pas transcendant, surtout quand on commence à avoir vu quelques animes, comme c'est mon cas, je suppose...

 

91 days :

Etats-Unis, à l'époque de la prohibition. Avilio affronte la mafia, pour venger sa famille assassinée...

Ouaip... Déçue je suis. L'idée me plaisait, je n'avais pas encore vu, du moins pas que je me souvienne, ce genre d'histoires en anime... Puis le thème de la vengeance dans la fiction, généralement ça me parle... Mais là non. Ce n'était pas mauvais au sens propre du terme, mais juste... chiant. Je me suis ennuyée, je ne m'intéressais absolument pas à ce qui se passait alors que j'aurais voulu pourtant... Je ne sais pas si c'était loupé ou si c'est moi qui suis passée à côté ceci dit.

 

Norn9 :

Koharu monte à bord d'un vaisseau qui contient d'autres passagers qui possèdes des capacités spéciales. Ils ont pour but de protéger la Terre, rien que ça.

A vrai dire j'ai repris un résumé sur Internet parce que... je ne me souvenais plus exactement de quoi cela parlait ^^'. Certes j'ai vu l'anime au moment de sa diffusion et cela fera pratiquement un an, mais... A part le fait que c'était assez joli visuellement, je n'en ai pas un souvenir impérissable, cela vous donne un ordre d'idée ^^'. J'ai quand même le souvenir de quelque chose de confus, d'imprécis et de déjà vu. C'est aussi pour cela, sans doute, que ma mémoire l'a effacé partiellement ^^'...

 

Autres animes terminés cette année :

 

J'ai, comme toujours, vu aussi quelques animes un peu plus vieux qui me faisaient de l'oeil ^^' :

 

Shigatsu wa kimi no uso (2014) (Article ICI) :

Arima Kosei est un vrai prodige du piano. Mais après la mort de sa mère, il n'en a plus vraiment joué. Quand il rencontre Miyazono Kaori, une jeune violoniste aussi extravertie qu'il est sombre, sa vie va changer...

Ah, la petite perle... C'était un anime magnifique, vraiment. Il nous parlait bien sûr de musique, mais aussi d'amitié, d'amour... On a pu voir ce jeune virtuose avoir goût à la vie à nouveau, grâce à cette jeune fille si gaie, si souriante et talentueuse... C'était vraiment un bonheur, cet anime.

 

Kemono no Souja Erin (2009) (Article ICI) :

Un joli anime, dont j'ai parlé il y a peu. On y suit la vie à différents âges, d'Erin, fille d'une éleveuse de Toudas (des créatures utilisées comme montures par les hommes), qui n'aura de cesse de chercher le meilleur moyen de communiquer avec les bêtes et de les élever...

C'était un anime d'une grande beauté, qui pouvait être aussi cruel que doux, et qui s'intéressait, outre l'évolution de son héroïne, à la nature en général... Je ne pense pas que cela plaira à ceux qui aiment les histoires pleines d'action, mais pour les autres, il est à voir.

 

Relife (2013) (Article ICI) :

Grâce à une pilule révolutionnaire, un homme dont la vie n'est pas vraiment au beau fixe, retrouve le visage qu'il avait au lycée et va revivre une année d'études, espérant ainsi changer les choix qu'il a pu faire...

Relife était assez sympa, comme histoire. C'était intéressant de voir ce type coincé dans un corps d'ado mais raisonnant bel et bien en adulte, côtoyer des lycéens. Cela donnait lieu bien sûr, à des scènes amusantes dues à la différence d'âge, mais aussi à des scènes plus profondes. Et je pense qu'ainsi, Relife touchait un public un peu plus large.

 

Beautiful bones (2015) (Article ICI) :

Shôtarô était un lycéen sans histoires, jusqu'à ce qu'il rencontre une jeune femme nommée Sakurako. Experte dans l'analyse des os, Sakurako a la science et la perspicacité nécessaires pour résoudre les différentes enquêtes qui se présentent à elle et que la police n'arrive pas à résoudre. Et Shôtarô lui fait office d'assistant.

Esthétiquement comme au niveau de son scénario, Beautiful Bones avait un « cachet » particulier, une ambiance bien reconnaissable. Outre cela, les enquêtes étaient vraiment bien conçues, jouant plutôt sur la déduction et l'analyse, ce qui n'est pas pour me déplaire...

 

Et ils sont toujours là :

 

Les animes qui durent, qui durent... Mais je suis toujours devant, c'est une habitude parfois, un plaisir souvent ^^ :

 

Naruto Shippuuden :

Voilà que Naruto Shippuuden ressort ses HS depuis quelques semaines. Forcément, nous arrivons à la fin. Le manga est terminé, et dans l'anime, nous sommes proches également. Alors évidemment, on tire sur la corde avec des HS... et si une chose n'a pas changé depuis toutes ces années, c'est que les HS de Naruto oscillent entre le bof et le nul. Qui plus est au-delà de ça, cela casse le rythme et la qualité, en coupant ainsi avec les épisodes qui eux sont tirés du manga, et qui sont bons. Dommage...

En attendant contrairement à l'an dernier, j'ai fini par craquer et j'ai lu il y a quelques temps, la fin du manga. D'où pourquoi aussi j'ai tant hâte de la voir en anime, avec les beaux dessins, la musique qui va bien et tout... Rahlala ils ont intérêt à faire un truc grand !! ^^

L'anime, comme je le disais, reste malgré tout un plaisir hebdomadaire... quand il s'agit des épisodes tirés du manga.

 

One Piece (article ICI) :

Depuis environ un an, j'ai rattrapé la diffusion de One Piece, ce qui me permet, comme pour Naruto Shippuuden, de suivre semaine après semaine, les aventures de Luffy et de son équipage.

Cette année, il y a eu de bons arcs globalement, mais je crois quand même que je préférais ceux de l'an dernier. Simple question de goût, je ne pense pas qu'il s'agisse là d'une baisse de qualité. En effet, One Piece conserve fort heureusement sa folie bien à elle, son inventivité et son humour. De tous les animes que je regarde, c'est sans conteste le plus fou, et cela change tellement des autres shônens... Je ne sais pas combien de temps encore il durera, mais pour le moment je suis le mouvement ! ^^

 

Dragon Ball Super :

Dans l'ensemble, mon impression de Dragon Ball Super n'est pas folichonne, je dois dire... Ca n'est quand même pas une révolution, cette histoire, et pour tout dire, plus d'une fois j'ai songé à abandonner.

Ce qui m'a fait changer d'avis, c'est un arc que j'ai vraiment bien aimé pour le coup : celui avec le Trunks du futur et le Goku qui semait la terreur dans son monde... J'ai vraiment bien aimé toute cette histoire là, et ça a vraiment relancé mon intérêt. Mais il s'est terminé il y a quelques semaines et déjà, les épisodes suivants ne m'ont pas intéressé... Je vais donc rester encore un peu et je verrai ce que je décide, selon la tournure que prendra l'anime !

 

Et voilà, ainsi s'achève le dernier bilan de cette année ! Je me suis encore bien éclatée à écrire ces articles, même si c'était du boulot !

Repost 0
Published by Marluuna - dans Les TOP & bilans
commenter cet article

Présentation

  • : Marluuna
  • Marluuna
  • : Un blog pour parler de tout et de rien : musique, ciné, animes, dramas, séries, BD, artistes, livres... Et sûrement d'autres catégories qui me viendront au fur et à mesure aussi...
  • Contact

Recherche